Archives par étiquette : sémantique

Thèse en cours : « La construction identitaire des eurorégions : un discours hybride? »

Marie-Hélène Hermand, doctorante à l’Université libre de Bruxelles (Centre de recherche en information et communication), poursuit actuellement une thèse provisoirement intitulée « La construction identitaire des eurorégions : un discours hybride ? Analyse contrastive de discours de communication multilingue en ligne« . Notons qu’un article de Marie-Hélène Hermand paraîtra prochainement dans Mots. Les Langages du politique (« Le discours eurorégional. Indices convergents de légitimation d’un espace institutionnel », n°106). Elle nous propose ici un résumé de son travail de doctorat. Pour contacter l’auteur : marie-helene.hermand@ulb.ac.be

Thèse sous la direction de Laura Calabrese, Centre de recherche en information et communication à l’Université libre de Bruxelles. Comité d’accompagnement : Laurence Rosier, Corinne Gobin, Irène di Jorio.

Cette thèse a pour but d’éclairer le phénomène, toujours plus visible et formalisé, de la communication en ligne des zones transfrontalières en Europe. Depuis la création de la première Euregio Meuse-Rhin née à la frontière germano-néerlandaise en 1958 et institutionnalisée en 1976, le rapprochement transfrontalier retient progressivement l’attention des géographes, des historiens et des politologues, des juristes et des linguistes européens, à travers notamment des questions d’aménagement du territoire, de géopolitique des frontières, de droit du travail et de sociolinguistique.

Définies comme des « organisations de coopération transfrontalière formées le long des frontières européennes[1]», les eurorégions font aujourd’hui l’objet d’attentions particulières des institutions européennes, notamment grâce à l’instauration en 2006 du statut juridique de Groupement européen de coopération territoriale (GECT)[2]. Elles s’inscrivent en outre dans les logiques observées de régionalisation en Europe de l’Ouest (Cole et Palmer, 2009) et de l’Est (Wassenberg, 2010).

Souligné dès 1993 dans la Déclaration de Vienne, le rôle des eurorégions pour la stabilité démocratique de l’espace européen est affirmé et défendu par la Commission européenne qui encourage, avec la mise en œuvre du programme Interreg, le financement de projets transfrontaliers. Les années 1990 marquent donc à la fois une étape d’encouragement explicite de la politique de coopération transfrontalière et la multiplication des eurorégions. Elles sont aussi le point de départ d’une visibilité accrue des eurorégions sur le web.

Bien que la coopération transfrontalière ait une histoire plutôt discrète, les eurorégions évoquent une réalité territoriale qui concerne aujourd’hui environ le quart de la population européenne. Pour cette raison, nous pensons que la reconstitution des dires qui élaborent l’ethos discursif eurorégional, au sens large de l’image construite en discours (Amossy, 1999), fournit l’occasion de découvrir ce moment particulier où la communication transfrontalière, exprimée depuis des positions discursives variées en Europe, passe d’un stade empirique et informel à un stade professionnel.

Inscrite dans le sillage des travaux d’analyse française du discours, notre approche exploite un corpus multilingue (français, italien, espagnol, allemand, anglais, néerlandais) et multigenre, qui prend en considération des discours émis par et sur les eurorégions. L’importante diversité qui compose cet objet construit, que nous appelons « discours eurorégional », nous permet de voyager à travers l’espace européen et de considérer 42 des 90 eurorégions identifiées par le Conseil de l’Europe[3]. Figurent ainsi dans notre sélection des discours venus d’Europe du Nord-Ouest, de la zone Alpes-Danube, d’Europe du Sud-Ouest, d’Europe centrale et orientale et d’Europe du Nord.

Les constituants du corpus se répartissent par sous-corpus émetteurs et présentent :

des discours émis par les institutions eurorégionales elles-mêmes, mais aussi par les institutions européennes (Parlement européen, Commission européenne) et les institutions académiques (principalement les universités)

des discours émis par la sphère économique : clusters industriels transfrontaliers, organisations professionnelles, sociétés d’audits

des discours émis par les médias : régionaux, nationaux et européens

À l’intérieur de chacun de ces sous-corpus, l’identification des genres discursifs observables aboutit à un inventaire de dispositifs de communication qui met en scène un ensemble assez large pour remonter le fil du discours eurorégional et accéder à ses fonctionnements (Moirand, 2004).

La définition préalable des besoins pour l’analyse nous porte à envisager dans un premier temps l’articulation des principaux observables linguistiques à leur portée pragmatique : ainsi l’analyse de la productivité lexicologique, la recherche des univers sémantiques, le fonctionnement du système énonciatif et l’usage de formules doivent-ils permettre de caractériser peu à peu la culture discursive eurorégionale et de l’inscrire dans une filiation discursive. Dans une visée communicative, il s’agit ensuite de caractériser le dispositif de communication eurorégionale mis en place sur la toile, à travers la prise en compte du caractère plurisémiotique du corpus, des principaux arguments avancés par les parties prenantes et des références historiques ou culturelles mobilisées.

La méthodologie privilégie une approche qualitative d’analyse sémantique du corpus (Rastier, 2011) et souhaite enrichir la démarche d’une vision contrastive des discours (Claudel et al., 2013) (von Münchow et Rakotonoelina, 2006). Numérique et d’ampleur trop vaste pour un traitement manuel (500 000 mots), le corpus nécessite un outillage informatique pour le traitement. L’élaboration d’une plate-forme d’analyse permet dès lors d’optimiser les requêtes multilingues et l’exportation automatique des résultats, deux obstacles techniques majeurs au traitement du corpus qui ont nécessité une réflexion spécifique. Pour répondre à ces contraintes, la combinaison d’un logiciel éprouvé de textométrie et d’un modèle informatique progressivement développé sur mesure – que nous qualifions d’ « agile », en écho aux méthodologies qui ont cours aujourd’hui en informatique – fournit des résultats qui nous servent de guides ou d’étapes vers l’analyse qualitative.

Notre hypothèse principale consiste à penser que le discours eurorégional, en expansion sur le web, présente des régularités indépendantes du lieu (pays) d’émission et de la langue d’expression. Parmi ces invariants, il s’agit d’abord de mettre au jour les indices qui forgent, derrière une tentative de séduction du citoyen, l’expression d’un discours institutionnel conforme à la programmation politique des instances européennes. Dans cette optique, le leitmotiv observé de la suppression des frontières nationales sert un argumentaire qui présente, de manière souvent consensuelle, la configuration eurorégionale comme un aboutissement naturel de la configuration européenne actuelle.

L’observation du corpus invite ensuite à considérer le discours eurorégional comme l’expression d’un club de moteurs innovants pour l’Europe, où l’enthousiasme de solidarités internationales et l’imaginaire de territoires-modèles idéalisés dominent. Mais dans un contexte de conjoncture menaçante (crise économique et politique ancrée), l’identité eurorégionale en construction se voit souvent réduite à un potentiel managérial et technique, marqué par des objectifs de notoriété et de performance relayés par les acteurs économiques et académiques des territoires transfrontaliers.

Enfin le volet médiatique du corpus constitue un poste d’observation idéal pour envisager la diversité des facettes identitaires des eurorégions. Carrefour d’offres de services et de formations, scène de confrontation artistique, planche de salut ou pari plus ou moins risqué sur l’avenir européen, l’eurorégion y apparaît comme un grand chantier qui bouleverse les habitudes, mais qui s’appuie aussi sur une longue tradition d’échanges. En ordre dispersé et selon des points de vue obéissant à des logiques différentes (locales, nationales ou européennes), le discours médiatique semble relayer plus facilement l’actualité et les bénéfices attendus de la configuration eurorégionale que l’analyse systématique de ses forces et faiblesses, de ses opportunités et menaces.

Cette multiplication de points de vue énonciatifs dans la communication eurorégionale nous invite à penser que l’émergence de questionnements ne s’en trouve pas pour autant favorisée : en raison d’un déficit de capacité de décentrement du discours eurorégional, la mise en débat paraît en effet difficile et morcelée. La discrétion sur le web du discours citoyen et de contre-discours relatifs à la construction eurorégionale en est une manifestation.

Ce travail, qui présente la particularité de s’intéresser à un discours disséminé en plusieurs langues, souhaite estimer la consistance de la communication eurorégionale et voir dans quelle mesure elle s’immisce dans une place laissée vacante par une communication européenne par ailleurs jugée défaillante.

Marie-Hélène Hermand


[1] Lexique de l’aménagement du territoire européen (Université de Paris VII-DATAR-CNRS) : http://www.ums-riate.fr/lexique/modeleterme.php?id=21 (consulté le 5 avril 2014)

[2] Ce statut, instauré par le Parlement européen et le Conseil, connaît un succès croissant : 46 GECT sont dénombrés en février 2014 dans le registre disponible sur le site du Comité des régions (http://cor.europa.eu), dont 6 ont été créés en 2012 et 11 en 2013 ; 19 demandes d’enregistrement sont en cours.

[3] Sur 163 régions frontalières dénombrées dans l’Union européenne (source consultée le 5 avril 2014 : http://www.aebr.eu/fr/membres/repartition_regionale.php), le Conseil de l’Europe recense environ 90 eurorégions (Alliès, 2011).

Carte_Euroregion_2012