Archives par étiquette : Union européenne

Parution: “Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie”

Dacheux Eric9782343080215r1, 2015, Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie, Paris, L’Harmattan.

Eric Dacheux, professeur en Sciences de l’information et de la communication, propose une synthèse de ses recherches menées depuis 20 ans sur la communication publique de l’Union européenne. Une idée forte de l’ouvrage : l’idéal type de la communication proposée par la Commission européenne repose sur le consentement politique c’est-à-dire sur la construction de normes communes à travers l’adhésion aux décisions prises par les institutions. L’auteur encourage à renouveler la communication publique européenne en abandonnant les recettes du marketing et en adoptant la délibération comme idéal type. Il s’agit pour l’auteur de favoriser une conception de la démocratie comme « dissensus permanent ». On devine ici l’apport des travaux récents (Chantal Mouffe en philosophie politique ; Ruth Amossy en analyse de discours) rappelant la portée heuristique du conflit. Il faut noter que le lecteur sera sans doute surpris de ne pas trouver plus de références aux travaux récents sur le « tournant délibératif » de l’Union européenne et sa portée véritable.

J. Auboussier

 

 

 

Appel: “Populisme(s) en Europe”

L’Université François Rabelais de Tours accueillera les 10 et 11 mars 2006 un colloque international intitulé “Populisme(s) en Europe”. L’événement est orienté sciences politiques et sociologie politique. Des interventions qui relèvent de l’analyse des textes et/ou des discours peuvent sans doute se faire une petite place dans le programme. Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et les modalités de réponse.
J. Auboussier
Argumentaire
Les élections qui se succèdent depuis une dizaine d’années en Europe ont vu émerger à droite des partis politiques que nombre d’observateurs se sont empressés de qualifier de « populistes ». Ce terme générique a permis de regrouper sous une même appellation des partis ayant des traditions, voire des fondements idéologiques forts divers. En effet, alors que plusieurs d’entre eux s’inscrivent dans une tradition historique d’extrême droite, au demeurant plurielle, à l’instar du Front national français, du FPÖ autrichien ou du Vlaams Belang belge, d’autres puisent dans des traditions agrariennes de droite, tel l’UDC suisse de Chrisophe Blocher et Oskar Freysinger ou constituent des courants inédits, mêlant xénophobie et défense des valeurs libérales (droits des femmes, des homosexuels), comme le PPV de Geert Wilders l’incarne aux Pays-Bas. A cette pluralité de populismes droitiers s’ajoute le fait que depuis peu en Europe, des leaders charismatiques de formations de gauche, Mouvement cinq étoiles en Italie lancé par Pepe Grillo, Parti de gauche en France avec Jean-Luc Mélenchon, n’hésitent pas à plaider la souveraineté du peuple face à la confiscation du pouvoir par les élites politiques ou économiques inscrites dans des configurations supranationales.
Ce terme « populisme » paraît commode d’un point de vue sémantique, en ce qu’il permet de regrouper sous une même appellation des partis que beaucoup de choses opposent en dehors du rejet des élites « déconnectées » et/ou « corrompues » s’accaparant le pouvoir au détriment du peuple. Cependant, il s’avère pour le moins problématique dès lors que l’on tâche d’en préciser les termes, que ce soit dans ses dimensions historiques ou politiques. Cette complexité tient également à la polysémie du mot « peuple » susceptible de prendre différentes figures : plèbe, ethnie, classes populaires, ouvriers, nation, etc. D’où la difficulté de rendre ce terme opératoire en sciences sociales, qui tient autant à son caractère excessivement flou qu’aux enjeux politiques et idéologiques qui entourent son usage.
Nous souhaitons, lors de ce colloque, interroger l’actualité de l’émergence de ces mouvements dits populistes en Europe à travers quatre interrogations principales. Etant donné le flou conceptuel qui entoure le terme étudié, on privilégiera les communications basées sur de solides données empiriques ressortissant de perspectives disciplinaires variées (histoire, sociologie, science politique, ethnologie, droit, etc.).
Axe 1. Genèses et théories du populisme
Dans ce premier axe, il s’agira d’interroger la notion de « populisme », d’un point de vue d’analyse conceptuelle et/ou comparative. L’attention se portera en particulier sur les expériences politiques qui ont façonné le terme et les réflexions qui l’entourent, tels que (par exemple) le socialisme agrarien russe du XIXe siècle, les multiples mouvements états-uniens des XIXe et XXe siècles, ou encore les diverses expériences sud-américaines, du péronisme aux mouvements bolivariens. A la croisée entre études empiriques et analyses théoriques, l’enjeu sera de préciser ce qu’est le phénomène populiste, à la fois comme praxis, comme logique et comme projet politique, ainsi que son rapport ambivalent à la logique démocratique.
A travers la diversité des expériences et des mouvements, il s’agira de tenter d’identifier ce qui fait la spécificité du populisme, ce qui le distingue d’autres logiques politiques, mais aussi d’interroger sa plasticité et ses évolutions historiques. Le détour comparatif et conceptuel pourra ainsi déboucher sur l’étude critique des usages contemporains de la notion, en particulier son application à des mouvements européens contemporains extrêmement divers, nonobstant leurs modalités d’organisation et d’action différentes, aussi bien que leurs orientations politiques parfois radicalement divergentes.
Axe 2. Actualités du populisme en Europe
Dans un deuxième axe seront interrogées les spécificités des mouvements dits populistes qui émergent en Europe depuis maintenant une dizaine d’années. On se penchera dans cette perspective tant sur ce qui rassemble ces mouvements que sur ce qui les distingue. Cette session se focalisera aussi bien sur la mise en avant d’un leader charismatique, sur le rejet des élites économiques et/ou politiques que sur les renouveaux des discours identitaires par lesquels certains de ces mouvements se sont efforcés de construire depuis quinze ans une nouvelle forme d’altérophobie tentant de concilier le rejet de l’islam et des Musulmans avec la défense des valeurs libérales.
On attendra de ces interventions qu’elles s’inscrivent dans une perspective empirique, que ce soit à partir d’enquêtes qualitatives au sein de ces mouvements, l’étude de leurs programmes ou de leurs outils de propagande, ou encore d’enquêtes quantitatives auprès des adhérents ou électeurs.
Axe 3. Les populismes face aux institutions européennes
Un troisième axe questionnera le rapport de ces mouvements à l’Union européenne et à la Convention européenne des droits de l’homme, en s’attachant notamment au paradoxe de leur positionnement consistant à vilipender l’UE et la CEDH et à participer aux élections au Parlement européen. Les usages des institutions européennes par les responsables de ces partis méritent ainsi une attention particulière. Beaucoup de ces mouvements se distinguent de par leurs discours souverainistes, voire nationalistes, combattant toute perspective supranationale, au premier rang desquels on compte la globalisation économique et/ou culturelle et la «fédéralisation » européenne. Toutefois, les occurrences électorales propres aux institutions européennes sont instrumentalisées de façon à disposer d’une caisse de résonance de leurs discours populistes et il conviendra d’en analyser en particulier les retombées sur les scènes nationales.
Il faudrait aussi se pencher sur le comportement des membres « populistes » des institutions européennes, en particulier les députés au Parlement européen : les membres de ces partis adaptent-ils leur comportement une fois représentés dans ces institutions ou se limitent-ils encore à la dénonciation des institutions européennes ? Dans quelle mesure les utilisent-ils pour mieux défendre leurs idées et/ou leurs intérêts? Si des travaux récents tentent de classer les comportements des « eurosceptiques », qu’en est-il des députés européens « populistes » ?
De même, au sein des institutions du Conseil de l’Europe, les membres « populistes » essaient-ils d’infléchir ou non la démocratie et les droits de l’homme ? L’exemple de la surveillance de l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme par le Comité des ministres pourrait être intéressant.
Axe 4. Les institutions européennes face aux populismes
Un quatrième axe s’interrogera sur ce que font les institutions européennes face aux populismes aussi bien en termes de capacité des institutions européennes que de prise en compte de ces mouvements. Il s’agit d’analyser comment sont appréhendés ces mouvements par l’Union européenne et le Conseil de l’Europe. Pourraient être abordées aussi bien les questions d’identification de ces mouvements en droit européen (conventionnel et de l’Union européenne), que celles de capacité des institutions européennes à les laisser s’exprimer en leur sein (compte tenu notamment du jeu des coalitions européennes et des règles du « droit parlementaire européen ») et de sanction en cas de non-respect des valeurs communes quand ces mouvements sont au pouvoir dans un État. L’exemple de l’(in)application de l’article 7 du traité sur l’Union européenne et de la clause d’exclusion du Conseil de l’Europe pourrait être pris, à travers notamment l’étude de la crise autrichienne. Les prises de position et (in)actions des institutions européennes face aux réformes constitutionnelles récentes d’un État membre comme la Hongrie qui, pour de nombreux observateurs, éloignent ce pays du socle de valeurs de la démocratie et des droits de l’homme, mériteraient aussi d’être analysées.
Une analyse sociologique des pratiques du personnel européen vis-à-vis des représentants populistes aurait ici toute sa place. En se glissant dans les interstices du droit, ou en jouant sur ses ressorts, s’efforcent-ils de limiter la « capacité de nuisance » de ces représentants qui mettent en cause les fondements mêmes des institutions qu’ils incarnent ? Ou, à l’inverse, s’en tiennent-ils à une position de neutralité propre à leur devoir de fonctionnaire ?
Cet axe pourrait rassembler aussi bien des études académiques que des témoignages d’acteurs en poste auprès d’une institution européenne ou de la Cour européenne des droits de l’homme.
Modalités de soumission
Le colloque privilégiera les communications traitant de l’un ou de l’autre des quatre axes de réflexion ci-dessus. Des propositions pourront néanmoins s’inscrire au croisement de plusieurs thématiques.
Le colloque est ouvert aux communications en anglais.
Les propositions de communication ne devront pas dépasser 5000 signes. Elles sont à transmettre au plus tard le 1er juin 2015 à l’adresse suivante :
Les réponses seront communiquées à la mi-juillet. Une version écrite de la communication (30 000 signes environ) devra être transmise aux organisateurs le 15 janvier 2016 au plus tard.
Comité scientifique
Cécile Alduy, Professeure de littérature et de civilisation française à l’université de Stanford (Etats-Unis), chercheuse au Freeman Spogli Institute for International Studies
Pierre Birnbaum, Professeur émérite de sociologie politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Pascal Delwit, Professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles (Belgique)
Alexandre Dézé, Maître de conférences de science politique à l’Université Montpellier 1
Guy Hermet, Directeur d’études émérite à Sciences Po Paris
Hanspeter Kriesi, Professeur de science politique, Chaire Stein Rokkan en Politique comparée, Institut d’études européennes de Florence (Italie)
Nonna Mayer, Directrice de recherche émérite au CNRS, Centre d’études européennes de Science Po
Pierre-Yves Monjal, Professeur de droit public à l’Université de Tours
Henri Oberdorff, Professeur émérite de droit public à l’Université de Grenoble-Alpes, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble
Stéphane Vibert, Professeur de sociologie et d’anthropologie à l’Université d’Ottawa (Canada)
Comité d’organisation
Sylvain Crépon (maître de conférences de science politique à l’Université de Tours)
Morgan Donot (Docteure en science politique, Université Paris 3-Sorbonne nouvelle)
Nathalie Duclos (maître de conférences de science politique à l’Université de Tours)
Christine Guillard (maître de conférences de droit public à l’Université de Tours)
Audric Vitiello (maître de conférences de science politique à l’Université de Tours)
 
Bibliographie indicative
« Populisme, Contre-populisme », Actuel Marx, n°54, 2013
« Peuple, populaire, populisme », Hermès, n°42, 2005
« Les populismes », Politique et sociétés, vol.21 n°2, 2002
Cécile Alduy, Stéphane Wahnich, Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste, Paris, Seuil, 2015
Hans-Georg Betz, La droite populiste en Europe. Extrême et démocrate ? Paris, Autrement-CEVIPOF, 2004
Hans-Georg Betz, Stefan Immerfall (eds), The New Politics of the Right : Neo-Populist Parties and Movments in Established Democracies, London, Macmillan, 1998
Pierre Birnbaum, Le peuple et les gros : genèse du populisme, Paris, Hachette, 2012
Laurent Bouvet, Le sens du peuple : la gauche, la démocratie, le populisme, Paris, Gallimard, 2012
Nathalie Brack, L’euroscepticisme au sein du parlement européen. Stratégies d’une opposition anti-système au cœur des institutions, Promoculture-Larcier, 2014
Margaret Canovan, Populism, London, Junctions books, 1981
Janine Chêne, Olivier Ihl, Éric Vial, Ghislain Waterlot, La tentation populiste au cœur de l’Europe, Paris, La Découverte, 2003
Catherine Colliot-Thélène, Florent Guénard (dir.), Peuples et populisme, Paris, PUF, 2014
Annie Collovald, Le « populisme » du FN, un dangereux contresens, Bellecombes-en-Bauge, Ed. du Croquant, 2004
Christine Couvrat, Joseph Yvon Thériault (dir.), Les formes contemporaines du populisme, Montréal, Athéna, 2014
Pascal Delwit, Philippe Poirier (dir.), Extrême droite et pouvoir en Europe, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007
Alexandre Dézé, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », Revue française de science politique, 1/2004 (Vol. 54)
Francette Fines, « De l’influence de la crise autrichienne sur l’avenir de l’Union européenne », in Cinquante ans de droit communautaire. Mélanges en hommage G. Isaac, Presses de l’université de Toulouse, 2004
Sergie Gherghina, Sergiu Mişcoiu, Sorina Soare (eds.), Contemporary Populism : a controversial concept and its diverse forms, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2013
Paul Hainsworth (ed.), The Extreme Right in Europe and the USA, London, Pinter, 1994
Guy Hermet, Les populismes dans le monde, Paris, Fayard, 2001
Michael Kazin, The Populist Persuasion : An American History, New York, Basic Books, 1995
Hanspeter Kriesi, (et al), West European Politics in the Age of Globalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2008
Hanspeter Kriesi, « The Populist Challenge », in West European Politics, 37(2), 2014
Ernesto Laclau, La raison populiste, Paris, Seuil, 2008
Seymour Martin Lipset, Political Man, New-York, Doubleday and Co, 1960
Nonna Mayer, Ces français qui votent FN, Paris, Flammarion, 1999
Yves Mény, Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple : le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, 2000
Cas Mudde, Populist Radical Right Parties in Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2007
Henri Oberdorff, Libertés fondamentales et droits de l’homme, Paris, LGDJ, 2013
Henri Oberdorff, « Le respect des valeurs communes : Démocratie, Etat de droit et respect des droits de l’Homme », in Laurence Potvin-Solis (dir.), Le statut de l’Etat membre de l’Union européenne, Quatorzièmes journées Jean Monet, Caen, 27 novembre 2014
Norman Pollack, The Populist Mind, Indianapolis, Bobbs-Merrill Company, 1967
Laurence Potvin-Solis (dir.), Les valeurs communes dans l’Union européenne, coll. Colloques Jean Monet, Bruylant, 2014
Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste : de l’archaïque au médiatique, Paris, Berg International, 2002
Carlos de la Torre, Cynthia Arnson (eds), Latin America Populism in the 21st century, Washington / Baltimore, Woodrow Wilson Center Press / John Hopkins University Press, 2013
Jean-Pierre Rioux (dir.), Les populismes, Paris, Perrin, 2007
Franco Venturi, Les intellectuels, le peuple et la révolution : histoire du populisme russe au 19e siècle, Paris, Gallimard, 1972
Stéphane Vibert, « Le populisme et les aléas de l’expression démocratique », in Christine Couvrat, Joseph-Yvon Thériault (dir.), Les formes contemporaines du populisme, Montréal, Athena, 2014
Ruth Wodak, Brigitte, Majid KhosraviNik (dir.), Right-Wing Populism in Europe : Politics and Discourse, Londres / New York, Bloomsbury Academic, 2013Marinejpg

Analyse : La formule “Projet européen” dans les documents institutionnels et partisans

Par Marion Bendinelli (Université de Franche-Comté, ELLIADD-ADCoST)

Bannière_Drapeaux_UE-28

 

Cet article a donné lieu à la rédaction de deux entrées de dictionnaire : projet européen et projets européens.

 

Corpus

Documents institutionnels émanant de l’UE

– Dossier “Élections européennes. Une échéance cruciale”, Commission en direct, 12, – document rédigé en anglais et en français

12 leçons sur l’Europe, de Pascal Fontaine

Comment fonctionne l’Union européenne ?, Guide des institutions européennes à l’usage des citoyens

Union européenne : Faits et chiffres, Rapport rédigé par le Secrétariat général du Conseil européen

A la découverte de l’Europe, Guide à destination des enfants

Documents partisans

– Manifestes (partis européens uniquement)

    • Parti populaire européen (PPE)
    • Parti socialiste européen (PSE)

– Programmes / Tracts (partis nationaux uniquement) :

    • Europe écologie Les Verts (EELV)
    • Front de Gauche (FG)
    • Front National (FN)
    • Parti socialiste (PS)
    • Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Tous les textes ont été publiés en 2014. 

 

Analyse linguistique et discursive

 

Parler du “projet européen ” dispense de le définir

La formule “projet européen” est systématiquement employée dans un syntagme déterminé, pour l’essentiel introduit par l’article le (ou sous sa forme contractée du, au).

Ce qui vide de sa substance notre souveraineté nationale, ce n’est pas l’Union européenne, c’est la mondialisation de l’économie, des entreprises, de la communication. C’est simultanément la puissance nouvelle de la finance, sa domination sur les autres secteurs de l’économie. Au contraire, le projet européen est le seul moyen de conserver notre souveraineté nationale dans la globalisation. (Programme du PS)

Nous supprimerons les zones de rétention administratives (…). Nous renégocierons les accords de Schengen (…). Nous mobiliserons au niveau européen pour l’abrogation de la ” directive de la honte ” (…). Engager ces ruptures est une condition indispensable pour pouvoir refonder le projet européen sur de nouvelles bases libérées des traités européens actuels. (Programme du FG)

Il s’agit de faire référence à une entité identifiable et identifiée ; sans présenter in extenso les rôles joués par les articles définis et les adjectifs démonstratifs, nous nous limitons à rappeler le fait que ces deux sous-catégories de déterminant permettent d’actualiser une classe référentielle – ici, “projet” muni de son qualifiant “européen” – et de distinguer, parmi les réalisations de cette classe, une occurrence distincte. Avec l’article défini, le locuteur présuppose l’existence de la classe et fait savoir qu’il fait le choix d’une instanciation unique. Ainsi introduite, l’occurrence “projet européen” prend une importance particulière, ayant été sélectionnée parmi d’autres sans qu’elles soient toutefois explicitées : cela ne fait qu’amplifier sa puissance en discours. En employant cette occurrence, les locuteurs peuvent s’épargner le détour ou la difficulté de définir ce qu’ils entendent par “projet européen” ou ce à quoi le syntagme fait référence.

L’identité du ” projet européen ” prend corps implicitement, en relation aux bénéfices que les citoyens européens peuvent en tirer, ou en opposition aux attaques que le “projet” subit. Ainsi, s’il protège de la mondialisation contre laquelle les pays seuls ne peuvent rien (programme du PS), s’il permet d’ancrer notre continent dans la paix [et d’en faire] la première puissance commerciale du monde, c’est bien qu’il consiste en l’union de plusieurs pays, arme ultime contre les conflits militaires, autour d’une ambition économique commune. Cependant, les choses ne paraissent pas aussi simples lorsque l’on regarde les choses de plus près.

 

Vision institutionnelle et visions partisanes

Définition institutionnelle

Une définition ‘conventionnelle’ du “projet européen ” est, sans surprise, à trouver dans les documents institutionnels fournis par l’UE, et notamment auprès de José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne.

On pourrait considérer que les mécanismes de coopération forcée (…), s’ils se multipliaient, conduiraient à une ” Europe à la carte ” ou à ” géométrie variable “, laissant à chaque État le choix de sa participation à telle politique ou telle institution. Cette solution a priori simple serait en réalité le début de la décomposition du projet européen. Celui-ci repose sur une anticipation des intérêts communs partagés, sur les court et long termes, sur la notion de solidarité qui est la mutualisation des avantages et des coûts. (Commission en direct)

At stake is what kind of Europe we want to live in. Will Europe’s citizens elect a Parliament that stands for a united, strong and open European Union? Because this is what Europe should be – united, strong and open. For this, we need an EU that is built on the two principles of responsibility and solidarity. (Commission en direct)

Le “projet européen” repose donc sur des idéaux de partage et de solidarité, ceux-ci étant mis au profit d’une vision économique commune axée sur une mutualisation économique.

Définition par l’Union pour un Mouvement Populaire

Dans le programme de l’UMP pour les élections européennes, on peut rencontrer deux définitions du “projet européen”, toutes deux ancrées dans les racines idéologiques du parti. Dans le premier cas, la formule “projet européen” est introduite avec l’adjectif démonstratif ce ; ce faisant, elle perd la valeur d’exemplaire unique que lui confère l’article défini.

Nous pouvons être fiers de nous inscrire à la fois dans la lignée des pères fondateurs et dans celle du général de Gaulle qui a fait progresser l’Europe tout en étant exigeant sur les résultats. Nous ne considérons pas que le projet européen soit devenu anachronique, dépassé par les bouleversements du monde. Au contraire, nous considérons que ce projet européen garde tout son sens, à condition d’être modernisé, amélioré, mis au service des Européens.

Avec le démonstratif apparaît une instruction de “monstration” qui permet au locuteur de renvoyer à un précédent emploi (valeur anaphorique) ou à un emploi à venir (valeur cataphorique) dans le texte. L’occurrence à laquelle le démonstratif fait référence peut être identique ou bien consister en une reformulation : c’est le cas rencontré ici. La reformulation donne corps au projet européen, précisant son contenu, son ancrage : union de plusieurs pays certes (héritage des “pères fondateurs”), mais dans le respect et la défense des intérêts et pouvoirs nationaux (conformément à l’héritage du général de Gaulle). L’UMP propose également une deuxième définition du “projet européen”, non moins idéologique, mais davantage construite en réaction aux critiques auxquelles l’Union européenne doit faire face, et aux critiques que le parti lui-même fait à la gouvernance de la France. Ainsi, à l’heure où certains prônent la sortie de l’UE, et où la France n’a plus, pour d’autres, la place qu’elle mérite sur l’échiquier européen et mondial, le projet européen doit, pour l’UMP, être modernisé, amélioré, mis au service des Européens et construit autour d’une triple ambition : ambition de protéger les intérêts de ses citoyens et de ses entreprises en premier lieu, ambition de peser dans les choix du monde, ambition de présenter ses valeurs et ses principes comme modèle de respect de l’homme et de la démocratie. Pour l’UMP, le projet européen doit faire de l’Europe une protection pour ses citoyens et surtout une référence, un modèle pour le reste du monde.

Définition par le Parti Socialiste

Le PS reprend à son compte la définition quasi-institutionnelle du projet européen, autour des idéaux de paix et de stabilité pour la réorienter vers une société du bien vivre, qui fait penser à cette société du bien-être que d’autres pourraient également nommer ” société du care “.

La paix et la stabilité restent un grand objectif de la construction européenne. Mais l’objectif principal est désormais l’avènement d’une société du bien vivre : prospérité, sécurité, démocratie. C’est la seconde promesse du projet européen.

Cette nouvelle société que le PS appelle de ces vœux repose sur trois nouveaux piliers : la prospérité, la sécurité et la démocratie. Contrairement à l’UMP qui promeut une Europe modèle pour le monde, le PS exige de l’Europe qu’elle écoute ses citoyens : le projet européen doit avant tout être en empathie avec eux.

 

Le projet européen : un non-actant qui porte à (ré)agir

Le “projet européen” existe, il n’agit pas

En une seule occasion, dans le programme de l’UMP, la formule “projet européen” est employée comme un actant : Depuis sa création, l’UMP est profondément attachée au projet européen qui a permis, au lendemain de la seconde guerre mondiale, de réconcilier les ennemis d’hier et de surmonter les haines pour ancrer notre contient dans la paix. Mis à part ce cas unique, trois occurrences montrent la formule comme, certes, sujet grammatical, mais de verbes d’état : êtrele projet européen est le seul moyen de conserver notre souveraineté nationale (programme du PS) ; garder et devenirnous considérons que ce projet européen garde tout son sens , à condition d’être modernisé (…), Nous ne considérons pas que le projet européen soit devenu anachronique (…) (programme de l’UMP). Dans ce contexte, il s’agit moins de définir le syntagme “projet européen” que de poser son existence afin qu’il devienne un repère sur lequel repose l’argumentaire.

Dans les autres occurrences, “projet européen” est employé en tant que complément de trois substantifs qualifiants : nature, sens, raison d’être

[L]es discours de haine s’insinuent sans cesse plus au cœur de mouvements politiques traditionnels, surfant sur les peurs des plus vulnérables, comme recette d’un succès électoral. Dans ce contexte, nous devons porter des réponses crédibles pour combattre ces discriminations, inacceptables mais pourtant banalisées. CES REPONSES DOIVENT INCLURE :

* des solutions économiques (…);

* la promotion de mesure de protection face à la mondialisation, en développant la notion de “juste échange”;

* une redéfinition du sens du projet européen (…). (Programme du PS)

(…) réconcilier les ennemis d’hier et (…) surmonter les haines pour ancrer notre continent dans la paix. (…) A cette raison d’être du projet européen sont venues s’ajouter d’autres grandes réalisations : la reconstruction d’une Europe dévastée par al guerre, le marché intérieur (…), l’euro (…), la solidarité financière (…), la liberté de circulation. (Programme de l’UMP)

Enfin, la position de François Hollande vis-à-vis de la Turquie n’est pas claire. (…) François Hollande n’a aucune réflexion, aucune vision sur l’avenir de l’Union européenne, sur la nature du projet européen, contrairement à nos partenaires européens qui, eux, se sont exprimés clairement. (Programme de l’UMP)

Au même titre que les verbes d’état vus précédemment, ce co-texte linguistique permet de poser l’existence du projet européen. Pour autant, contrairement aux cas précédents, cet environnement amène à considérer le “projet européen” du point de vue de son essence, de sa nature, et des évènements qui ont porté à son existence : les locuteurs s’écarteraient ainsi, du moins momentanément, du principe selon lequel que le projet européen est une construction, qu’il est né de la volonté de certains.

Le “projet européen” émeut pour mieux unir les forces citoyennes

Le co-texte avec lequel ” projet européen ” est employé est également révélateur de la remise en cause que le projet originel vit actuellement, attaqué pour son impuissance à fournir les solutions à la crise sociale, économique et financière que vivent les citoyens européens. C’est ce que suggèrent les exemples qui suivent où “projet européen” suit deux verbes et un substantif aspectuels : approfondir, abandonner, décomposition

Les frontières de l’Europe doivent, en effet, être définies, afin d’affirmer son identité et notre culture commune. La priorité doit être d’approfondir le projet européen, de le consolider. C’est pourquoi nous refusons l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. (Programme de l’UMP)

Si nous voulons continuer à peser, si nous voulons garder la maîtrise de notre destin, il ne faut surtout pas abandonner le projet européen. Mais il faut le reprendre en main ! (Programme de l’UMP)

[L]aisser à chaque État le choix de sa participation à telle politique ou à telle institution. Cette solution a priori simple serait en réalité le début de la décomposition du projet européen. (Dossier de l’UE)

Considérons conjointement le co-texte suivant, où ” projet européen ” est employé avec le verbe sauver et le substantif promesse :

La paix et la stabilité restent un grand objectif de la construction européenne. Mais l’objectif principal est désormais l’avènement d’une société du bien vivre : prospérité, sécurité, démocratie. C’est la seconde promesse du projet européen. (Programme du PS)

Si l’Allemagne et les autres ne veulent pas faire ce qui est nécessaire (…) alors il faudra peut-être abandonner l’euro pour sauver le projet européen. (Citation de Joseph E. Stiglitz, prix Nobel de l’économie et ancien conseiller de l’ancien Président démocrate William ‘Bill’ ClintonProgramme du FN)

Ces cinq occurrences ont pour point commun d’exprimer des émotions négativesabandonner, décomposition – ou positivesapprofondir, sauver, promesse. Elles participent de la construction d’un discours émotionnel, où les sentiments exprimés servent une stratégie discursive persuasive. En effet, il s’agit de mobiliser les troupes partisanes, et plus largement les citoyens européens pour qu’ils défendent le “projet européen”, ce rempart contre les agressions extérieures (militaires, économiques, financières) et contre les mouvements intérieurs qui souhaitent voir chaque pays mener une politique nationale et protectionniste. Face à ces menaces, l’UE, l’UMP et le PS portent d’une  même voix leur attachement à ce “projet” – même si chacun ne l’envisage pas de la même manière -, refusant de l’abandonner et de le voir s’évaporer.

 

La formule “projet européen” n’a donc pas une fonction référentielle : y faire recours, c’est renvoyer à un socle idéologique, à un héritage politique ainsi qu’à un ensemble de valeurs et d’idéaux, présentés comme partagés par une communauté, les citoyens européens. Le “projet européen”, c’est le ciment autour duquel se réunissent les européens, c’est ce qui fait l’identité et la raison d’être de l’UE. A cet égard, la formule a une fonction d’identification – attachement à une identité et des valeurs communes – et de mobilisation – rassemblement des citoyens pour défendre l’Union européenne et son projet.