Archives par étiquette : Bruxelles

Appel : “Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Quand polémiques et controverses s’en(m)mêlent…”

A l’automne 2013, une vingtaine de chercheurs européens se réunissait, sur l’initiative de Philippe Schepens, Julien Auboussier et Toni Ramoneda, à Besançon pour penser l’Europe en discours et contre-discours.

Le colloque intitulé « Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Quand polémiques et controverses s’en(m)mêlent… » (17 et 18 décembre 2015) coordonné par Corinne Gobin, Laura Calabrese et François Fecteau de l’Université Libre de Bruxelles poursuivra la réflexion. L’événement est soutenu par “Discours d’Europe” et nous espérons retrouver nombre d’entre vous dans le froid bruxellois de décembre 2015. Ci-dessous l’appel (également disponible en pdf français et anglais en bas de page) :

Colloque international et interdisciplinaire

Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Quand polémiques et controverses s’en(m)mêlent…

Les 17 et 18 décembre 2015 à l’ULB

A l’initiative de l’Université libre de Bruxelles (Cevipol, Graid et Resic), de l’Université de Liège (Lemme), de l’Université de Mons, de l’Université Saint-Louis – Bruxelles (Crespo, IEE), des Groupes de travail «Questions sociales» et «Europe» de l’Association belge francophone de Science politique et du Groupe de contact F.R.S.-FNRS Langue(s) et Politique(s).

Soutenu par l’Observatoire des discours d’Europe (Université de Franche-Comté)

et le Centro Studi sull’Europa (Università di Torino)

La construction européenne a déjà plus de 62 ans si l’on met en route le compteur à la naissance de la Communauté économique du charbon et de l’acier en 1952. Si dans un long premier temps, elle a été principalement l’affaire de la classe politique et de certaines professions directement concernées par son développement (fonctionnaires européens, financiers et exportateurs, industriels, juristes spécialisés en droit communautaire…), l’essentiel des populations européennes des États membres y était largement indifférente. Tout changea avec la décision prise par les élites politiques et économiques de transformer le marché commun des origines, surtout connu pour sa célèbre politique agricole commune (PAC), en une Union économique et monétaire (UEM). Pareil projet nécessitait de telles transformations des mentalités, notamment pour passer à une monnaie commune, qu’il a fallu entreprendre une extraordinaire politique de communication auprès des populations pour essayer de convaincre un maximum de monde possible du bien-fondé de l’entreprise et de ses bienfaits.

C’est avec les débats sur le projet de Traité de Maastricht, dès avant son adoption par les chefs d’État et de gouvernement en décembre 1991, que l’Europe sortit de son « anonymat » populaire… Naquirent ainsi de sérieuses et nombreuses polémiques et controverses dans l’espace public tant sur le sens de cette construction que sur son rythme et ses élargissements, donnant lieu à des dénominations, faisant circuler des argumentaires et des mots d’ordre, et cristallisant des postures politiques : néolibéralisme contre développement de la redistribution sociale, souveraineté nationale contre supranationalisme, Europe des États contre Europe des régions, Europe de gauche contre Europe de droite. Des bipolarisations fortes se construisirent engageant le rejet ou le soutien pur et simple soit de la construction européenne soit du tournant amorcé depuis 1985 et le grand marché. Intégration contre élargissement, fédéralisme contre confédéralisme, supranational contre intergouvernemental, Europe à une vitesse contre Europe à plusieurs vitesses : les polémiques sont aussi intenses parmi les partisans de la construction européenne. Certes ces débats sont plus anciens mais ils restent tout aussi vifs parmi ceux qui s’entendent pourtant à œuvrer à l’édification d’une Europe intégrée.

Avec le virage effectué par le pouvoir politique de l’Union européenne dès 2010 par l’adoption des mesures de la nouvelle gouvernance économique, controverses et polémiques se renforcent de plus belle tout comme la popularisation négative du pouvoir européen symbolisé par une Troïka dont la légitimité est elle aussi fortement mise en débat : Europe des riches contre Europe des pauvres, Europe des banques contre Europe des peuples… Le clivage semble s’accroître davantage de part et d’autre.

Ce prochain événement scientifique prolonge la réflexion commune entamée à l’automne 2013 par le « groupe de Besançon » sur la notion de contre-discours d’Europe et qui a débouché sur la création d’un réseau transnational de réflexion et d’échange dénommé l’Observatoire des discours d’Europe (http://disceurope.hypotheses.org/). Il vise à élargir le cercle de partage des études sur ce type de production discursive ainsi que les disciplines représentées : sciences politiques, socio-linguistique, sociologie, histoire, communication politique et journalisme, économie, philosophie.

Le colloque a pour ambition de réunir deux jours durant des chercheur.e.s universitaires de diverses disciplines travaillant sur des terrains de recherche très variés et qui ont comme point commun de s’intéresser aux discours produits par les acteurs qui s’affrontent autour du processus de la construction européenne, que ce soit d’un point de vue diachronique ou synchronique. Le but est de faire le point sur l’état des principales controverses et polémiques sur la construction européenne pour réfléchir sur l’état réel de l’intégration européenne : quelles sont les polémiques qui s’éteignent ? Quelles sont celles qui survivent au temps ? Retrouve-t-on les mêmes types de débats dans tous les espaces nationaux ? Y a-t-il vraiment débat ou bien s’enferre-t-on dans des monologues imperméables les uns aux autres ? Existe-il au contraire des dialogues qui s’enrichissent mutuellement dans la durée ? Quelles sont les controverses-clés de l’heure ? Quels sont les styles, les arguments, les figures, les artifices les plus mobilisés pour polémiquer ? Qui soutient l’Union européenne, qui la condamne ? Qui soutient l’Europe, qui la condamne ? Ces deux dernières questions amenant des réponses bien différentes. Nous serons également amenés à nous demander quel est le rôle des discours médiatiques dans la construction des problèmes publics liés à l’Europe (i.e. l’entrée de la Turquie) et dans la médiatisation des débats présentés comme des polémiques ou des controverses. Enfin, les polémiques et controverses autour de l’Europe sont également éclairées par leur contraire, la recherche d’un consensus, par exemple lorsque les élites politiques nationales tendent à invoquer l’Union européenne pour créer le consensus autour de mesures entreprises, en particulier dans le champ socio-économique. Quelles sont les modalités de ces types de discours? L’Europe y joue-t-elle le rôle d’un bouc émissaire, d’une contrainte extérieure ? Est-elle présentée comme le lieu de définition du politiquement raisonnable ? Comme l’échelle de gouvernement (ou de « gouvernance ») adéquate pour faire face aux « défis de la mondialisation » ? Bref, comment l’Europe s’articule-t-elle aux discours politiques et économiques ? Comment participe-t-elle au découpage discursif des différentes sphères d’activité sociale ? Comment participe-t-elle à la distinction, en amont de la polémique, entre ce qui peut faire l’objet d’une polémique et ce qui ne le peut pas ? Au-delà des discours politique et médiatique, il nous intéresse d’interroger aussi la dimension des publics médiatiques ou citoyens par le biais des polémiques « profanes », que l’on peut retrouver sur des forums de discussion ou des réseaux sociaux. Les publics vont en effet acquérir une importance de plus en plus grande au fur et à mesure que le processus de construction européenne avance et que se développent des outils de consultation et des dispositifs sociotechniques de participation. La parole citoyenne, qu’elle apparaisse comme des énoncés éclatés (commentaires sur Facebook par exemple) ou sous forme organisée (sondage), est en effet toujours convoquée par les instances de décision, soucieuses de développer les processus de consultation. Mais cette parole peut également déclencher la polémique en lançant des pétitions ou des initiatives citoyennes. Dans ce contexte, la polémique peut être vue comme un outil de démocratisation.

Travailler sur l’Europe, c’est aussi s’inscrire dans un contexte de multilinguisme ; l’Union européenne prend en compte officiellement 24 langues distinctes. Des travaux sur des corpus multilingues seront particulièrement appréciés.

Un appel est lancé afin de recueillir des propositions de communication, que ce soit tant de praticiens de l’analyse du discours, quelle que soit la méthode d’analyse pratiquée, que des analystes travaillant sur les acteurs, les institutions et les politiques de l’Union européenne : le point de convergence des communications qui animeront ce colloque étant l’analyse de polémiques tant passées qu’actuelles sur le contenu et la forme de l’Europe à partir de matériaux textuels. Nous encourageons les participants à construire des corpus ad hoc susceptibles d’exemplifier les questions ici évoquées –la liste n’étant pas par ailleurs exhaustive.

INFORMATIONS PRATIQUES ET CALENDRIER

Lieu : Université libre de Bruxelles (ULB); date : 17 et 18 décembre 2015

Langue de travail : français et anglais

Calendrier de l’événement :

Appel à communication : 5 décembre 2014

Retour des projets de communication : 1er mars 2015

Sélection des projets : 1er mai 2015

Retour des textes de communication : 1er décembre 2015

FORMAT DU PROJET DE COMMUNICATION

3500 signes (espaces compris) comportant le nom, la discipline, l’Université de rattachement et le courriel du/des auteurs, le titre de la communication, la description de l’objet de la recherche, la/les méthodes d’analyses mobilisées, la mise en évidence de son inscription dans le thème du colloque.

COMITE DORGANISATION BELGE

Arthur Borriello (Politologue, Cevipol-ULB), Laura Calabrese (Analyse du discours, RESIC-ULB), Jean-Claude Deroubaix (Sociologue, sciences du langage, ESHS-UMons), Denis Duez (Politologue, IEE-USL-B ; GT ABSP « Europe »), François Fecteau (Sociologue, GRAID-ULB), Geoffrey Geuens (Communication, LEMME-ULg), Corinne Gobin (Politologue, GRAID-ULB ; GT ABSP « Questions sociales »), Clément Jadot (Politologue, Cevipol-ULB), Heidi Mercenier (Politologue, CRESPO-USLB, groupe de contact F.R.S.-FNRS Langue(s) et Politique (s)).

COMITE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL

Julien Auboussier (Communication, Université de Franche-Comté), Paul Bacot (Politologue, professeur émérite de l’IEP Lyon), Michelangelo Conoscenti (Linguiste, Università di Torino), Alice Krieg-Planque (Communication, Université Paris Est-Créteil), Hélène Michel (Politologue, IEP de Strasbourg), Susan Milner (Politologue, University of Bath), Umberto Morelli (Historien, Università di Torino), Coco Norén (Linguiste, Uppsala University), Claire Oger (Communication, Université Paris Est-Créteil), Rachele Raus (Linguiste, Università di Torino), Philippe Schepens (Linguiste, Université de Franche-Comté), Agnès Steuckardt (Linguiste, Université de Montpellier), Pierre Tilly, (Historien, Université catholique de Louvain).

Les projets de communication sont à envoyer à : cogobin@ulb.ac.be, François.Fecteau@ulb.ac.be,lcalabre@ulb.ac.be

brussels-49369_640

Analyse : “Europe de Bruxelles” : du toponyme à la désignation péjorante

Par J. Auboussier (ADCoST-ELLIADD, Université de Franche-Comté)

Europe sociale, Europe politique, Europe fédérale, Europe (néo-)libérale, Europe des citoyens, Europe des bureaucrates, etc. En ajoutant un adjectif ou un complément du nom, on politise l’espace et la géographie. L’adjectif ou le complément du nom propre « Europe » est souvent sémantiquement vague. Et si, à première vue, il apparaît comme « objectif » (sociale, politique,…), force est de constater qu’il s’impose en discours comme « évaluatifs axiologiques » (Kerbrat-Orecchioni 1980). L’accompagnement adjectival contribue à une remotivation du nom « Europe » et à un abandon partiel de sa fonction de localisation. Avec ces diverses expansions nominales, la référence ne se réalise pas directement au référent initial mais à une « image du référent » (Gary-Prieur 1991).

Dans cette perspective, nous nous intéressons ici à un syntagme nominal -« Europe de Bruxelles »- à partir d’un corpus constitué des articles publiés dans Le Monde –LM- (1945-2014) et Le Figaro –LF- (1996-2014) rassemblé grâce à la base Europresse.

Avant de commencer, relevons que, isolé, « Bruxelles » peut désigner par métonymie l’Union européenne, les institutions européennes ou encore la seule Commission européenne. Ces désignations et dénominations peuvent, en usage, intégrer un même paradigme désignationnel. Autrement dit, l’usage métonymique de « Bruxelles » relève de la routine journalistique et ne génère pas d’effets rhétoriques importants. Au contraire de la désignation  « Europe de Bruxelles », il ne s’inscrit pas forcément dans une visée persuasive.

Fréquence du syntagme « Europe de Bruxelles »

Capture

Synthèse

1944-1963 : aucune occurrence (Le Monde)

1964-1988 : rares occurrences (Le Monde)

1989-1997 : hausse de la fréquence initiée par un pic en 1989 (Le Monde, Le Figaro)

1998-2005 : successions de pics de fréquence (Le Monde, Le Figaro) ; fréquence la plus haute en 2003 pour Le Monde, en 2004 pour Le Figaro

La désignation en discours

Le syntagme ici étudié constitue en quelque sorte un double toponyme puisque le nom propre « Europe » est complété par la référence à Bruxelles. Soit l’adjectif ou le complément du nom à valeur adjectivale indique une propreté objective, unanimement reconnue sur la base de laquelle il est possible d’établir des catégories ; soit il caractérise de manière subjective et illustre la position de l’énonciateur (affectivité ou jugement de valeur). Nous allons voir que, à partir du début des années 1990, suite à la promotion politique et médiatique dont il va être l’objet, le complément du nom « de Bruxelles » va finir par s’imposer en discours comme évaluatifs axiologiques. Cette promotion de la désignation péjorante « Europe de Bruxelles » est très clairement à mettre à l’actif de l’extrême droite institutionnelle (FN, MNR, MPF). Elle contribue à la disparition de la valeur de localisation du double toponyme.

1965 : Premier usage

Le premier usage est attesté dans les archives du Monde en1965 :

« Autre surprise, l’intérêt suscité en France par l’idée européenne. Jusqu’à présent les milieux de Bruxelles faisaient un complexe de frustration, ils se sentaient incompris, étrangers. Ils avaient l’impression sue l’idée d’Europe n’intéressait que quelques dirigeants politiques et économiques, qu’elle était trop abstraite pour les foules.  Depuis la défaire relative du général, l’Europe de Bruxelles a l’impression d’être passée du rêve à la réalité. » [7- 12- 65, LM]

Le complément « de Bruxelles » a une valeur descriptive. Il s’agit, par le complément de localisation, d’indiquer que l’on parle de cette nouvelle Europe institutionnelle dont le siège est à Bruxelles.

1989-2000 : le syntagme s’impose comme désignation péjorante

C’est au début de l’été 1989 que la désignation « Europe de Bruxelles » commence à être mobilisé à l’extrême droite et, de ce fait, qu’elle voit sa fréquence d’emploi augmentée. Le même jour, le 20 juin 1989, le syntagme apparaît à deux reprises dans Le Monde. Les deux occurrences s’inscrivent dans un seul et même contexte : la reprise des dires de Jean-Marie Le Pen relatif aux résultats des élections de juin 1989. Ces élections constituent la première opportunité événementielle pour la promotion de la formule :

« Il y a eu moins d’un électeur sur deux qui s’est déplacé. C’est donc un échec cuisant en toute hypothèse pour l’Europe “européiste”, l’Europe de Bruxelles, et si l’on considère qu’il est de même dans l’ensemble de l’Europe, on peut dire que l’européisme strasbourgeois et bruxellois est en grande partie un phénomène artificiel crée par les mondialistes, pour des raisons qu’il restera à rechercher et à décrire devant l’opinion publique. » [20-7-89, LM]

« En tout état de cause, Jean-Marie Le Pen l’affirme, le FN a fait “un réel progrès” par rapport à son score de 1984 alors que “l’Europe européiste, l’Europe de Bruxelles” enregistre un “échec cuisant”, [20-7-89, LM]

Deux remarques. Premièrement, notons que « Europe de Bruxelles » s’inscrit dans le même paradigme désignationnel que « Europe européiste ». L’adjectif « européiste » étant clairement péjorant dans la bouche de Jean-Marie Le Pen, l’apposition des deux désignations contribue à la contagion axiologique du premier au second. C’est pour nous la première occurrence du syntagme dans sa version péjorante. Deuxièmement, si le premier extrait relève de la réaction politique sous forme d’une longue citation (discours rapporté direct), le second illustre déjà la séduction exercée sur l’instance journalistique par la désignation « Europe de Bruxelles » qui, dans le second extrait, prend la forme d’un ilot textuel. Autrement dit, la formule fonctionne puisqu’elle est retenue et « détachée », au sens de Maingueneau, par le journaliste.

Au cours des années 1980, la fréquence reste relativement faible mais largement dépendante de la reprise des propos de personnalités politiques d’extrême droite et, en premier lieu, de Bruno Mégret (encore au FN avant de créer le MNR en 1998) :

« Cet accord scandaleux [accord commercial entre la CEE et les EU] qui brade les intérêts de la France démontre combien les tenants du oui à Maastricht ont trompé les français : “l’Europe de Bruxelles” ne renforce pas la France face aux USA, elle l’entraîne dans la soumission »  [24-11-92, LM]

« En effet, la ratification du traité d’Amsterdam, l’entrée en vigueur de l’Euro, et les élections européennes sont autant de leviers pour son parti devenu, affirme-t-il [B. Mégret], le seul à s’opposer véritablement à “l’Europe de Bruxelles” pourtant désavouée par “un française sur deux”. » [19-9-98, LF]

« M. Mégret a fustigé “les américains qui ont entrepris de dominer le monde et “l’Europe de Bruxelles, cheval de Troie des EU”, ainsi que “l’immigration qui prend aujourd’hui, la forme d’une colonisation à rebours”. » [4-5-99, LM]

Les guillemets encouragent à ne plus lire dans « Europe de Bruxelles » un syntagme à valeur descriptive. Les guillemets indiquent, au contraire, que l’îlot textuel doit être interprété au regard de la situation de communication : un homme politique d’extrême droite stigmatise les institutions européennes par le recours à une désignation devenue péjorante.

2000-2014 : le syntagme comme marqueur discursif de l’extrême droite

Le figement du syntagme et sa récurrence dans les discours de l’extrême droite française sont donc identifiés par l’instance journalistique. A ce titre, cette dernière recourt à cette désignation, sous la forme de l’îlot textuel, comme à un élément définitoire et identitaire de l’extrême droite. Dans ce cadre, « Europe de Bruxelles » s’impose comme une marque, une trace, un signe en discours de l’extrême droite. C’est ce qui apparaît clairement au cours des années 2000, période où la fréquence d’usage du syntagme est la plus importante (pics en 2003-2004 élections-2005 référendum) :

« En reprenant l’antienne de la “victimisation”, le FN entend se placer comme le chantre du “non à la l’Europe de Bruxelles”. “Sur ce registre, nous sommes les seuls car l’extrême gauche défend le mondialisme”, affirme M. Gollnish. » [5-11-3, LM]

« Il y a eu Philippe de Villiers, le pourfendeur de “l’Europe de Bruxelles” au nom d’une  Europe des patries, puis le croisé contre l’Islam “insoluble dans la République”, voici à présent le défenseur de la “France rurale” face “aux technos parisiens”. » [12-9-6, LM]

« La candidate du FN [M. Le Pen], qui veut prendre la tête de l’opposition à “l’Europe de Bruxelles, estime que la Mécanisme européen de stabilité est la “mise en place d’un FMI européen”, lequel placerait la zone Euro sous “la dictature de la finance”. » [1-3-11, LM]

 « L’union soviétique européenne », cible privilégiée de Mme Le Pen. La présidente du Front national impute une part des difficultés de la France à l’Europe de Bruxelles. » [26-1-12, LM]

Le recours au syntagme, en discours rapporté, pour définir un programme, un parti ou un homme politique dépasse même le cadre français :

« Elle [la formation SP –Socialistiche Partij, Pays-Bas] a basé une partie de son succès sur son opposition à “l’Europe de Bruxelles”, qui incarne à ses yeux l’ultralibéralisme et une menace pour les conquêtes sociales et néerlandaises. » [2-11-6, LM]

Si le syntagme jouit d’une certaine promotion médiatique, il faut noter qu’il s’inscrit de plus en plus souvent dans une forme renouvelé du discours rapporté. Il passe de l’ici et maintenant de l’énonciation contextualisé (X a dit que) à la citation décontextualisée sous la forme de l’îlot textuel. Dans la posture de l’archi-énonciateur, le journaliste reprend la formule pour rendre compte d’un positionnement critique européen propre à l’extrême droite.

La question du sens

Sémantiquement, le syntagme étudié revêt dans le corpus plusieurs sèmes que l’on peut présenter et illustrer rapidement.

Sème 1 : fédéralisme (contre la Nation)  

« Une même opposition viscérale [chez J.-M. Le Pen et B. Mégret] à l’“Europe de Bruxelles” et à son “fédéralisme” » [8-6-00, LF]

«”Celui-ci [le Mouvement pour le référendum sur la Constitution européenne], explique dans un communiqué le président du MPF, aura pour but de “rassembler tous les français qui exigent un référendum et qui se préparent à voter “non” à cette Constitution qui va faire de la France un simple Land de l’Europe de Bruxelles“. » [?- ?-4, LF]

« Le chef de l’Etat “a osé parler d’une Europe appuyée sur les nations alors que l’Europe de Bruxelles est en train de les détruire” », a regretté M. Le Pen. » [3-1-5, LF]

« Il ne s’agit pas en effet de détruire les nations pour ériger une supernation, mais de détruire les nations pour les diluer dans un ensemble qui se diluera lui-même dans le reste du monde. L’Europe de Bruxelles est une machine à dissoudre. La construction européenne ne construit pas l’Europe », [Débat et opinions, B. Mégret] [1-4-5, LF]

Sème 2 : bureaucratie + Sème 3 : néo-libéralisme

« Promptes à dénoncer l’Etat providence, elles réclament moins d’impôts et soutiennent la petite entreprise, menacée par la finance, le grand capital et les multinationales ». Souvent antimasstrichienne, cette extrême droite fustige “l’Europe de Bruxelles et sa bureaucratie à laquelle elle oppose une “Europe des nations”. » [11-7-99, LM]

Sème 4 : soumission aux Etats-Unis

« Cet accord scandaleux [accord commercial entre la CEE et les EU] qui brade les intérêts de la France démontre combien les tenants du oui à Maastricht ont trompé les français : l’Europe de Bruxelles ne renforce pas la France face aux USA, elle l’entraîne dans la soumission. » [B. Megret] [24-11-92, LM]

« M. Mégret a fustigé “les américains qui ont entrepris de dominer le monde” et “l’Europe de Bruxelles, cheval de Troie des EU”, ainsi que  “l’immigration qui prend aujourd’hui, la forme d’une colonisation à rebours”. » [4-5-99, LM]

Sème 5 : éloignée des citoyens français

« Autant l’Europe de Bruxelles est détestable dans son mépris des peuples et son incapacité à les défendre, autant elle est utile dans son approche, critiquée par le FN, d’une gestion raisonnable des États. »[18-4-14, LF]

Sème 6 : en échec

« Il [P. de Villiers] note aussi la disparition de ceux qui, hier, pouvaient être des concurrents, tels que P. Seguin ou J.-P. Chevènement, au moment où explique-t-il, “le souverainisme détient une valeur positive et les exemples d’échec de l’Europe de Bruxelles abondent”. » [22-11-3, LM]

« Les souverainistes ne s’arrêtent pas à un tel argument : pour eux, Airbus est le fruit de “l’Europe qui marche”, qui n’est pas “l’Europe de Bruxelles” », [3-6-5, LM]

« L’Europe de Bruxelles » apparaît finalement, par un jeu de miroir inversée, comme l’exact contraire de l’idéal politique de l’extrême droite. Cette dernière y projette ce qui fonde sa revendication identitaire : Nation, indépendance et proximité avec le peuple.

« Europe de Bruxelles » et biais d’attribution

Sans doute, faudrait-il approfondir l’étude des « biais d’attribution » (au sens offert à cette notion par la science politique) relatifs à l’Europe. « L’Europe de Bruxelles » constitue, dans le discours d’extrême droite repris dans Le Monde et Le Figaro, la source des maux dont souffre la France. Les exemples sont nombreux :

« L’union soviétique européenne », cible privilégiée de Mme Le Pen. La présidente du Front national impute une part des difficultés de la France à l’Europe de Bruxelles“. » [26-1-12, LM]

« Le président du FN a décrit l’Europe comme “une grosse méduse, molle et sans forces, incapable de se défendre elle-même et contrainte de n’être qu’un protectorat”. Selon M. Le Pen, “la France est au bord de la faillite économique, sociale, politique et morale” et la faute en revient à l’”Europe de Bruxelles”. » [3-5-5, LM]

« “Je suis allé à la rencontre de nos compatriotes qui souffrent, des laissés-pour-compte des dépôts de bilan”, a-t-il (J.-M. Le Pen) dit, dénonçant la “décomposition du secteur productif” de la France, dont la responsabilité revient à “l’Europe de Bruxelles”. » [18-4-7, LF]

«  Les frontistes sont persuadés que les événements vont finir de convaincre les Français que l’Union européenne est l’ennemi à abattre. Marine Le Pen ne se prive jamais de l’accabler de tous les maux et de rendre “l’Europe de Bruxelles” responsables de tous les problèmes de la France. » [30-4-13, LM]

Conclusion

Ainsi, si « Bruxelles » comme métonymie de l’Europe peut échapper à l’emblématisation péjorante (Boyer 2008) pour désigner l’Union européenne, le dénomination « Europe de Bruxelles » s’inscrit dans la majorité des cas dans une perspective critique.

Relevons pour finir que le processus de figement s’explique par la rencontre des stratégies de communication politique et des attentes médiatiques en termes de formes discursives (notamment en termes de format : les fameuses « petites phrases » par exemple). A ce titre, Krieg-Planque proposait d’appréhender la communication politique « comme un ensemble de savoir-faire relatifs à l’anticipation des pratiques de reprise, de transformation et de reformulation des énoncés et de leurs contenus » (Krieg-Planque, 2009, « Pour une analyse discursive de la communication », Actes du colloque « Le français parlé dans les médias : les médias et le politique »). Une telle définition a le mérite de prendre en compte à la fois la dimension discursive (modalités de détachabilité des énoncés notamment) et la dimension sociologiques des pratiques journalistiques (routines). Autrement dit, la promotion médiatique du syntagme, sa mise en circulation dans l’espace public s’explique autant par les stratégiques rhétoriques et discursives de l’extrême droite que par leur objectivation dans le discours médiatique par l’instance journalistique.

lumps-et-leurope-de-bruxelles-le-jeu-des-7-erreurs-louis-aliot-candidat-fn-rbm-liste-bleu-marine-du-sud-ouest-europeennes-2014-page-1

Visuel de la campagne 2014  proposée par la “Liste Bleu Marine” [http://louisaliot2014.com]

Cliquer sur l’image pour la grossir