Archives par étiquette : publication

Publication : Discourses and Counter-discourses on Europe

Rachele Raus a le plaisir de nous annoncer la publication du premier ouvrage issu des réflexions du Centre d’études européenne TO-EU de l’Université de Turin. Intitulé Discourses and Counter-discourses on Europe (London: Routledge, 2017), l’ouvrage propose 11 articles répartis en 3 parties (Thinking and regretting Europe / The burden of retoric : inside the European intitutions / Communication Europe). La force de l’ouvrage tient notamment au regard historique proposé par les auteurs inscrivant l’Europe dans un temps long qui dépasse largement la seule « construction européenne » de l’après-guerre. L’intérêt est aussi d’associer ce regard historique à une attention fine aux discours et à la mise en débat de l’Europe. Pour plus d’informations:

https://www.routledge.com/Discourses-and-Counter-discourses-on-Europe-From-the-Enlightenment-to/Ceretta-Curli/p/book/9781138640726#subjects

J.Auboussier

Parution : « Parler(s) d’Europe sous contrainte ? », par C. Jadot

mots_160x75-160x75La rubrique Varia du dernier numéro de Mots. Les langages du politique accueille la stimulante contribution de Clément Jadot, Université Libre de Bruxelles, intitulée « Parler(s) d’Europe sous contrainte ? Univers idéologiques et influences stratégiques dans les pratiques discursives à l’Assemblée nationale » (p. 101-123). En appliquant la statistique textuelle aux débats au sein du parlement, le chercheur souhaite étudier le rapport partisan à l’Europe en France. L’objectif est de « mener une interrogation ouverte et dépourvue d’a priori théoriques sur les facteurs de structuration du jeu partisan sur la question européenne » (p. 120). Et, en effet, l’article illustre que certains acquis de la recherche méritent d’être aujourd’hui réinterrogés. A titre d’exemple, Clément Jadot montre bien que l’enjeu européen n’est pas totalement dépolitisé sein du débat politique en France : « même si les députés européens tendent à voter similairement la ratification des traités européens, ils le font en mobilisant des registres discursifs différents, voire concurrents » (p. 119). A lire.

J.A.

Publication : «Opposés dans la diversité. Les usages de l’opposition à l’Europe en France», Politique européenne, n°43, 2014

Par Julien Auboussier (ADCoST, ELLIADD)

Christophe Bouillaud et Emmanuelle Reungoat ont coordonné un numéro de Politique européenne intitulé « Opposés dans la diversité. Les usages de l’opposition à l’Europe en France ». Les auteurs interrogent les acteurs et les lieux d’opposition, de critique et de condamnation de l’Union européenne. L’attitude européenne du Front national, du Front de gauche, du Parti communiste, de l’UMP, de la CDU/CSU allemande ou encore  de l’Action française ou du collectif ALTER-EU sont traités à travers 7 articles qui permettent d’évaluer les points de convergences et de divergences d’une opposition à l’Europe parfaitement protéiforme.  Il s’agit de s’intéresser« à la fois à la manière dont l’opposition à l’Europe se construit et se donne à voir, mais aussi aux effets que son développement produit sur les acteurs et organisations qui la portent, ainsi que sur l’espace de compétition national et l’arène politique européenne » (Introduction, p. 12).

La belle introduction proposée par les deux coordinateurs de l’ouvrage est à lire tant elle retrace clairement l’évolution des regards portés sur la critique de l’Europe par la science politique. Longtemps, la dénomination « euroscepticisme » semblait capable de rendre compte des attitudes critiques adoptées face à l’Europe. Il désignait l’aéropage hétéroclite des individus et groupes hostiles à l’intégration européenne. Le concept fut ensuite travaillé et précisé avec, notamment, l’adoption d’une distinction entre soft et hard eurosepticism (Szczerbiak & Tagart 2000). La première forme renvoie à une critique de l’intégration dans ses modalités contemporaines, la seconde à un refus radical de cette même intégration. Pour autant, cette distinction rencontre rapidement ses limites au sens où elle peine encore à rendre compte de la multiplication des stratégies et des formes de la contestation. Cette « fausse piste » (p. 13),  cette « conceptualisation défectueuse » (p. 14), est donc abandonnée au cours des années 2000 au profit des concepts d’ « opposition(s) », de « contestation(s) » ou de « résistance(s) à l’Europe ». Néanmoins, les auteurs de l’introduction montrent que cette déconstruction du concept dans le monde académique n’a pas empêché une promotion politique et médiatique continue des termes « eurosceptique » et « euroscepticisme ». Et ils relèvent :

 « Cette labellisation de certains opposants par leur adversaires comme « eurosceptiques » vise à les déconsidérer. Sa reprise organise de fait la classification médiatique des opposants à l’Europe. Ceux qui sont ainsi stigmatisés peuvent s’en faire une bannière, de la même manière que certains acteurs, souvent les mêmes, qualifiés de « populistes », peuvent « endosser le stigmate » pour reprendre le terme d’Erwin Goffman. D’autres refusent au contraire la qualification et en proposent une autre pour souligner leur attachement sincère à l’intégration européenne : « euroréaliste », « alter-européiste », « euro-critique », « euro-constructif », etc. L’affirmation d’une disjonction, possible ou impossible, entre le refus de l’intégration européenne en soi et le droit de critique vis-à-vis des modalités de cette dernière est devenue un enjeu politique ».

Si la question du discours  reste très secondaire dans les différentes contributions, reste que la lecture de ce numéro de Politique européenne peut apporter des éléments de réflexion à celui qui pense les enjeux de la catégorisation (et de la nomination) des groupes qui s’opposent, d’une manière ou d’une autre, pour une raison ou pour une autre, aux modalités de l’intégration européenne.

ACH003546517.1405569316.580x580

Publication: « Les contre-discours suscités par l’Europe et la construction européenne »

Publication à venir

L’équipe ADCoST-ELLIADD a eu le plaisir d’accueillir les 26 et 27 septembre derniers au sein de l’Université de Franche-Comté la première réunion du réseau « Discours d’Europe ». Ce workshop a permis de penser l’Europe en discours à partir de 16 interventions de chercheurs français, belges, roumains et italiens. Il s’agissait, durant deux jours, d’étudier les mots et les discours de la contestation ; les racines, les argumentaires, les formules qui relaient les passions, les craintes, les angoisses qui naissent autour de la construction européenne.

Consulter le programme du worshop de septembre en cliquant ici

La qualité des contributions a encouragé les initiateurs du projet –Julien Auboussier, Philippe Schepens et Toni Ramoneda- à proposer la publication des travaux aux Presses universitaires de Franche-Comté. Deux axes structureront l’ouvrage collectif : le premier en termes de processus regroupera les travaux qui traitent des logiques par lesquelles les discours contribuent à la production, à la reproduction ou encore à la légitimité ou à la « mise en crise » de l’institution européenne ; le second en termes historiques réunira les travaux qui portent sur les usages et l’émergence des cadres culturels dans lesquels ces processus interviennent. Les participants peaufinent actuellement leur contribution. La publication est prévue courant 2014.

oiuy