Archives par étiquette : histoire

Publication : Discourses and Counter-discourses on Europe

Rachele Raus a le plaisir de nous annoncer la publication du premier ouvrage issu des réflexions du Centre d’études européenne TO-EU de l’Université de Turin. Intitulé Discourses and Counter-discourses on Europe (London: Routledge, 2017), l’ouvrage propose 11 articles répartis en 3 parties (Thinking and regretting Europe / The burden of retoric : inside the European intitutions / Communication Europe). La force de l’ouvrage tient notamment au regard historique proposé par les auteurs inscrivant l’Europe dans un temps long qui dépasse largement la seule « construction européenne » de l’après-guerre. L’intérêt est aussi d’associer ce regard historique à une attention fine aux discours et à la mise en débat de l’Europe. Pour plus d’informations:

https://www.routledge.com/Discourses-and-Counter-discourses-on-Europe-From-the-Enlightenment-to/Ceretta-Curli/p/book/9781138640726#subjects

J.Auboussier

Lecture: « Le passage à l’Europe, Histoire d’un commencement »

Luuk van Midelaar , 2012, Le passage à l’Europe. Histoire d’un commencement, Gallimard, Paris

par Toni Ramoneda, chercheur associé, ELLIADD-ADCoST, Université de Franche Comté

 

livre

L’Europe et l’intellectuel du XXIème siècle

« Qu’est-ce qu’un intellectuel au XXIème siècle » ? Si l’on entend l’intellectuel comme celui qui s’engage dans le débat public avec la volonté d’avoir une incidence sur la prise de décisions collectives, cette question pose à la fois le problème des humanités dans le monde contemporain et celui de l’étendue de l’espace public. Luuk van Midelaar, chercheur néerlandais et plume du Président du Conseil européen aborde de manière implicite cette double problématique dans « Le passage à l’Europe. Histoire d’un commencement » (Gallimard, Paris 2012).

Ce philosophe et historien propose dans cet ouvrage une lecture intermédiaire de l’Europe. Intermédiaire dans le sens où il y retrace la genèse et il y décrit les caractéristiques d’une institution devenue aujourd’hui centrale : le Conseil européen. Une institution qui, pour reprendre la terminologie de l’auteur, n’appartient ni à la sphère externe (l’espace des relations inter-étatiques) ni à la sphère interne (l’espace des institutions bruxelloises) de l’Europe mais à une sphère intermédiaire dont l’acte de reconnaissance formelle aurait été « le compromis de Luxembourg ». Cet accord de 1966 par lequel, après la politique de la chaise vide menée par la France, les pays membres accordèrent la prise de décisions à l’unanimité dans les cas où des intérêts « vitaux » seraient en jeu.

C’est ainsi que « le compromis de Luxembourg a ouvert une première brèche dans un univers trop replié sur lui-même en exigeant que trois concepts politiques négligés puissent exister dans l’ensemble européen : l’intérêt, le temps et l’autorité » (p. 122) , nous dit Van Midelaar.

Parce qu’avec ce compromis l’Europe se dotait, en effet, d’un mécanisme capable d’aborder les conflits d’intérêts entre les États membres sans pour autant leur ôter leur souveraineté. Elle introduisait dans son fonctionnement un rapport particulier au temps par la formule « délai raisonnable » : « les membres du Conseil s’efforceront, dans un délai raisonnable, d’arriver à des solutions qui pourront être adoptées par tous les membres du Conseil » dit le texte. Et finalement, le conseil se dotait aussi d’une autorité dont la légitimité est à la fois interétatique et institutionnelle.

C’est à cette articulation complexe que Van Midelaar attribue alors l’unité de l’Europe : « la nécessité d’obtenir un accord fonctionne donc comme veto, mais aussi comme lien : on a la volonté de s’entendre et on est tenu de s’entendre » (p. 125).

Mais cet ouvrage est également une lecture intermédiaire dans le sens où l’engagement de l’auteur avec l’Europe passe par la volonté de donner une consistance discursive au conseil européen : lui inventer son discours.

« Oui. Je l’ai inventé intellectuellement, peut-être avec d’autres, dans mon livre. Je compare cette invention à celle du purgatoire au Moyen-âge, nous explique-il. Entre le XIIème et le XIIIème siècles les théologiens (c’est-à-dire les intellectuels de l’époque) ont rendu pensable, concevable, l’existence d’un lieu dans l’au-delà entre le Bien absolu du paradis et le Mal absolu de l’enfer », insiste Van midelaar, avant de préciser que « étant donné le rôle central de l’au-delà dans la pensée du moyen âge cela a eu une incidence sur les êtres vivants et sur leur rapport au temps, à l’espace, au péché, etc. Avant de conclure que la plus belle expression de cette invention du Purgatoire (comme l’a signalé l’historien Jacques Le Goff) est, bien entendu, la Divine Comédie de Dante Alighieri au début du XIV siècle ». Ainsi, nous explique-t-il, « j’ai voulu réinventer l’espace européen en y insérant la sphère intermédiaire, en lui donnant une histoire. Quelque chose comme le théologien du XIIIème siècle qui aurait préparé le terrain pour un Dante à venir. Il s’agit de la sphère entre le Bien de l’européen pur du projet de paix universelle et le Mal des guerres entre pays souverains. C’est la sphère où l’appartenance des pays au club se fait sentir aux dirigeants mais aussi de plus en plus aux citoyens, aux peuples dans leur capacité d’être citoyens » [Entretien accordé à l’auteur et publié dans la revue La Maleta de Portbou, nº2, 102-108 (www.lamaletadeportbou.com )].

Et nous voilà ainsi insérés institutionnellement et discursivement dans un espace qui n’est ni national ni supra-national mais tout de même public, car il s’agit bien d’une sphère de prise de décisions collectives. Nous voilà également dans une activité politique, celle du philosophe et de l’historien qui se donne comme objectif l’avènement d’un discours porteur d’une réalité nouvelle, d’une forme d’européisme qui n’est ni fédéral ni souverain. Mais nous voilà également face à une réalité à la fois en deçà (parce qu’elle ne contient pas de projet politique identifiable) et au-delà (parce qu’elle se veut en construction, toujours en train de commencer) de l’engagement intellectuel. C’est cela que nous pouvons entendre comme étant « Le passage à l’Europe ». Cette construction discursive de la maturité politique que Luuk van Midelaar reconnaît dans le fonctionnement de l’Union européenne: Il n’y a pas un cadre stricte qui guiderait notre conduite. Cela créé aussi une forme d’incertitude mais il me semble que c’est un signe de maturité politique, insiste-t-il.

Et l’incertitude du XXIème siècle comme maturité politique devient ainsi, au fil des pages de cet ouvrage, un engagement de l’intellectuel avec l’Europe.