Archives par étiquette : Europe

Publication : “Les incommunications européennes”, Hermès 77

 

Le numéro 77 ( de la revue Hermès interroge le fameux “déficit démocratique” de l’Union européenne au prisme des processus communicationnels par lesquels l’Europe se construit et se déconstruit. Comme l’indiquent J. Nowicki, L. Radut-Gaghi et G. Rouet dans l’introduction, les “incommunications” étudiées sont de quatre types et se conjuguent : “à l’intérieur de l’Europe des 28 ; entre Ouest et Est ; avec la façade sud de la Méditerranée ; et à l’intérieur même des États membres ou bien avec leur voisinage immédiat.” 36 articles alimentent la réflexion.

Quatrième de couverture :

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin. […]

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

JA

Parution: Communication & Langages

Valérie Jeanne-Perrier et Sandrine Roginsky viennent de coordonner le dossier « L’Europe sur les réseaux sociaux » dans Communication & Langages (n°183). Six articles permettent d’éclairer à la fois le renouvellement de la communication politique, l’évolution des modalités de la prise de parole politique et les transformations des pratiques à l’ère du numérique.

De nouvelles formes d’écriture intègrent la communication politique au niveau européen. C’est ainsi que Patricia Dias da Silva étudie le recours, plus ou moins réussi, à la vidéo en ligne (Utube notamment) par le personnel politique européen. Valérie Jeanne-Perrier s’attache, quant à elle, à la généralisation de Twitter et Facebook chez les députés. Sandrine Roginsky prolonge le propos en proposant une stimulante ethnographie des usages des mêmes réseaux sociaux par les eurodéputés. De leur côté, Romain Badouard et Micahel Malherbe analysent les fonctions attribuées à internet par les institutions européennes depuis 20 ans: de l’information verticale à l’interactivité comme idéal. Nicolas Baygert poursuit avec la question du marketing politique en interrogeant la refondation du « récit de marque » initiée depuis quelques années par l’UE. Le dossier traite ainsi de l’intégration des nouveaux dispositifs de communication dans les pratiques et les normes professionnelles des politiques et des spécialistes de la communication politique. Il traitre également de l’intégration des recettes du marketing (branding, storytelling…) dans les nouvelles stratégies d’influence politique.

Au-delà de l’originalité de l’objet, l’intérêt des articles tient à leur orientation critique (une citation de J. Elull ouvre le dossier). Tous interrogent les formes, les supports, les dispositifs sociotechniques d’une communication dont les institutions attendent beaucoup : par injonctions successives, le personnel politique est ainsi appelé à communiquer et les citoyens à participer. L’innovation technique au service de la démocratie… 25 ans après L’Utopie de la communication de P. Breton. Alors que les résistances à l’Europe se déploient dans la majorité des États, la question reste sans doute celle de l’audience et du public, de l’efficacité de ces plateformes, de leur capacité à peser sur le rapport subjectif que les citoyens entretiennent aux institutions européennes. Et si l’Europe se « construit », c’est sans doute moins dans la communication institutionnelle de l’UE que dans une confrontation d’autres discours qui, chacun à leur manière, contribue à faire de l’Europe un espace discursif où se définit ce que devraient être l’Europe au regard de ce qu’elle est.

Julien Auboussier

com&lakng