Archives de catégorie : Billets

Publication : “Les incommunications européennes”, Hermès 77

 

Le numéro 77 ( de la revue Hermès interroge le fameux “déficit démocratique” de l’Union européenne au prisme des processus communicationnels par lesquels l’Europe se construit et se déconstruit. Comme l’indiquent J. Nowicki, L. Radut-Gaghi et G. Rouet dans l’introduction, les “incommunications” étudiées sont de quatre types et se conjuguent : “à l’intérieur de l’Europe des 28 ; entre Ouest et Est ; avec la façade sud de la Méditerranée ; et à l’intérieur même des États membres ou bien avec leur voisinage immédiat.” 36 articles alimentent la réflexion.

Quatrième de couverture :

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin. […]

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

JA

Séminaire #EPHN2017 : “Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques “

Suzanne Dumouchel nous informe de la dernière séance du séminaire “Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques 2017″.

Laurent Gautier (Université de Bourgogne) présentera une intervention intitulée : « Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques »

A partir de l’expérience du projet “Twitter aux Elections Européennes 2014”, la communication se concentrera sur les questions méthodologiques d’appréhension et d’exploitation d’un corpus numérique natif issu du dispositif de micro-blogging Twitter. Une attention particulière sera ainsi accordée aux opérateurs du dispositif (@, #, RT, http://) et ce qu’ils peuvent signifier en termes d’interaction médiée par ordinateur. On montrera dans quelle mesure ils rendent nécessaire une redéfinition de catégories de base en analyse du discours (qu’elle soit strictement linguistique ou davantage orientée vers l’info-com) comme message, contenu, cohérence, intention, etc. On s’arrêtera enfin sur les portées d’analyse combinant approches quantitatives et qualitatives dans le cadre d’une démarche outillée.

Discutants : Julien Longhi (Université de Cergy-Pontoise) & Laurent Bouvet (UVSQ).
Le séminaire se tiendra à l’INRIA, 2 rue Simone Iff (accès par la rue du Charolais), Paris 12e.
Il est demandé d’indiquer sa présence par mail :
dumouchelsuzanne@yahoo.fr

Publication : Discourses and Counter-discourses on Europe

Rachele Raus a le plaisir de nous annoncer la publication du premier ouvrage issu des réflexions du Centre d’études européenne TO-EU de l’Université de Turin. Intitulé Discourses and Counter-discourses on Europe (London: Routledge, 2017), l’ouvrage propose 11 articles répartis en 3 parties (Thinking and regretting Europe / The burden of retoric : inside the European intitutions / Communication Europe). La force de l’ouvrage tient notamment au regard historique proposé par les auteurs inscrivant l’Europe dans un temps long qui dépasse largement la seule “construction européenne” de l’après-guerre. L’intérêt est aussi d’associer ce regard historique à une attention fine aux discours et à la mise en débat de l’Europe. Pour plus d’informations:

https://www.routledge.com/Discourses-and-Counter-discourses-on-Europe-From-the-Enlightenment-to/Ceretta-Curli/p/book/9781138640726#subjects

J.Auboussier

Appel TURIN 2018 : Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Peurs anciennes et actuelles

Le Centrrrrrro Studi sull’Europa (TO-EU) – Dipartimento di Culture, Politica e Società de l’Université de Turin) lance un appel pour le colloque “Discours d’Europe, discours sur l’Europe. Peurs anciennes et actuelles”. Cet évènement prolonge la réflexion commune que le réseau Discours d’Europe a entamé sur les notions de contre-discours (Besançon, 2013) et de polémique (Bruxelles, 2015). Il vise à élargir le cercle de partage des études sur les productions discursives ainsi que les disciplines représentées : communication politique, économie, histoire (moderne, contemporaine, des idées), journalisme, philosophie, sciences politiques, sociolinguistique, sociologie.

Jacques Guilhaumou (ENS Lyon), Gianni Silei (Université de Sienne) et Ruth Wodak (Université de Lancaster) proposeront trois séances plénières.

Date limite pour l’envoi des propositions : 5 mars 2017

L’appel complet est notamment disponible ici : http://www.discourseanalysis.net/wiki.php?wiki=fr::Dates&id=1990&rank=7

Publication “De quoi Europe est-il le nom?” [article]

La revue Adddrgumentation et analyse de discours publie un dossier coordonné par R. Koren (Bar-Ilan University) sur les enjeux socio-politique de la nomination. J. Auboussier y propose un article intitulé “De quoi Europe est-il le nom ? Enjeux et usages argumentatifs de la polyréférentialité”. Le texte interroge la polyréférentialité et l’actualisation en discours du nom propre Europe en contexte médiatique. Il s’agit dans un premier temps d’interroger les enjeux de la polyréférentialité liés aux usages métonymiques routinisés du nom propre dans le récit de l’actualité ainsi que les enjeux pragmatiques de la personnalisation. Dans un second temps, l’attention est portée au discours rapporté et aux usages du nom propre modifié qui jouent de la polyréférentialité dans une visée argumentative et mobilisatrice. Dès lors, l’actualisation du sens est interrogée au regard des enjeux politiques soulevés.

Publication : « Exemple historique et débat contre l’euro dans l’espace discursif français » [article]

dddLa revue en ligne Argumentation et analyse du discours propose un numéro coordonné par Paola Paissa (Université de Turin) et Loredana Trovato (Université d’Enna Kore) relatif à « l’exemple historique dans le discours ». L’article de Silvia Modena s’attache à l’inscription polémique de l’exemple historique dans le débat sur l’euro (1998-2002). Trois exemples historiques (« biblique » pour le troisième), mobilisés par les détracteurs de la monnaie unique, sont finement analysés : le Pont de la rivière Kwaï (une invention monétaire sans projet politique), le Saint Empire Romain Germanique (l’hégémonie allemande) et le Veau d’or (une adoration irréfléchie). Dans la dernière partie du texte, l’auteure revient sur l’usage de ses exemples historiques dans les discours politiques actuels. L’occasion de relever : « Les occurrences relatives à l’exemple historique mettent en évidence qu’il traverse des époques différentes (1998-2002 et 2009-2015), des débats dont les enjeux ne sont pas les mêmes (le passage à l’euro et la crise économique-politique de l’Union européenne), et qu’il est utilisé par des locuteurs dont les positionnements politiques sont eux aussi diversifiés ». Une contribution à l’analyse de la polémique dans la lignée des travaux de R. Amossy. Pour accéder au texte : https://aad.revues.org/2142#tocto1n7