Publication : “Les incommunications européennes”, Hermès 77

 

Le numéro 77 ( de la revue Hermès interroge le fameux “déficit démocratique” de l’Union européenne au prisme des processus communicationnels par lesquels l’Europe se construit et se déconstruit. Comme l’indiquent J. Nowicki, L. Radut-Gaghi et G. Rouet dans l’introduction, les “incommunications” étudiées sont de quatre types et se conjuguent : “à l’intérieur de l’Europe des 28 ; entre Ouest et Est ; avec la façade sud de la Méditerranée ; et à l’intérieur même des États membres ou bien avec leur voisinage immédiat.” 36 articles alimentent la réflexion.

Quatrième de couverture :

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin. […]

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

JA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.