Analyse : La formule “Projet européen” dans les documents institutionnels et partisans

Par Marion Bendinelli (Université de Franche-Comté, ELLIADD-ADCoST)

Bannière_Drapeaux_UE-28

 

Cet article a donné lieu à la rédaction de deux entrées de dictionnaire : projet européen et projets européens.

 

Corpus

Documents institutionnels émanant de l’UE

– Dossier “Élections européennes. Une échéance cruciale”, Commission en direct, 12, – document rédigé en anglais et en français

12 leçons sur l’Europe, de Pascal Fontaine

Comment fonctionne l’Union européenne ?, Guide des institutions européennes à l’usage des citoyens

Union européenne : Faits et chiffres, Rapport rédigé par le Secrétariat général du Conseil européen

A la découverte de l’Europe, Guide à destination des enfants

Documents partisans

– Manifestes (partis européens uniquement)

    • Parti populaire européen (PPE)
    • Parti socialiste européen (PSE)

– Programmes / Tracts (partis nationaux uniquement) :

    • Europe écologie Les Verts (EELV)
    • Front de Gauche (FG)
    • Front National (FN)
    • Parti socialiste (PS)
    • Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Tous les textes ont été publiés en 2014. 

 

Analyse linguistique et discursive

 

Parler du “projet européen ” dispense de le définir

La formule “projet européen” est systématiquement employée dans un syntagme déterminé, pour l’essentiel introduit par l’article le (ou sous sa forme contractée du, au).

Ce qui vide de sa substance notre souveraineté nationale, ce n’est pas l’Union européenne, c’est la mondialisation de l’économie, des entreprises, de la communication. C’est simultanément la puissance nouvelle de la finance, sa domination sur les autres secteurs de l’économie. Au contraire, le projet européen est le seul moyen de conserver notre souveraineté nationale dans la globalisation. (Programme du PS)

Nous supprimerons les zones de rétention administratives (…). Nous renégocierons les accords de Schengen (…). Nous mobiliserons au niveau européen pour l’abrogation de la ” directive de la honte ” (…). Engager ces ruptures est une condition indispensable pour pouvoir refonder le projet européen sur de nouvelles bases libérées des traités européens actuels. (Programme du FG)

Il s’agit de faire référence à une entité identifiable et identifiée ; sans présenter in extenso les rôles joués par les articles définis et les adjectifs démonstratifs, nous nous limitons à rappeler le fait que ces deux sous-catégories de déterminant permettent d’actualiser une classe référentielle – ici, “projet” muni de son qualifiant “européen” – et de distinguer, parmi les réalisations de cette classe, une occurrence distincte. Avec l’article défini, le locuteur présuppose l’existence de la classe et fait savoir qu’il fait le choix d’une instanciation unique. Ainsi introduite, l’occurrence “projet européen” prend une importance particulière, ayant été sélectionnée parmi d’autres sans qu’elles soient toutefois explicitées : cela ne fait qu’amplifier sa puissance en discours. En employant cette occurrence, les locuteurs peuvent s’épargner le détour ou la difficulté de définir ce qu’ils entendent par “projet européen” ou ce à quoi le syntagme fait référence.

L’identité du ” projet européen ” prend corps implicitement, en relation aux bénéfices que les citoyens européens peuvent en tirer, ou en opposition aux attaques que le “projet” subit. Ainsi, s’il protège de la mondialisation contre laquelle les pays seuls ne peuvent rien (programme du PS), s’il permet d’ancrer notre continent dans la paix [et d’en faire] la première puissance commerciale du monde, c’est bien qu’il consiste en l’union de plusieurs pays, arme ultime contre les conflits militaires, autour d’une ambition économique commune. Cependant, les choses ne paraissent pas aussi simples lorsque l’on regarde les choses de plus près.

 

Vision institutionnelle et visions partisanes

Définition institutionnelle

Une définition ‘conventionnelle’ du “projet européen ” est, sans surprise, à trouver dans les documents institutionnels fournis par l’UE, et notamment auprès de José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne.

On pourrait considérer que les mécanismes de coopération forcée (…), s’ils se multipliaient, conduiraient à une ” Europe à la carte ” ou à ” géométrie variable “, laissant à chaque État le choix de sa participation à telle politique ou telle institution. Cette solution a priori simple serait en réalité le début de la décomposition du projet européen. Celui-ci repose sur une anticipation des intérêts communs partagés, sur les court et long termes, sur la notion de solidarité qui est la mutualisation des avantages et des coûts. (Commission en direct)

At stake is what kind of Europe we want to live in. Will Europe’s citizens elect a Parliament that stands for a united, strong and open European Union? Because this is what Europe should be – united, strong and open. For this, we need an EU that is built on the two principles of responsibility and solidarity. (Commission en direct)

Le “projet européen” repose donc sur des idéaux de partage et de solidarité, ceux-ci étant mis au profit d’une vision économique commune axée sur une mutualisation économique.

Définition par l’Union pour un Mouvement Populaire

Dans le programme de l’UMP pour les élections européennes, on peut rencontrer deux définitions du “projet européen”, toutes deux ancrées dans les racines idéologiques du parti. Dans le premier cas, la formule “projet européen” est introduite avec l’adjectif démonstratif ce ; ce faisant, elle perd la valeur d’exemplaire unique que lui confère l’article défini.

Nous pouvons être fiers de nous inscrire à la fois dans la lignée des pères fondateurs et dans celle du général de Gaulle qui a fait progresser l’Europe tout en étant exigeant sur les résultats. Nous ne considérons pas que le projet européen soit devenu anachronique, dépassé par les bouleversements du monde. Au contraire, nous considérons que ce projet européen garde tout son sens, à condition d’être modernisé, amélioré, mis au service des Européens.

Avec le démonstratif apparaît une instruction de “monstration” qui permet au locuteur de renvoyer à un précédent emploi (valeur anaphorique) ou à un emploi à venir (valeur cataphorique) dans le texte. L’occurrence à laquelle le démonstratif fait référence peut être identique ou bien consister en une reformulation : c’est le cas rencontré ici. La reformulation donne corps au projet européen, précisant son contenu, son ancrage : union de plusieurs pays certes (héritage des “pères fondateurs”), mais dans le respect et la défense des intérêts et pouvoirs nationaux (conformément à l’héritage du général de Gaulle). L’UMP propose également une deuxième définition du “projet européen”, non moins idéologique, mais davantage construite en réaction aux critiques auxquelles l’Union européenne doit faire face, et aux critiques que le parti lui-même fait à la gouvernance de la France. Ainsi, à l’heure où certains prônent la sortie de l’UE, et où la France n’a plus, pour d’autres, la place qu’elle mérite sur l’échiquier européen et mondial, le projet européen doit, pour l’UMP, être modernisé, amélioré, mis au service des Européens et construit autour d’une triple ambition : ambition de protéger les intérêts de ses citoyens et de ses entreprises en premier lieu, ambition de peser dans les choix du monde, ambition de présenter ses valeurs et ses principes comme modèle de respect de l’homme et de la démocratie. Pour l’UMP, le projet européen doit faire de l’Europe une protection pour ses citoyens et surtout une référence, un modèle pour le reste du monde.

Définition par le Parti Socialiste

Le PS reprend à son compte la définition quasi-institutionnelle du projet européen, autour des idéaux de paix et de stabilité pour la réorienter vers une société du bien vivre, qui fait penser à cette société du bien-être que d’autres pourraient également nommer ” société du care “.

La paix et la stabilité restent un grand objectif de la construction européenne. Mais l’objectif principal est désormais l’avènement d’une société du bien vivre : prospérité, sécurité, démocratie. C’est la seconde promesse du projet européen.

Cette nouvelle société que le PS appelle de ces vœux repose sur trois nouveaux piliers : la prospérité, la sécurité et la démocratie. Contrairement à l’UMP qui promeut une Europe modèle pour le monde, le PS exige de l’Europe qu’elle écoute ses citoyens : le projet européen doit avant tout être en empathie avec eux.

 

Le projet européen : un non-actant qui porte à (ré)agir

Le “projet européen” existe, il n’agit pas

En une seule occasion, dans le programme de l’UMP, la formule “projet européen” est employée comme un actant : Depuis sa création, l’UMP est profondément attachée au projet européen qui a permis, au lendemain de la seconde guerre mondiale, de réconcilier les ennemis d’hier et de surmonter les haines pour ancrer notre contient dans la paix. Mis à part ce cas unique, trois occurrences montrent la formule comme, certes, sujet grammatical, mais de verbes d’état : êtrele projet européen est le seul moyen de conserver notre souveraineté nationale (programme du PS) ; garder et devenirnous considérons que ce projet européen garde tout son sens , à condition d’être modernisé (…), Nous ne considérons pas que le projet européen soit devenu anachronique (…) (programme de l’UMP). Dans ce contexte, il s’agit moins de définir le syntagme “projet européen” que de poser son existence afin qu’il devienne un repère sur lequel repose l’argumentaire.

Dans les autres occurrences, “projet européen” est employé en tant que complément de trois substantifs qualifiants : nature, sens, raison d’être

[L]es discours de haine s’insinuent sans cesse plus au cœur de mouvements politiques traditionnels, surfant sur les peurs des plus vulnérables, comme recette d’un succès électoral. Dans ce contexte, nous devons porter des réponses crédibles pour combattre ces discriminations, inacceptables mais pourtant banalisées. CES REPONSES DOIVENT INCLURE :

* des solutions économiques (…);

* la promotion de mesure de protection face à la mondialisation, en développant la notion de “juste échange”;

* une redéfinition du sens du projet européen (…). (Programme du PS)

(…) réconcilier les ennemis d’hier et (…) surmonter les haines pour ancrer notre continent dans la paix. (…) A cette raison d’être du projet européen sont venues s’ajouter d’autres grandes réalisations : la reconstruction d’une Europe dévastée par al guerre, le marché intérieur (…), l’euro (…), la solidarité financière (…), la liberté de circulation. (Programme de l’UMP)

Enfin, la position de François Hollande vis-à-vis de la Turquie n’est pas claire. (…) François Hollande n’a aucune réflexion, aucune vision sur l’avenir de l’Union européenne, sur la nature du projet européen, contrairement à nos partenaires européens qui, eux, se sont exprimés clairement. (Programme de l’UMP)

Au même titre que les verbes d’état vus précédemment, ce co-texte linguistique permet de poser l’existence du projet européen. Pour autant, contrairement aux cas précédents, cet environnement amène à considérer le “projet européen” du point de vue de son essence, de sa nature, et des évènements qui ont porté à son existence : les locuteurs s’écarteraient ainsi, du moins momentanément, du principe selon lequel que le projet européen est une construction, qu’il est né de la volonté de certains.

Le “projet européen” émeut pour mieux unir les forces citoyennes

Le co-texte avec lequel ” projet européen ” est employé est également révélateur de la remise en cause que le projet originel vit actuellement, attaqué pour son impuissance à fournir les solutions à la crise sociale, économique et financière que vivent les citoyens européens. C’est ce que suggèrent les exemples qui suivent où “projet européen” suit deux verbes et un substantif aspectuels : approfondir, abandonner, décomposition

Les frontières de l’Europe doivent, en effet, être définies, afin d’affirmer son identité et notre culture commune. La priorité doit être d’approfondir le projet européen, de le consolider. C’est pourquoi nous refusons l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. (Programme de l’UMP)

Si nous voulons continuer à peser, si nous voulons garder la maîtrise de notre destin, il ne faut surtout pas abandonner le projet européen. Mais il faut le reprendre en main ! (Programme de l’UMP)

[L]aisser à chaque État le choix de sa participation à telle politique ou à telle institution. Cette solution a priori simple serait en réalité le début de la décomposition du projet européen. (Dossier de l’UE)

Considérons conjointement le co-texte suivant, où ” projet européen ” est employé avec le verbe sauver et le substantif promesse :

La paix et la stabilité restent un grand objectif de la construction européenne. Mais l’objectif principal est désormais l’avènement d’une société du bien vivre : prospérité, sécurité, démocratie. C’est la seconde promesse du projet européen. (Programme du PS)

Si l’Allemagne et les autres ne veulent pas faire ce qui est nécessaire (…) alors il faudra peut-être abandonner l’euro pour sauver le projet européen. (Citation de Joseph E. Stiglitz, prix Nobel de l’économie et ancien conseiller de l’ancien Président démocrate William ‘Bill’ ClintonProgramme du FN)

Ces cinq occurrences ont pour point commun d’exprimer des émotions négativesabandonner, décomposition – ou positivesapprofondir, sauver, promesse. Elles participent de la construction d’un discours émotionnel, où les sentiments exprimés servent une stratégie discursive persuasive. En effet, il s’agit de mobiliser les troupes partisanes, et plus largement les citoyens européens pour qu’ils défendent le “projet européen”, ce rempart contre les agressions extérieures (militaires, économiques, financières) et contre les mouvements intérieurs qui souhaitent voir chaque pays mener une politique nationale et protectionniste. Face à ces menaces, l’UE, l’UMP et le PS portent d’une  même voix leur attachement à ce “projet” – même si chacun ne l’envisage pas de la même manière -, refusant de l’abandonner et de le voir s’évaporer.

 

La formule “projet européen” n’a donc pas une fonction référentielle : y faire recours, c’est renvoyer à un socle idéologique, à un héritage politique ainsi qu’à un ensemble de valeurs et d’idéaux, présentés comme partagés par une communauté, les citoyens européens. Le “projet européen”, c’est le ciment autour duquel se réunissent les européens, c’est ce qui fait l’identité et la raison d’être de l’UE. A cet égard, la formule a une fonction d’identification – attachement à une identité et des valeurs communes – et de mobilisation – rassemblement des citoyens pour défendre l’Union européenne et son projet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.