Archives par étiquette : appel

Appel: Médias en ligne, acteurs européens et discours

Luciana Radut-Gaghi de l’Université de Cergy-Pontoise coordonne le projet LEMEL : une étude comparative, internationale, en réseau, des discours relatifs à l’Europe dans les médias en ligne (journaux en ligne, plateformes collaboratives, blogs, réseaux sociaux…). Un carnet de recherche a récemment été ouvert : https://lemel.hypotheses.org/

C’est dans le cadre ouvert par LEMEL que l’appel ci-joint est diffusé. Il encourage les chercheurs à interroger le rôle des médias en ligne dans la configuration et la circulation des discours sur l’Europe avec une attention particulière accordée à l’articulation entre les discours de la société civile et les discours politiques.

Colloque international Médias en ligne, acteurs européens et discours
Réseau LEMEL-L’Europe dans les médias en ligne

Les 23 et 24 juin 2016

cropped-Capture-d’écran-2016-01-10-à-23.35.43

Université de Cergy-Pontoise, site de Gennevilliers

Laboratoire LDI – Lexiques, Dictionnaires, Informatique, UMR 7187

Responsable scientifique du colloque Luciana Radut-Gaghi, MCF, UCP

Appel à communication

Le deuxième colloque LEMEL (le premier ayant eu lieu en mai 2015) a un double objectif: présenter les résultats du projet homonyme et réunir des chercheurs et des acteurs de la communication européenne. Nous interrogeons la place des médias en ligne dans la formation et la transmission du discours sur l’Europe, en nous concentrant sur l’articulation avec les discours des acteurs de la société civile et les discours politiques.

Toutes le formes discursives en ligne sont à analyser: versions en ligne des médias papier, journaux et plateformes en ligne, blogs, tweets, etc. Les approches comparatives et interdisciplinaires seront privilégiées.

Les chercheurs sont invités à soumettre de propositions qui abordent au moins une des thématiques suivantes:

– représentations de l’Europe

– histoire et récit sur l’Europe

– événements médiatiques à l’échelle européenne

– communication interculturelle

– espace culturel européen

– espace public européen

Calendrier

Les propositions de communication (300 mots) seront à envoyer à l’adresse lemel.contact@gmail.com avant le 15 mars 2016. Les résultats de l’évaluation des propositions par le comité scientifique seront annoncés le 5 avril.

Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Les inscriptions seront ouvertes le 9 mai.

La participation sera de 30 euros pour les enseignants-chercheurs et de 20 euros pour les doctorants, docteurs et chercheurs sans affiliation.

Un ouvrage issu du colloque sera publié fin 2016 dans la collection Humanités numériques de L’Harmattan. Les textes seront attendus pour le 1er septembre.

Comité scientifique

Juraj Babic, Université Pan-européenne de Bratislava

Camelia Beciu, Université de Bucarest

Axel Boursier, Université de Cergy-Pontoise

Patrick Haillet, Université de Cergy-Pontoise

Zuzana Ihnatova, Université Pan-européenne de Bratislava

Gabrielle Le Tallec Lloret, Université Paris 13

Pina Lalli, Université de Bologne

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

Katarzyna Korab, Université de Varsovie

Joanna Nowicki, Université de Cergy-Pontoise

Denisa Oprea, Ecole nationale d’études politiques et administratives, Bucarest

Luciana Radut-Gaghi, Université de Cergy-Pontoise

Gilles Rouet, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Hedwig Wagner, Université Bauhaus de Weimar

Comité d’organisation

Axel Boursier, Université de Cergy-Pontoise

Denisa Oprea, Ecole nationale d’études politiques et administratives, Bucarest

Luciana Radut-Gaghi, Université de Cergy-Pontoise

Partenaires

Université de Cergy-Pontoise

Laboratoire LDI – Lexiques, Dictionnaires, Informatique, UMR 7187

Fondation de l’Université de Cergy-Pontoise

 

Appel: Campaigning and voting in Europe.

Vous trouverez ci-dessous un appel relatif au workshop “Campaigning and voting in Europe. New challenges, new perspectives“. Orienté sciences politiques, l’appel est  susceptible d’intéresser certains d’entre vous.

Workshop, Paris 14-16 December 2015.

A plethora of elections have taken place across the European continent over the last twelve months, from the European parliamentary election involving all 28 member states in May 2014 to more recent national contests in Greece, Romania, Spain, Poland, Denmark, Finland, Portugal, Estonia and the UK.
This conference aims to examine the conduct of European campaigns and their impact on voter turnout and voter choices.
In this conference we seek to dissect more closely the elements of an election campaign and particularly to try to deal with the question of how we identify and measure a successful campaign. To explore this we aim to bring together scholars of parties, political communication and electoral behaviour in a bid to connect the analysis of the supply and demand side of election campaigns.
We invite papers that seek to model and compare election campaign strategy and practice over time and also space as well as papers that examine responses of citizens to campaigns. In particular we seek to develop global understandings of what works and what does not in terms of enhancing their effects on outcomes?
Papers may address, but should not be limited to, questions such as:
How elections campaigns have changed in styles, strategies, tools and with what impacts?
Is big data changing both the conduct of campaigns and the study of voting behaviour?
Are voters becoming less predictable, more changeable and so more open to persuasion?
To what extent is it policies or personalities which determine outcomes?

Keynote speakers:
Claes de Vreese, Professor of Political Communication, University of Amsterdam, NL
Rüdiger Schmitt-Beck, Professor of Political Science & CSES, University of Mannheim

Important dates:
Friday 4th September 2015 – submission of abstract
[Abstract: 500 words (theoretical and methodological approach, data description, preliminary findings; your name and university)]
Please send any questions and the abstracts to: europeelections@audencia.com
18th September 2015 – decision on acceptance
18th September 2015 – registration open
15th November 2015 – end of registration

Scientific committee
Rachel Gibson, Manchester University, UK
Karolina Koc-Michalska, Audencia Business School, FR
Darren Lilleker, Bournemouth University, UK
Ralph Negrine, University of Sheffield, UK
Sylvie Strudel, Université Paris 2 Panthéon-Assas, FR
Thierry Vedel, Sciences-Po Paris, FR

Conference supported by:
International Communication Association, Political Communication Division
International Political Science Association (RC22)

Karolina Koc-Michalska
Assistant Professor Communication School at Audencia Business School, France
1 rue Marivaux
44 003 Nantes
France
Associated Researcher, CEVIPOF, Sciences-Po Paris

IMG_7856-1Photo : Auboussier (campagne 2015, Vienne, Autriche)

Appel: “Populisme(s) en Europe”

L’Université François Rabelais de Tours accueillera les 10 et 11 mars 2006 un colloque international intitulé “Populisme(s) en Europe”. L’événement est orienté sciences politiques et sociologie politique. Des interventions qui relèvent de l’analyse des textes et/ou des discours peuvent sans doute se faire une petite place dans le programme. Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et les modalités de réponse.
J. Auboussier
Argumentaire
Les élections qui se succèdent depuis une dizaine d’années en Europe ont vu émerger à droite des partis politiques que nombre d’observateurs se sont empressés de qualifier de « populistes ». Ce terme générique a permis de regrouper sous une même appellation des partis ayant des traditions, voire des fondements idéologiques forts divers. En effet, alors que plusieurs d’entre eux s’inscrivent dans une tradition historique d’extrême droite, au demeurant plurielle, à l’instar du Front national français, du FPÖ autrichien ou du Vlaams Belang belge, d’autres puisent dans des traditions agrariennes de droite, tel l’UDC suisse de Chrisophe Blocher et Oskar Freysinger ou constituent des courants inédits, mêlant xénophobie et défense des valeurs libérales (droits des femmes, des homosexuels), comme le PPV de Geert Wilders l’incarne aux Pays-Bas. A cette pluralité de populismes droitiers s’ajoute le fait que depuis peu en Europe, des leaders charismatiques de formations de gauche, Mouvement cinq étoiles en Italie lancé par Pepe Grillo, Parti de gauche en France avec Jean-Luc Mélenchon, n’hésitent pas à plaider la souveraineté du peuple face à la confiscation du pouvoir par les élites politiques ou économiques inscrites dans des configurations supranationales.
Ce terme « populisme » paraît commode d’un point de vue sémantique, en ce qu’il permet de regrouper sous une même appellation des partis que beaucoup de choses opposent en dehors du rejet des élites « déconnectées » et/ou « corrompues » s’accaparant le pouvoir au détriment du peuple. Cependant, il s’avère pour le moins problématique dès lors que l’on tâche d’en préciser les termes, que ce soit dans ses dimensions historiques ou politiques. Cette complexité tient également à la polysémie du mot « peuple » susceptible de prendre différentes figures : plèbe, ethnie, classes populaires, ouvriers, nation, etc. D’où la difficulté de rendre ce terme opératoire en sciences sociales, qui tient autant à son caractère excessivement flou qu’aux enjeux politiques et idéologiques qui entourent son usage.
Nous souhaitons, lors de ce colloque, interroger l’actualité de l’émergence de ces mouvements dits populistes en Europe à travers quatre interrogations principales. Etant donné le flou conceptuel qui entoure le terme étudié, on privilégiera les communications basées sur de solides données empiriques ressortissant de perspectives disciplinaires variées (histoire, sociologie, science politique, ethnologie, droit, etc.).
Axe 1. Genèses et théories du populisme
Dans ce premier axe, il s’agira d’interroger la notion de « populisme », d’un point de vue d’analyse conceptuelle et/ou comparative. L’attention se portera en particulier sur les expériences politiques qui ont façonné le terme et les réflexions qui l’entourent, tels que (par exemple) le socialisme agrarien russe du XIXe siècle, les multiples mouvements états-uniens des XIXe et XXe siècles, ou encore les diverses expériences sud-américaines, du péronisme aux mouvements bolivariens. A la croisée entre études empiriques et analyses théoriques, l’enjeu sera de préciser ce qu’est le phénomène populiste, à la fois comme praxis, comme logique et comme projet politique, ainsi que son rapport ambivalent à la logique démocratique.
A travers la diversité des expériences et des mouvements, il s’agira de tenter d’identifier ce qui fait la spécificité du populisme, ce qui le distingue d’autres logiques politiques, mais aussi d’interroger sa plasticité et ses évolutions historiques. Le détour comparatif et conceptuel pourra ainsi déboucher sur l’étude critique des usages contemporains de la notion, en particulier son application à des mouvements européens contemporains extrêmement divers, nonobstant leurs modalités d’organisation et d’action différentes, aussi bien que leurs orientations politiques parfois radicalement divergentes.
Axe 2. Actualités du populisme en Europe
Dans un deuxième axe seront interrogées les spécificités des mouvements dits populistes qui émergent en Europe depuis maintenant une dizaine d’années. On se penchera dans cette perspective tant sur ce qui rassemble ces mouvements que sur ce qui les distingue. Cette session se focalisera aussi bien sur la mise en avant d’un leader charismatique, sur le rejet des élites économiques et/ou politiques que sur les renouveaux des discours identitaires par lesquels certains de ces mouvements se sont efforcés de construire depuis quinze ans une nouvelle forme d’altérophobie tentant de concilier le rejet de l’islam et des Musulmans avec la défense des valeurs libérales.
On attendra de ces interventions qu’elles s’inscrivent dans une perspective empirique, que ce soit à partir d’enquêtes qualitatives au sein de ces mouvements, l’étude de leurs programmes ou de leurs outils de propagande, ou encore d’enquêtes quantitatives auprès des adhérents ou électeurs.
Axe 3. Les populismes face aux institutions européennes
Un troisième axe questionnera le rapport de ces mouvements à l’Union européenne et à la Convention européenne des droits de l’homme, en s’attachant notamment au paradoxe de leur positionnement consistant à vilipender l’UE et la CEDH et à participer aux élections au Parlement européen. Les usages des institutions européennes par les responsables de ces partis méritent ainsi une attention particulière. Beaucoup de ces mouvements se distinguent de par leurs discours souverainistes, voire nationalistes, combattant toute perspective supranationale, au premier rang desquels on compte la globalisation économique et/ou culturelle et la «fédéralisation » européenne. Toutefois, les occurrences électorales propres aux institutions européennes sont instrumentalisées de façon à disposer d’une caisse de résonance de leurs discours populistes et il conviendra d’en analyser en particulier les retombées sur les scènes nationales.
Il faudrait aussi se pencher sur le comportement des membres « populistes » des institutions européennes, en particulier les députés au Parlement européen : les membres de ces partis adaptent-ils leur comportement une fois représentés dans ces institutions ou se limitent-ils encore à la dénonciation des institutions européennes ? Dans quelle mesure les utilisent-ils pour mieux défendre leurs idées et/ou leurs intérêts? Si des travaux récents tentent de classer les comportements des « eurosceptiques », qu’en est-il des députés européens « populistes » ?
De même, au sein des institutions du Conseil de l’Europe, les membres « populistes » essaient-ils d’infléchir ou non la démocratie et les droits de l’homme ? L’exemple de la surveillance de l’exécution des arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme par le Comité des ministres pourrait être intéressant.
Axe 4. Les institutions européennes face aux populismes
Un quatrième axe s’interrogera sur ce que font les institutions européennes face aux populismes aussi bien en termes de capacité des institutions européennes que de prise en compte de ces mouvements. Il s’agit d’analyser comment sont appréhendés ces mouvements par l’Union européenne et le Conseil de l’Europe. Pourraient être abordées aussi bien les questions d’identification de ces mouvements en droit européen (conventionnel et de l’Union européenne), que celles de capacité des institutions européennes à les laisser s’exprimer en leur sein (compte tenu notamment du jeu des coalitions européennes et des règles du « droit parlementaire européen ») et de sanction en cas de non-respect des valeurs communes quand ces mouvements sont au pouvoir dans un État. L’exemple de l’(in)application de l’article 7 du traité sur l’Union européenne et de la clause d’exclusion du Conseil de l’Europe pourrait être pris, à travers notamment l’étude de la crise autrichienne. Les prises de position et (in)actions des institutions européennes face aux réformes constitutionnelles récentes d’un État membre comme la Hongrie qui, pour de nombreux observateurs, éloignent ce pays du socle de valeurs de la démocratie et des droits de l’homme, mériteraient aussi d’être analysées.
Une analyse sociologique des pratiques du personnel européen vis-à-vis des représentants populistes aurait ici toute sa place. En se glissant dans les interstices du droit, ou en jouant sur ses ressorts, s’efforcent-ils de limiter la « capacité de nuisance » de ces représentants qui mettent en cause les fondements mêmes des institutions qu’ils incarnent ? Ou, à l’inverse, s’en tiennent-ils à une position de neutralité propre à leur devoir de fonctionnaire ?
Cet axe pourrait rassembler aussi bien des études académiques que des témoignages d’acteurs en poste auprès d’une institution européenne ou de la Cour européenne des droits de l’homme.
Modalités de soumission
Le colloque privilégiera les communications traitant de l’un ou de l’autre des quatre axes de réflexion ci-dessus. Des propositions pourront néanmoins s’inscrire au croisement de plusieurs thématiques.
Le colloque est ouvert aux communications en anglais.
Les propositions de communication ne devront pas dépasser 5000 signes. Elles sont à transmettre au plus tard le 1er juin 2015 à l’adresse suivante :
Les réponses seront communiquées à la mi-juillet. Une version écrite de la communication (30 000 signes environ) devra être transmise aux organisateurs le 15 janvier 2016 au plus tard.
Comité scientifique
Cécile Alduy, Professeure de littérature et de civilisation française à l’université de Stanford (Etats-Unis), chercheuse au Freeman Spogli Institute for International Studies
Pierre Birnbaum, Professeur émérite de sociologie politique à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Pascal Delwit, Professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles (Belgique)
Alexandre Dézé, Maître de conférences de science politique à l’Université Montpellier 1
Guy Hermet, Directeur d’études émérite à Sciences Po Paris
Hanspeter Kriesi, Professeur de science politique, Chaire Stein Rokkan en Politique comparée, Institut d’études européennes de Florence (Italie)
Nonna Mayer, Directrice de recherche émérite au CNRS, Centre d’études européennes de Science Po
Pierre-Yves Monjal, Professeur de droit public à l’Université de Tours
Henri Oberdorff, Professeur émérite de droit public à l’Université de Grenoble-Alpes, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble
Stéphane Vibert, Professeur de sociologie et d’anthropologie à l’Université d’Ottawa (Canada)
Comité d’organisation
Sylvain Crépon (maître de conférences de science politique à l’Université de Tours)
Morgan Donot (Docteure en science politique, Université Paris 3-Sorbonne nouvelle)
Nathalie Duclos (maître de conférences de science politique à l’Université de Tours)
Christine Guillard (maître de conférences de droit public à l’Université de Tours)
Audric Vitiello (maître de conférences de science politique à l’Université de Tours)
 
Bibliographie indicative
« Populisme, Contre-populisme », Actuel Marx, n°54, 2013
« Peuple, populaire, populisme », Hermès, n°42, 2005
« Les populismes », Politique et sociétés, vol.21 n°2, 2002
Cécile Alduy, Stéphane Wahnich, Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste, Paris, Seuil, 2015
Hans-Georg Betz, La droite populiste en Europe. Extrême et démocrate ? Paris, Autrement-CEVIPOF, 2004
Hans-Georg Betz, Stefan Immerfall (eds), The New Politics of the Right : Neo-Populist Parties and Movments in Established Democracies, London, Macmillan, 1998
Pierre Birnbaum, Le peuple et les gros : genèse du populisme, Paris, Hachette, 2012
Laurent Bouvet, Le sens du peuple : la gauche, la démocratie, le populisme, Paris, Gallimard, 2012
Nathalie Brack, L’euroscepticisme au sein du parlement européen. Stratégies d’une opposition anti-système au cœur des institutions, Promoculture-Larcier, 2014
Margaret Canovan, Populism, London, Junctions books, 1981
Janine Chêne, Olivier Ihl, Éric Vial, Ghislain Waterlot, La tentation populiste au cœur de l’Europe, Paris, La Découverte, 2003
Catherine Colliot-Thélène, Florent Guénard (dir.), Peuples et populisme, Paris, PUF, 2014
Annie Collovald, Le « populisme » du FN, un dangereux contresens, Bellecombes-en-Bauge, Ed. du Croquant, 2004
Christine Couvrat, Joseph Yvon Thériault (dir.), Les formes contemporaines du populisme, Montréal, Athéna, 2014
Pascal Delwit, Philippe Poirier (dir.), Extrême droite et pouvoir en Europe, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007
Alexandre Dézé, « Le populisme ou l’introuvable Cendrillon. Autour de quelques ouvrages récents », Revue française de science politique, 1/2004 (Vol. 54)
Francette Fines, « De l’influence de la crise autrichienne sur l’avenir de l’Union européenne », in Cinquante ans de droit communautaire. Mélanges en hommage G. Isaac, Presses de l’université de Toulouse, 2004
Sergie Gherghina, Sergiu Mişcoiu, Sorina Soare (eds.), Contemporary Populism : a controversial concept and its diverse forms, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2013
Paul Hainsworth (ed.), The Extreme Right in Europe and the USA, London, Pinter, 1994
Guy Hermet, Les populismes dans le monde, Paris, Fayard, 2001
Michael Kazin, The Populist Persuasion : An American History, New York, Basic Books, 1995
Hanspeter Kriesi, (et al), West European Politics in the Age of Globalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2008
Hanspeter Kriesi, « The Populist Challenge », in West European Politics, 37(2), 2014
Ernesto Laclau, La raison populiste, Paris, Seuil, 2008
Seymour Martin Lipset, Political Man, New-York, Doubleday and Co, 1960
Nonna Mayer, Ces français qui votent FN, Paris, Flammarion, 1999
Yves Mény, Yves Surel, Par le peuple, pour le peuple : le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, 2000
Cas Mudde, Populist Radical Right Parties in Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2007
Henri Oberdorff, Libertés fondamentales et droits de l’homme, Paris, LGDJ, 2013
Henri Oberdorff, « Le respect des valeurs communes : Démocratie, Etat de droit et respect des droits de l’Homme », in Laurence Potvin-Solis (dir.), Le statut de l’Etat membre de l’Union européenne, Quatorzièmes journées Jean Monet, Caen, 27 novembre 2014
Norman Pollack, The Populist Mind, Indianapolis, Bobbs-Merrill Company, 1967
Laurence Potvin-Solis (dir.), Les valeurs communes dans l’Union européenne, coll. Colloques Jean Monet, Bruylant, 2014
Pierre-André Taguieff, L’illusion populiste : de l’archaïque au médiatique, Paris, Berg International, 2002
Carlos de la Torre, Cynthia Arnson (eds), Latin America Populism in the 21st century, Washington / Baltimore, Woodrow Wilson Center Press / John Hopkins University Press, 2013
Jean-Pierre Rioux (dir.), Les populismes, Paris, Perrin, 2007
Franco Venturi, Les intellectuels, le peuple et la révolution : histoire du populisme russe au 19e siècle, Paris, Gallimard, 1972
Stéphane Vibert, « Le populisme et les aléas de l’expression démocratique », in Christine Couvrat, Joseph-Yvon Thériault (dir.), Les formes contemporaines du populisme, Montréal, Athena, 2014
Ruth Wodak, Brigitte, Majid KhosraviNik (dir.), Right-Wing Populism in Europe : Politics and Discourse, Londres / New York, Bloomsbury Academic, 2013Marinejpg

Appel : “Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Quand polémiques et controverses s’en(m)mêlent…”

A l’automne 2013, une vingtaine de chercheurs européens se réunissait, sur l’initiative de Philippe Schepens, Julien Auboussier et Toni Ramoneda, à Besançon pour penser l’Europe en discours et contre-discours.

Le colloque intitulé « Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Quand polémiques et controverses s’en(m)mêlent… » (17 et 18 décembre 2015) coordonné par Corinne Gobin, Laura Calabrese et François Fecteau de l’Université Libre de Bruxelles poursuivra la réflexion. L’événement est soutenu par “Discours d’Europe” et nous espérons retrouver nombre d’entre vous dans le froid bruxellois de décembre 2015. Ci-dessous l’appel (également disponible en pdf français et anglais en bas de page) :

Colloque international et interdisciplinaire

Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Quand polémiques et controverses s’en(m)mêlent…

Les 17 et 18 décembre 2015 à l’ULB

A l’initiative de l’Université libre de Bruxelles (Cevipol, Graid et Resic), de l’Université de Liège (Lemme), de l’Université de Mons, de l’Université Saint-Louis – Bruxelles (Crespo, IEE), des Groupes de travail «Questions sociales» et «Europe» de l’Association belge francophone de Science politique et du Groupe de contact F.R.S.-FNRS Langue(s) et Politique(s).

Soutenu par l’Observatoire des discours d’Europe (Université de Franche-Comté)

et le Centro Studi sull’Europa (Università di Torino)

La construction européenne a déjà plus de 62 ans si l’on met en route le compteur à la naissance de la Communauté économique du charbon et de l’acier en 1952. Si dans un long premier temps, elle a été principalement l’affaire de la classe politique et de certaines professions directement concernées par son développement (fonctionnaires européens, financiers et exportateurs, industriels, juristes spécialisés en droit communautaire…), l’essentiel des populations européennes des États membres y était largement indifférente. Tout changea avec la décision prise par les élites politiques et économiques de transformer le marché commun des origines, surtout connu pour sa célèbre politique agricole commune (PAC), en une Union économique et monétaire (UEM). Pareil projet nécessitait de telles transformations des mentalités, notamment pour passer à une monnaie commune, qu’il a fallu entreprendre une extraordinaire politique de communication auprès des populations pour essayer de convaincre un maximum de monde possible du bien-fondé de l’entreprise et de ses bienfaits.

C’est avec les débats sur le projet de Traité de Maastricht, dès avant son adoption par les chefs d’État et de gouvernement en décembre 1991, que l’Europe sortit de son « anonymat » populaire… Naquirent ainsi de sérieuses et nombreuses polémiques et controverses dans l’espace public tant sur le sens de cette construction que sur son rythme et ses élargissements, donnant lieu à des dénominations, faisant circuler des argumentaires et des mots d’ordre, et cristallisant des postures politiques : néolibéralisme contre développement de la redistribution sociale, souveraineté nationale contre supranationalisme, Europe des États contre Europe des régions, Europe de gauche contre Europe de droite. Des bipolarisations fortes se construisirent engageant le rejet ou le soutien pur et simple soit de la construction européenne soit du tournant amorcé depuis 1985 et le grand marché. Intégration contre élargissement, fédéralisme contre confédéralisme, supranational contre intergouvernemental, Europe à une vitesse contre Europe à plusieurs vitesses : les polémiques sont aussi intenses parmi les partisans de la construction européenne. Certes ces débats sont plus anciens mais ils restent tout aussi vifs parmi ceux qui s’entendent pourtant à œuvrer à l’édification d’une Europe intégrée.

Avec le virage effectué par le pouvoir politique de l’Union européenne dès 2010 par l’adoption des mesures de la nouvelle gouvernance économique, controverses et polémiques se renforcent de plus belle tout comme la popularisation négative du pouvoir européen symbolisé par une Troïka dont la légitimité est elle aussi fortement mise en débat : Europe des riches contre Europe des pauvres, Europe des banques contre Europe des peuples… Le clivage semble s’accroître davantage de part et d’autre.

Ce prochain événement scientifique prolonge la réflexion commune entamée à l’automne 2013 par le « groupe de Besançon » sur la notion de contre-discours d’Europe et qui a débouché sur la création d’un réseau transnational de réflexion et d’échange dénommé l’Observatoire des discours d’Europe (http://disceurope.hypotheses.org/). Il vise à élargir le cercle de partage des études sur ce type de production discursive ainsi que les disciplines représentées : sciences politiques, socio-linguistique, sociologie, histoire, communication politique et journalisme, économie, philosophie.

Le colloque a pour ambition de réunir deux jours durant des chercheur.e.s universitaires de diverses disciplines travaillant sur des terrains de recherche très variés et qui ont comme point commun de s’intéresser aux discours produits par les acteurs qui s’affrontent autour du processus de la construction européenne, que ce soit d’un point de vue diachronique ou synchronique. Le but est de faire le point sur l’état des principales controverses et polémiques sur la construction européenne pour réfléchir sur l’état réel de l’intégration européenne : quelles sont les polémiques qui s’éteignent ? Quelles sont celles qui survivent au temps ? Retrouve-t-on les mêmes types de débats dans tous les espaces nationaux ? Y a-t-il vraiment débat ou bien s’enferre-t-on dans des monologues imperméables les uns aux autres ? Existe-il au contraire des dialogues qui s’enrichissent mutuellement dans la durée ? Quelles sont les controverses-clés de l’heure ? Quels sont les styles, les arguments, les figures, les artifices les plus mobilisés pour polémiquer ? Qui soutient l’Union européenne, qui la condamne ? Qui soutient l’Europe, qui la condamne ? Ces deux dernières questions amenant des réponses bien différentes. Nous serons également amenés à nous demander quel est le rôle des discours médiatiques dans la construction des problèmes publics liés à l’Europe (i.e. l’entrée de la Turquie) et dans la médiatisation des débats présentés comme des polémiques ou des controverses. Enfin, les polémiques et controverses autour de l’Europe sont également éclairées par leur contraire, la recherche d’un consensus, par exemple lorsque les élites politiques nationales tendent à invoquer l’Union européenne pour créer le consensus autour de mesures entreprises, en particulier dans le champ socio-économique. Quelles sont les modalités de ces types de discours? L’Europe y joue-t-elle le rôle d’un bouc émissaire, d’une contrainte extérieure ? Est-elle présentée comme le lieu de définition du politiquement raisonnable ? Comme l’échelle de gouvernement (ou de « gouvernance ») adéquate pour faire face aux « défis de la mondialisation » ? Bref, comment l’Europe s’articule-t-elle aux discours politiques et économiques ? Comment participe-t-elle au découpage discursif des différentes sphères d’activité sociale ? Comment participe-t-elle à la distinction, en amont de la polémique, entre ce qui peut faire l’objet d’une polémique et ce qui ne le peut pas ? Au-delà des discours politique et médiatique, il nous intéresse d’interroger aussi la dimension des publics médiatiques ou citoyens par le biais des polémiques « profanes », que l’on peut retrouver sur des forums de discussion ou des réseaux sociaux. Les publics vont en effet acquérir une importance de plus en plus grande au fur et à mesure que le processus de construction européenne avance et que se développent des outils de consultation et des dispositifs sociotechniques de participation. La parole citoyenne, qu’elle apparaisse comme des énoncés éclatés (commentaires sur Facebook par exemple) ou sous forme organisée (sondage), est en effet toujours convoquée par les instances de décision, soucieuses de développer les processus de consultation. Mais cette parole peut également déclencher la polémique en lançant des pétitions ou des initiatives citoyennes. Dans ce contexte, la polémique peut être vue comme un outil de démocratisation.

Travailler sur l’Europe, c’est aussi s’inscrire dans un contexte de multilinguisme ; l’Union européenne prend en compte officiellement 24 langues distinctes. Des travaux sur des corpus multilingues seront particulièrement appréciés.

Un appel est lancé afin de recueillir des propositions de communication, que ce soit tant de praticiens de l’analyse du discours, quelle que soit la méthode d’analyse pratiquée, que des analystes travaillant sur les acteurs, les institutions et les politiques de l’Union européenne : le point de convergence des communications qui animeront ce colloque étant l’analyse de polémiques tant passées qu’actuelles sur le contenu et la forme de l’Europe à partir de matériaux textuels. Nous encourageons les participants à construire des corpus ad hoc susceptibles d’exemplifier les questions ici évoquées –la liste n’étant pas par ailleurs exhaustive.

INFORMATIONS PRATIQUES ET CALENDRIER

Lieu : Université libre de Bruxelles (ULB); date : 17 et 18 décembre 2015

Langue de travail : français et anglais

Calendrier de l’événement :

Appel à communication : 5 décembre 2014

Retour des projets de communication : 1er mars 2015

Sélection des projets : 1er mai 2015

Retour des textes de communication : 1er décembre 2015

FORMAT DU PROJET DE COMMUNICATION

3500 signes (espaces compris) comportant le nom, la discipline, l’Université de rattachement et le courriel du/des auteurs, le titre de la communication, la description de l’objet de la recherche, la/les méthodes d’analyses mobilisées, la mise en évidence de son inscription dans le thème du colloque.

COMITE DORGANISATION BELGE

Arthur Borriello (Politologue, Cevipol-ULB), Laura Calabrese (Analyse du discours, RESIC-ULB), Jean-Claude Deroubaix (Sociologue, sciences du langage, ESHS-UMons), Denis Duez (Politologue, IEE-USL-B ; GT ABSP « Europe »), François Fecteau (Sociologue, GRAID-ULB), Geoffrey Geuens (Communication, LEMME-ULg), Corinne Gobin (Politologue, GRAID-ULB ; GT ABSP « Questions sociales »), Clément Jadot (Politologue, Cevipol-ULB), Heidi Mercenier (Politologue, CRESPO-USLB, groupe de contact F.R.S.-FNRS Langue(s) et Politique (s)).

COMITE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL

Julien Auboussier (Communication, Université de Franche-Comté), Paul Bacot (Politologue, professeur émérite de l’IEP Lyon), Michelangelo Conoscenti (Linguiste, Università di Torino), Alice Krieg-Planque (Communication, Université Paris Est-Créteil), Hélène Michel (Politologue, IEP de Strasbourg), Susan Milner (Politologue, University of Bath), Umberto Morelli (Historien, Università di Torino), Coco Norén (Linguiste, Uppsala University), Claire Oger (Communication, Université Paris Est-Créteil), Rachele Raus (Linguiste, Università di Torino), Philippe Schepens (Linguiste, Université de Franche-Comté), Agnès Steuckardt (Linguiste, Université de Montpellier), Pierre Tilly, (Historien, Université catholique de Louvain).

Les projets de communication sont à envoyer à : cogobin@ulb.ac.be, François.Fecteau@ulb.ac.be,lcalabre@ulb.ac.be

brussels-49369_640

Appel à communication: “L’espace politique ukrainien”

L’ESPACE POLITIQUE UKRAINIEN : CONFLITS ET RECOMPOSITIONS

COLLOQUE DE RECHERCHE, 26 et 27 JUIN 2014, LYON

ENS de Lyon – IEP de Lyon – Université Lyon 2 – UMR 5206 TRIANGLE

 

Les événements qui se déroulent aujourd’hui en Ukraine ne peuvent laisser indifférents les chercheurs en sciences humaines et sociales. Le colloque vise à étudier les conflits et les recompositions qui ont lieu en Ukraine contemporaine dans leur complexité. Une perspective interdisciplinaire adoptée permet de faire dialoguer les approches politique, historique, économique, linguistique, sociologique et communicationnelle autour des concepts d’identité, d’espace public et d’équilibre géopolitique régional. Une telle manifestation ouvrira un espace et un temps où nous tenterons d’élaborer des outils et mettre en place des méthodes permettant de construire un nouveau regard sur l’Ukraine contemporaine.

Ce colloque sera organisé autour de huit grands thèmes.

-D’abord, il s’agira d’analyser la façon dont l’histoire et la mémoire articulent le temps court des événements qui se déroulent en Ukraine au temps long qui fonde l’identité de ce pays. Nous mettrons en relation les confrontations contemporaines entre les acteurs et entre les pouvoirs de ce pays avec le passé de l’Ukraine, de façon à savoir comment la connaissance du passé peut nous aider à comprendre les significations multiples de la vie politique contemporaine. Le colloque proposera aussi un regard renouvelé sur la relation entre le temps court et le temps long, et sur la façon de penser l’articulation entre les discours contemporains sur l’Ukraine et les discours anciens sur ce pays et sur son identité.

-Le second thème de ce colloque sera la question des liens entre l’Ukraine et l’Europe, afin de mieux comprendre selon quelles modalités ce pays s’inscrit dans l’espace européen, et, en particulier, de mieux comprendre de quelle Europe il s’agit quand on parle de l’Ukraine, de mieux comprendre à quelle Europe ce pays entend s’attacher. D’une part, il s’agit du débat, qui a lieu dans ce pays autour de la question de l’adhésion à l’Union européenne, en particulier dans la problématique des liens avec la Russie. D’autre part, il sera important d’analyser la façon dont le débat sur les modalités de la présence de l’Ukraine en Europe est l’héritier du débat, plus ancien, sur les relations entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est. Enfin, sans doute le débat sur les relations entre Ukraine et Europe s’inscrit-il dans le champ de la remise en question contemporaine de la pérennité de l’Union européenne, mais aussi dans celui de la critique contemporaine de l’euro.

-Un troisième thème du colloque sera un regard sur les liens entre l’Ukraine et la Russie et sur la place de la relation entre ces deux pays dans l’espace public ukrainien contemporain. Nous proposons un questionnement portant à la fois sur la dimension historique de ces liens, en particulier dans le domaine de la langue et de la culture, et sur leur dimension géographique, à la fois en faisant porter l’interrogation sur la situation de l’Ukraine et sur la place de la question russe dans la structuration de l’espace ukrainien. La question de la place de la culture russe dans la culture ukrainienne s’articulera à celle de la place de la Russie dans le temps long de l’histoire et de la mémoire de l’Ukraine, à celle des relations contemporaines entre l’Ukraine et la Russie, et à celle de la place des liens avec l’Ukraine dans la dimension internationale de la Russie. Un questionnement particulier sera envisagé sur la question de l’identité de la Crimée et de la place de cette région dans le débat sur les relations entre Russie et Ukraine.

-Le colloque posera, d’autre part, la question de la place de l’économie dans le débat politique contemporain sur l’Ukraine. Il s’agira, pour nous, d’analyser, au cours du colloque, à la fois le rôle que joue dans le débat politique la spécificité du débat sur l’avenir économique de l’Ukraine, la place de la question de l’énergie dans le débat public, et le rôle des acteurs de la vie économique dans les confrontations politiques contemporaines. Une question fondamentale sur la signification du débat ukrainien dans le champ de l’économie politique sera, en particulier, la question de la confrontation entre la logique de l’indépendance économique et de la souveraineté et la logique de la dépendance et de la soumission à une logique d’aide. 

-Par ailleurs, le colloque abordera, à propos de la situation ukrainienne, la question du débat politique et de la façon dont il s’organise et dont il s’énonce. La réflexion s’articulera autour de l’analyse du discours des médias ukrainiens et du discours des médias français, mais aussi autour de l’analyse comparative des discours politiques tenus en Ukraine et autour des représentations du conflit ukrainien dans le discours politique tenu aujourd’hui dans l’espace public français. Par ailleurs, le colloque abordera la question des nouvelles formes du débat public, des nouvelles expressions du discours politique et des nouveaux médias qui construisent un espace public renouvelé, à la fois grâce aux usages de l’Internet, grâce à l’émergence d’un espace public plus ou moins visible et plus ou moins souterrain, parallèle à l’espace public légitime et institutionnalisé.

-Lié au thème précédent, un sixième thème du colloque sera la question de la limitation de l’information et de la communication et de la répression. Dans les situations de tension, une forme de violence institutionnelle est exercée par l’État afin de limiter le débat public et de contrôler l’espace public, mais, par ailleurs, des formes de violence symbolique sont exercées sous la forme de la limitation de l’information et de l’expression assumée par les acteurs eux-mêmes dans une forme d’autocensure. Le colloque abordera ces aspects de la limitation de l’expression, de la représentation, de l’information et de la communication en confrontant, à cet égard, la situation ukrainienne à d’autres situations contemporaines dans lesquelles s’exercent des formes de censure.

-Un septième thème du colloque sera la question des identités politiques qui se manifestent aujourd’hui en Ukraine. Il s’agira d’un regard sur les identités et les acteurs politiques classiques (partis et pouvoirs, associations, religions), mais aussi d’un regard renouvelé sur les nouvelles identités qui prennent part au débat politique contemporain. Par ailleurs, le colloque proposera une analyse sur les manifestations et les autres formes que revêtent les identités politiques dans l’espace public urbain, dans les grandes villes, mais aussi dans les autres lieux de l’espace de l’Ukraine. Il s’agira d’analyser, enfin, la confrontation entre les pouvoirs et les critiques dont ils font l’objet, mais aussi la confrontation entre les pouvoirs et les contre-pouvoirs qui émergent des événements contemporains.

-Enfin, compte tenu de la situation particulière liée à l’approche de deux échéances électorales, et, en particulier, à l’approche des élections au Parlement européen, il sera important d’aborder, au cours du colloque, la question de la place des événements ukrainiens dans le débat électoral en France et dans les autres pays européens et dans le discours des candidats. Par ailleurs, sans doute les événements ukrainiens sont-ils de nature à interroger l’Union européenne sur le rôle et sur l’action de ses institutions dans les évolutions politiques qui se déroulent dans les pays voisins. Ce sont sans doute l’évolution même de l’Union européenne et les perspectives de ses élargissements futurs qui sont liés aux événements ukrainiens et qui leur donnent une signification particulière et un écho important.

-Sans doute les événements ukrainiens nous interrogent-ils sur les identités européennes et sur le sens de l’engagement de notre pays dans l’Union. Par ailleurs, comprendre les significations des événements qui se déroulent en Ukraine nous permettrait de mieux comprendre les significations des évolutions de notre propre système politique, en comprenant, en particulier, comment se construisent de nouvelles identités et de nouveaux acteurs et comment les enjeux du débat politique se déplacent. Enfin, ce colloque se propose d’ouvrir un espace d’échanges et de dialogues entre des acteurs différents de l’espace public – politistes, chercheurs en sciences sociales, acteurs des médias et du débat public. Ce dialogue pourrait, c’est notre souhait, se poursuivre au-delà de notre rencontre.

Les propositions de communication seront déposées au plus tard le 20 avril 2014 sous forme de résumé de 500 mots sur le site web suivant : http://ukraine2014.sciencesconf.org.

Pour tout renseignement : ukraine2014@sciencesconf.org

Comité scientifique

Dominique Arel, Chaire des Etudes Ukrainiennes, Université d’Ottawa (Canada)

Paul Bacot, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Viktor Chuzhykov, Kiev National University of Economics (Ukraine)

Iryna Dmytrychyn, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris

Valentyna Dymytrova, Université Lyon 2

Bernard Lamizet, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Sylvie Martin, ENS de Lyon

Ioulia Shukan, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Bartlomiej Zdaniuk, Institute of Political Studies, University of Warsaw (Pologne)

Comité d’organisation

Alexandre Baiov (Université Lyon 3)

Valentyna Dymytrova (Université Lyon 2)

Stéphane Janczarski (CNRS, ENS de Lyon)

Natalya Shevchenko (Université Lyon 2)

Euromaidan_Kyiv_1-12-13_by_Gnatoush_005

 

Manifestation pro-européenne à Kiev le 1er décembre 2013 (photo de Nwssa Gnatoush)

Appel à communication: “Communication Politique Comparée”

Communication Politique Comparée sur les Elections au Parlement Européen

Les vendredi 27 et samedi 28 juin 2014, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique (Ceccopop) dirigé par Philippe J. Maarek, organise à Paris une conférence sur le sujet:

” La Communication Politique des Européennes 2014: quelle Europe pour les Européens?”

Sans titre

 

Depuis le début du 21° siècle, il est clairement apparu que la communication politique des élections au Parlement Européen était de moins en moins focalisée sur les enjeux “européens” à proprement parler, mais bien plus sur des enjeux nationaux divers propres à chaque pays de l’Union Européenne. Les deux ouvrages publiés par le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique aux éditions L’Harmattan sous la direction de Philippe J. Maarek, à la suite des élections de 2004 et 2009 l’ont bien montré.

Pour les élections de 2014, le contexte semble potentiellement accroître le risque de voir la communication politique des élections au Parlement Européen encore biaisée de façon similaire dans la plupart des pays de l’Union. La crise économique actuelle, qui a mis à jour les divergences entre les économies de maints pays du “Nord” et ceux du “Sud”, les polémiques concernant l’immigration intra-européenne en provenance des nouveaux membres vers les plus anciens, l’émergence un peu partout de partis à connotations populistes dénonçant, soit l’intervention de Bruxelles dans les politiques nationales, soit profitant tout simplement du moment pour contester les partis au pouvoir, vont-ils faire dériver encore plus les thématiques de campagne des élections au Parlement Européen loin des préoccupations qui devraient théoriquement être les leurs? Le vote des citoyens de l’Europe va-t-il exprimer la lassitude de l’électorat devant les crises économiques et politiques non résolues et profiter des circonstances pour s’orienter vers une contestation rendant le Parlement Européen ingouvernable? L’utilisation des réseaux sociaux sur Internet va-t-elle changer la donne, ou au contraire accentuer la dérive populiste et nationaliste déjà présente en 2004 et 2009? La communication vers les citoyens européens des institutions européennes concernant les élections sera-t-elle plus audible qu’elle ne l’a été auparavant et changer la donne?

Comme en 2004 et en 2009, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique se propose d’analyser “à chaud” la communication politique des élections au Parlement Européen de 2014 et telles sont quelques-unes des questions que se poseront des spécialistes de la communication politique français et européens, chercheurs et professionnels, à la Conférence de Paris de Communication Politique comparée qui se déroulera les 27 et 28 juin 2014.

La conférence est organisée par Philippe J. Maarek, professeur de communication politique à l’Université Paris Est et ancien président des comités de recherche en communication politique de l’AISP puis de l’AIERI, dans le cadre des travaux du Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique qu’il dirige (Ceccopop). Elle sera bilingue, français-anglais.

Les collègues désireux d’y présenter une communication sont invités à envoyer une demande de participation avant le 22 février prochain à maarek@u-pec.fr. Les propositions devront comporter un abstract de 250 à 500 mots (1 ou deux feuillets) et un CV d’un feuillet.

Le Conseil Scientifique de la Conférence est composé de:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Maria-José Canel, Complutense University, Spain

Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France

David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France

Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague

Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France

Anna Matušková, Charles University, Prague

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

Lars Nord, Midwestern University, Sweden

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

Le Comité d’Organisation de la Conférence est composé de:

Brigitte Sebbah, Ceccopop

Philippe J. Maarek, Ceccopop

Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Allemagne

 

Call for Paper, Paris June 27th and 28th  2014 Conference in Comparative Political Communication on the European Parliament Elections

On June 27th and 28th 2014, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop) headed by Philippe J. Maarek, convenes a 2 days conference in Paris:

” Political Communication for the 2014 European Parliamentary Elections: which Europe for the Europeans?”

Since the beginning of the 21st Century, it clearly looks like the political communication during the European Parliament electoral campaigns has been less and less focused on “European” stakes, but rather on various national issues specific to each country of the European Union. This has been clearly established by the two previous  books edited by Philippe J. Maarek for Ceccopop in France after the 2004 and 2009 previous European Parliament elections.

The context of the 2014 European Parliament political campaigns appears to very possibly increase the risk of similar bias for most of the European Union countries. With the present economic crisis, which has exposed the discrepancies between many countries of the “North” and those of the “South”, with the polemics about intra-European immigration from the new members of the Union towards the older ones, with the surge all around of populist political parties, attacking the influence of Brussels in their respective nations, or plainly surfing on today’s difficulties to contest the supremacy of the ruling parties, could it be that the 2014 campaign issues are going to be even further distracted from the European perspectives which should theoretically be dominant? Will European citizen cast their vote according to their lassitude about unsolved economical and political problems and therefore follow a rejection process which would endanger the viability of the next European Parliament composition? Will the use of Internet social networks substantially change the deal, or on the opposite increase the populist and nationalist tendencies already present in 2004 and 2009? Will the European Institutions communication be more visible than previously and change the deal?

As in 2004 and in 2009, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication will analyze the Political Communication of the 2014 European Parliament Elections right after they have happened, and these are some of the questions which will be addressed by European political communication specialists, scholars and professional from the field, at the Paris Conference on Political Communication which will take place on June 27th and 28th, 2014.

The conference is hosted by Philippe J. Maarek, Professor in Political Communication, former Chair of IPSA and of IAMCR Political Communication Research Groups, within the frame of the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop). It will be held in French and English.

Collegues interested in presenting a paper should send an application, before February 22nd to maarek@u-pec.fr. Proposals should include a 200-500 words abstracts and a 1 page vitae.

The Scientific Board of the Conference is composed of:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Maria-José Canel, Complutense University, Spain

Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France

David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France

Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague

Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France

Anna Matušková, Charles University, Prague

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

Lars Nord, Midwestern University, Sweden

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

The Organizing Committee is composed of :

Brigitte Sebbah, Ceccopop

Philippe J. Maarek, Ceccopop

Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Germany