Publication : «Opposés dans la diversité. Les usages de l’opposition à l’Europe en France», Politique européenne, n°43, 2014

Par Julien Auboussier (ADCoST, ELLIADD)

Christophe Bouillaud et Emmanuelle Reungoat ont coordonné un numéro de Politique européenne intitulé « Opposés dans la diversité. Les usages de l’opposition à l’Europe en France ». Les auteurs interrogent les acteurs et les lieux d’opposition, de critique et de condamnation de l’Union européenne. L’attitude européenne du Front national, du Front de gauche, du Parti communiste, de l’UMP, de la CDU/CSU allemande ou encore  de l’Action française ou du collectif ALTER-EU sont traités à travers 7 articles qui permettent d’évaluer les points de convergences et de divergences d’une opposition à l’Europe parfaitement protéiforme.  Il s’agit de s’intéresser« à la fois à la manière dont l’opposition à l’Europe se construit et se donne à voir, mais aussi aux effets que son développement produit sur les acteurs et organisations qui la portent, ainsi que sur l’espace de compétition national et l’arène politique européenne » (Introduction, p. 12).

La belle introduction proposée par les deux coordinateurs de l’ouvrage est à lire tant elle retrace clairement l’évolution des regards portés sur la critique de l’Europe par la science politique. Longtemps, la dénomination « euroscepticisme » semblait capable de rendre compte des attitudes critiques adoptées face à l’Europe. Il désignait l’aéropage hétéroclite des individus et groupes hostiles à l’intégration européenne. Le concept fut ensuite travaillé et précisé avec, notamment, l’adoption d’une distinction entre soft et hard eurosepticism (Szczerbiak & Tagart 2000). La première forme renvoie à une critique de l’intégration dans ses modalités contemporaines, la seconde à un refus radical de cette même intégration. Pour autant, cette distinction rencontre rapidement ses limites au sens où elle peine encore à rendre compte de la multiplication des stratégies et des formes de la contestation. Cette « fausse piste » (p. 13),  cette « conceptualisation défectueuse » (p. 14), est donc abandonnée au cours des années 2000 au profit des concepts d’ « opposition(s) », de « contestation(s) » ou de « résistance(s) à l’Europe ». Néanmoins, les auteurs de l’introduction montrent que cette déconstruction du concept dans le monde académique n’a pas empêché une promotion politique et médiatique continue des termes « eurosceptique » et « euroscepticisme ». Et ils relèvent :

 « Cette labellisation de certains opposants par leur adversaires comme “eurosceptiques” vise à les déconsidérer. Sa reprise organise de fait la classification médiatique des opposants à l’Europe. Ceux qui sont ainsi stigmatisés peuvent s’en faire une bannière, de la même manière que certains acteurs, souvent les mêmes, qualifiés de « populistes », peuvent « endosser le stigmate » pour reprendre le terme d’Erwin Goffman. D’autres refusent au contraire la qualification et en proposent une autre pour souligner leur attachement sincère à l’intégration européenne : “euroréaliste”, “alter-européiste”, “euro-critique”, “euro-constructif”, etc. L’affirmation d’une disjonction, possible ou impossible, entre le refus de l’intégration européenne en soi et le droit de critique vis-à-vis des modalités de cette dernière est devenue un enjeu politique ».

Si la question du discours  reste très secondaire dans les différentes contributions, reste que la lecture de ce numéro de Politique européenne peut apporter des éléments de réflexion à celui qui pense les enjeux de la catégorisation (et de la nomination) des groupes qui s’opposent, d’une manière ou d’une autre, pour une raison ou pour une autre, aux modalités de l’intégration européenne.

ACH003546517.1405569316.580x580


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.