Archives par étiquette : élections

Séminaire #EPHN2017 : « Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques « 

Suzanne Dumouchel nous informe de la dernière séance du séminaire « Epistémologie et Pratiques des Humanités Numériques 2017″.

Laurent Gautier (Université de Bourgogne) présentera une intervention intitulée : « Twitter en campagne politique : un exemple d’objet pour une étude interdisciplinaire en Humanités Numériques »

A partir de l’expérience du projet « Twitter aux Elections Européennes 2014 », la communication se concentrera sur les questions méthodologiques d’appréhension et d’exploitation d’un corpus numérique natif issu du dispositif de micro-blogging Twitter. Une attention particulière sera ainsi accordée aux opérateurs du dispositif (@, #, RT, http://) et ce qu’ils peuvent signifier en termes d’interaction médiée par ordinateur. On montrera dans quelle mesure ils rendent nécessaire une redéfinition de catégories de base en analyse du discours (qu’elle soit strictement linguistique ou davantage orientée vers l’info-com) comme message, contenu, cohérence, intention, etc. On s’arrêtera enfin sur les portées d’analyse combinant approches quantitatives et qualitatives dans le cadre d’une démarche outillée.

Discutants : Julien Longhi (Université de Cergy-Pontoise) & Laurent Bouvet (UVSQ).
Le séminaire se tiendra à l’INRIA, 2 rue Simone Iff (accès par la rue du Charolais), Paris 12e.
Il est demandé d’indiquer sa présence par mail :
dumouchelsuzanne@yahoo.fr

Parution : La configuration des mythes sur l’Europe

9782343080147rEn décembre dernier, à Bruxelles, lors du colloque « Discours d’Europe, Discours sur l’Europe », Dimitris Trimithiotis avait offert une stimulante présentation de son travail de thèse. Enseignant à l’Université de Chypre et membre associé du LAMES-CNRS, il publie aujourd’hui La configuration des mythes sur l’Europe. La Communication politique des discours électoraux à L’Harmattan, collection « Logiques sociales ». La présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une discussion autour du politique européen. Si les discours électoraux sont mis au centre de cette recherche c’est parce qu’ils permettent l’analyse du politique à travers les mythes que ces discours font circuler. L’analyse montre que ces mythes s’articulent avec le mode d’action, le statut et l’origine des participants aux processus de production des discours. Ils dépendent souvent des enjeux locaux et sont inscrits dans les rapports symboliques qui cadrent les relations entre les « grands » et les « petits » de l’Europe.

Appel: Campaigning and voting in Europe.

Vous trouverez ci-dessous un appel relatif au workshop « Campaigning and voting in Europe. New challenges, new perspectives« . Orienté sciences politiques, l’appel est  susceptible d’intéresser certains d’entre vous.

Workshop, Paris 14-16 December 2015.

A plethora of elections have taken place across the European continent over the last twelve months, from the European parliamentary election involving all 28 member states in May 2014 to more recent national contests in Greece, Romania, Spain, Poland, Denmark, Finland, Portugal, Estonia and the UK.
This conference aims to examine the conduct of European campaigns and their impact on voter turnout and voter choices.
In this conference we seek to dissect more closely the elements of an election campaign and particularly to try to deal with the question of how we identify and measure a successful campaign. To explore this we aim to bring together scholars of parties, political communication and electoral behaviour in a bid to connect the analysis of the supply and demand side of election campaigns.
We invite papers that seek to model and compare election campaign strategy and practice over time and also space as well as papers that examine responses of citizens to campaigns. In particular we seek to develop global understandings of what works and what does not in terms of enhancing their effects on outcomes?
Papers may address, but should not be limited to, questions such as:
How elections campaigns have changed in styles, strategies, tools and with what impacts?
Is big data changing both the conduct of campaigns and the study of voting behaviour?
Are voters becoming less predictable, more changeable and so more open to persuasion?
To what extent is it policies or personalities which determine outcomes?

Keynote speakers:
Claes de Vreese, Professor of Political Communication, University of Amsterdam, NL
Rüdiger Schmitt-Beck, Professor of Political Science & CSES, University of Mannheim

Important dates:
Friday 4th September 2015 – submission of abstract
[Abstract: 500 words (theoretical and methodological approach, data description, preliminary findings; your name and university)]
Please send any questions and the abstracts to: europeelections@audencia.com
18th September 2015 – decision on acceptance
18th September 2015 – registration open
15th November 2015 – end of registration

Scientific committee
Rachel Gibson, Manchester University, UK
Karolina Koc-Michalska, Audencia Business School, FR
Darren Lilleker, Bournemouth University, UK
Ralph Negrine, University of Sheffield, UK
Sylvie Strudel, Université Paris 2 Panthéon-Assas, FR
Thierry Vedel, Sciences-Po Paris, FR

Conference supported by:
International Communication Association, Political Communication Division
International Political Science Association (RC22)

Karolina Koc-Michalska
Assistant Professor Communication School at Audencia Business School, France
1 rue Marivaux
44 003 Nantes
France
Associated Researcher, CEVIPOF, Sciences-Po Paris

IMG_7856-1Photo : Auboussier (campagne 2015, Vienne, Autriche)

Analyse: « Les appels au boycott des élections européennes »

L’espace ouvert par le présent blog constitue un carnet de recherche. Pour initier ce nouveau dispositif, nous n’hésitons donc pas à proposer ici un texte qui n’est qu’une première version -courte, incomplète et maladroite- d’une contribution en cours de rédaction. Les  remarques et les critiques sont donc les bienvenues.

Les appels au boycott des élections européennes

 ou comment justifier le boycott au nom de la démocratie

Par Julien Auboussier (Université de Franche-Comté, ELLIADD-ADCoST)

Un appel au boycott des élections européennes de 2014 est lancé par le Mouvement politique d’émancipation populaire dès le 3 juin 2013. Sur son site, le M’PEP se présente ainsi : « Le M’PEP a tenu son congrès fondateur le 24 mai 2008 en Seine-Saint-Denis. Au moment de sa création, le M’PEP était composé de militants ou d’anciens militants de partis de gauche, d’associations, de mouvements altermondialistes ou de syndicats, ayant mené la bataille victorieuse du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005 et qui veulent donner un débouché politique à leur engagement »[i]. L’opposition à l’Union européenne est donc au fondement de l’organisation : le M’PEP condamne le néo-libéralisme européen (nommé « eurolibéralisme ») et revendique une « Europe des peuples »[ii]. Nous verrons que l’ambiguïté de ces appels au boycott est de faire appel aux valeurs de citoyenneté et de démocratie pour motiver le refus de l’acte citoyen par excellence de la démocratie représentative : le vote. Comment les auteurs des différents appels au boycott dépassent-ils cette ambiguïté ? C’est à cette question que nous apportons ici quelques éléments de réponses.

1. Corpus

Les cinq textes qui composent notre corpus ont tous été publiés sur le site du M’PEP et diffusés sur la liste M’PEP. Pour autant, tous ne sont pas signés par le M’PEP.

Le premier texte relatif au boycott des élections de 2014, daté du 3 juin 2013, est intitulé « Le M’PEP appelle à boycotter les élections européennes de 2014 » et prend la forme d’une « résolution du Conseil national du M’PEP ».

Le second texte, diffusé le 5 novembre 2013, est intitulé  « Ensemble, boycottons les élections européennes ! L’UE supranationale et néolibérale est illégitime ». Contrairement au premier texte, celui-ci est commun au M’PEP, au Pôle de renaissance communiste en France (PRCF) et aux Clubs « Penser la France ».

Nous intégrons aussi au corpus le texte du 8 décembre 2013 intitulé « Boycott des élections européenne : réponse aux objections ». Constatant la diversité des réactions de ses propres adhérents –certains très critiques à l’égard de l’idée du boycott-, l’organisation propose de revenir sur neuf objections exprimées.

Un quatrième appel est diffusé le 7 janvier 2014 sur le site du M’PEP sans que celui-ci soit signé par l’organisation. Le texte, signé par Denis Collin, est originellement publié dans La Sociale. Intitulé « Pourquoi il faut boycotter les élections européennes de mai 2014 », il est relayé par le M’PEP à la fois sur son site et sur la liste de diffusion.

Un dernier texte, daté du 20 février 2014, est intitulé « Appel national pour le boycott de l’élection européenne 2014 ». Cet appel marque la naissance du Comité de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE): émanation du M’PEP, il est l’instance en charge de la campagne du boycott.

2. L’appel au boycott comme pratique politique discursive

L’appel au boycott d’une élection relève d’une pratique discursive politique au même titre que le manifeste (Burger 2002), le pamphlet (Angenot 1978) ou encore la pétition. Tous sont des textes de dénonciation, de réaction à une situation jugée insatisfaisante, à un monde perçu en crise. Ces différentes pratiques partagent également un « enjeu de persuasion » (Charaudeau 2005). Enfin, pamphlet, manifeste et pétition partagent parfois une esthétique proche qui peut se caractériser par le recours à la formule bien sentie, à l’hyperbole, éventuellement à l’emphase et au pathos. Ces pratiques possèdent néanmoins d’importantes caractéristiques discursives. Le pamphlet se limite à la dénonciation, le manifeste revêt une dimension programmatique, l’appel au boycott, lui, relève principalement de l’acte de langage directif (Searle 1972). En effet, le discours et, notamment, les valeurs mobilisées doivent inciter à l’action. Autrement dit, l’appel au boycott relève d’une intervention dans l’espace public ; cet acte de langage est à la fois un événement social (rupture dans l’ordre des choses) et un événement discursif (ce qui advient est, avant tout, de nature langagière).

Une argumentation part classiquement de ce qui est connu et accepté (prémisse) pour persuader de ce qui ne l’est pas encore. Dans le cadre de cet appel, il faut relever le large consensus idéologique qui unit l’énonciateur et le lecteur à convaincre. L’argumentation s’appuie sur un socle de valeurs pensé comme partagé par les lecteurs. Pour autant, l’appel au boycott constitue ici un risque pour l’organisation au sens où le relatif consensus sur les idées ne conduit pas forcément à un consensus sur l’action à envisager (voter, voter blanc, s’abstenir ou boycotter). Dans ces textes, l’énonciateur s’attache donc « à faire partager à l’autre son univers de discours » (Charaudeau 2007 : 14) pour convaincre le lecteur que le boycott lui est profitable comme être singulier –le citoyen- et comme collectif –le peuple souverain.

Si la Commission européenne et ses commissaires (« l’Europe de Bruxelles »[iii]) cristallisent souvent les critiques, c’est naturellement le Parlement européen -émanation du peuple- qui est au centre des débats dans le cadre de cette huitième élection européenne au suffrage universel direct. Nous nous nous intéresserons ici à la construction en discours d’une figure repoussante du Parlement européen, et ce en nous attachant au « paradigme désignationnel » (Mortureux 1993) relatif à l’institution parlementaire. Désigner est un processus dynamique qui se joue à l’articulation du référent, de la langue et du discours. Désigner de telle ou telle manière le Parlement européen contribue à la construction de représentations qui s’articulent avec la perception et l’expérience politique de l’Europe de l’énonciateur et de ses lecteurs.

Dans une perspective sociologique, l’identification et disqualification de l’adversaire sont au fondement des mobilisations collectives (« principe d’opposition », Touraine 1973); dans une perspective discursive, elles sont au fondement du discours polémique (Amossy 2014, 61)[iv]. « Le discours polémique est un discours disqualifiant, c’est-à-dire qu’il attaque une cible […] et qu’il met au service de cette visée pragmatique dominante –discréditer l’adversaire, et le discours qu’il est censé tenir – tout l’arsenal de ses procédés rhétoriques et argumentatifs » indique ainsi Catherine Kerbrat-Orecchioni (1980 : 12). Ce parallèle rappelle la pertinence des travaux récents et à venir qui proposent de croiser la sociologie des mobilisations et l’analyse de discours (Micheli 2011 ; Orkibi 2015).

2. De la dénomination aux désignations

Les dénominations des institutions politiques (Parlement européen, Commission européenne, Banque centrale européenne, etc.) s’inscrivent sous le régime du nom propre. Le nom propre ne peut s’appliquer qu’à un seul être ou objet ou à une catégorie d’êtres ou d’objets pris en particulier et, ce faisant, il individualise ce qu’il désigne (Wilmet 1995). Sa caractéristique la plus manifeste est sa majuscule initiale. C’est aussi son figement discursif : « pensons ici aux noms propres formés d’unités polylexématiques (noms d’institutions, de partis politiques, de mouvements), qui relèvent souvent d’une stratégie motivée de dénomination […] et possèdent tout à la fois compositionnalité syntagmatique des éléments et motivation –ce pour quoi le nom propre est choisi-, mais qui, en usage référentiel, fonctionnent en bloc, à l’instar des noms composés » (Lecolle 2006 : 38).

Les travaux en onomastique politique de Paul Bacot compensent le peu d’intérêt porté au nom des institutions par la lexicologie. Celui-ci propose d’appeler « agoronymes » les noms des assemblées parlementaires (Bacot 2011 : 147). Il en relève la dimension stratégique et légitimante. L’agoronyme serait, en soi, un discours argumentatif au sens où l’acte de nomination est motivé et légitime l’institution : « Si le nom d’une assemblée renseigne sur l’instance dénommée, ce n’est pas sur un mode terminologique ni classificatoire […] Il nous dit comment on a voulu valoriser, légitimer l’assemblée en la baptisant –ou la délégitimer, s’il s’agit de certaines appellations non officielles » (Bacot 2011 : 148). Le nom d’une institution s’appuie donc sur un « acte de dénomination préalable », sur un « acte de baptême » (Kleiber 1984 :79). En l’occurrence, celui-ci est daté de 1979 : la première élection européenne au suffrage universel direct s’accompagne en effet d’une nouvelle dénomination et l’on passe de l’Assemblée européenne au Parlement européen. Le nom commun /parlement/ désigne, d’une part, une assemblée élue au suffrage universel direct et, d’autre  part, le fondement délibératif et discursif du pouvoir ; en ce sens, il participe en effet clairement à la légitimation de l’institution nommée. L’adjectif épithète qui le complète indique quant à lui l’échelle géographique et surtout politique de la souveraineté de l’institution.

3. De la dénomination aux désignations

Nous nous intéressons donc dorénavant aux différents actes de nomination ou de désignation, récurrents ou non, figés ou non, du Parlement européen dans les cinq textes du corpus.

Texte 1 : /Parlement européen/ (11) ; /« parlement croupion » /(2)

Texte 2 : /Parlement européen/ (0) ;  /parlement européen/ (2) ; /« parlement » européen/ (1)

Texte 3 : Parlement européen/ (0) ; /parlement/ (7) ; /parlement européen/ (14) ;/ce parlement/ (3) ; /vrai-faux parlement/ (2) ; /ce parlement d’opérette/ (2) ; /« parlement » européen/ (1) ; /parlement de l’Union européenne/ (1) ; /le dit « parlement européen »/ (1) ; /pseudo parlement/ (1) ; /faux parlement/ (1) ; /vrai parlement/ (1) ; /anti-parlement / (1)

Texte 4 : /Parlement européen/ (3) ; /parlement européen/ (8) ; /« parlement »/ (1) ; /pseudo-parlement européen/ (1) ; /prétendu parlement/ (1) ; /Parlement/ (1)

Texte 5 : /Parlement européen/ (0) ; /parlement européen/ (8) ; /parlement d’opérette/ (1)

Le statut de nom propre du syntagme nominatif /Parlement européen/ impose, rappelons-le, la majuscule initiale. Cette dernière, en quelque sorte, assure le caractère figé du syntagme, elle le préserve du défigement. Cette dénomination est très largement privilégiée dans le premier texte diffusé (11 occurrences sur 13 dénominations/désignations). Elle est ensuite radicalement abandonnée dans l’ensemble des quatre autres textes. Dans le reste du corpus, nous retrouvons ainsi la dénomination « officielle » qu’à trois reprises (texte 4).

Pour autant, dans les quatre autres textes, une dénomination a priori très proche est récurrente : /parlement européen/ (absente dans le premier texte). A priori seulement car la perte de la majuscule n’est pas anodine ; et nous proposons de l’aborder comme un premier degré de défigement. En fait, la perte de la majuscule (re) transforme le nom propre en nom commun. Il dénaturalise le nom propre et remotive le nom commun et son épithète. La force du nom propre qui individualise se dilue dans une dénomination à valeur descriptive, autrement dit, dans une désignation. L’association référentielle entre la dénomination et l’assemblée parlementaire est rompue.

La forme /nom commun + adjectif/ amputée de la majuscule se retrouve dans autre forme, proche de la précédente : /« parlement » européen/. Les guillemets ne s’appliquent pas à la totalité du syntagme mais uniquement au nom commun /parlement/. Les guillemets indiquent « une sorte de manque, de creux à combler interprétativement » (Authier-Revuz 1995 : 136). Ici, leur usage indique clairement la non-coïncidence du mot et de la chose : l’énonciateur attire l’attention de son lecteur sur le fait que le nom commun est mal adapté à la réalité qu’il désigne. Autrement dit, l’institution nommée ne répondrait pas à la définition de ce qu’un parlement doit être. Dès lors, le régime du nom propre est parfaitement délaissé : c’est la description de l’institution, soutenue et naturalisée par la dénomination officielle, que l’énonciateur conteste.

C’est cette même inadéquation du mot et de la chose que cinq désignations modalisées par l’adjectif indiquent : /pseudo parlement/; /prétendu parlement/ ; /pseudo-parlement européen/ ; /le dit « parlement européen »/ ; /son institution soi-disant parlementaire/. Les adjectifs /pseudo/, /prétendu/, /le dit/, /soi-disant/ sont autant de manières de mettre à distance la dénomination contestée en l’inscrivant dans une énonciation qui n’est pas la sienne. Ici, ils expriment l’appréciation de l’énonciateur sur la valeur de vérité de l’énoncé et relèvent donc de la modalisation évaluative ; ils expriment aussi l’attitude de l’énonciateur vis-à-vis de l’énoncé.

L’identification de l’inadéquation du mot et de la chose trouve enfin son accomplissement dans les formes /vrai-faux parlement/, /faux parlement/ et /anti-parlement/. Les rares articles de linguistique qui portent sur la préfixation en /anti/ en proposent deux interprétations sémantiques (Rey 1968, Fradin 1997). Le préfixe /anti/ peut prendre  une valeur adversative  et se traduire alors par « qui est contre la notion désignée » (antirides ou anti-expulsion, par exemple). Le préfixe /anti/ peut aussi prendre une valeur antonymique et se traduire par la paraphrase « qui est le contraire de » (antihéros, par exemple). C’est de cette seconde valeur –antonymique- que rend compte le préfixe /anti/ quand il vient modéliser le radical /parlement/ : puisque le parlement ne représente pas les citoyens, il est le contraire d’un parlement. L’évaluation porte autant sur le choix contestée de la dénomination (dimension méta-discursive) que sur la nature du Parlement européen.

La rupture de la relation référentielle se concrétise à deux reprises dans une rapide glose métadiscursive qui revient sur l’acte de baptême :

(1) C’est un pur fantoche, baptisé « parlement » précisément pour faire croire que l’UE est démocratique et que les peuples peuvent mettre leur grain de sel dans la politique européenne.

(2) Il n’est rien d’autre qu’une vitrine dérisoire et scandaleuse tentant de mimer vaguement quelques apparences de ce qu’est un véritable parlement, et surtout d’organiser des élections au suffrage universel, donnant ainsi à bon compte un vernis démocratique à une entreprise radicalement antidémocratique. Il n’est pas un parlement, il n’en a que le nom

Enfin, la condamnation de l’institution parlementaire motive également des syntagmes nominatifs à visée clairement péjorante. Ainsi, la forme /parlement croupion/ (2 occurrences) peut être rapprochée des dénominations axiologique et/ou affectives présentes sur les visuels de la campagne de boycott (autocollants et affiches) : /parlement bidon/ ; /parlement félon/ et /parlement guignol/ [URL : www.m-pep.org/spop.php?article3625]. Ces quatre désignations associent au nom commun soit un adjectif, soit un nom propre à fonction d’épithète (/parlement croupion/).

Finalement, les désignations du Parlement européen se jouent, en quelque sorte, en trois temps :

1. elles défigent la dénomination « Parlement européen » par divers procédés (à commencer par la perte de la majuscule)

2. ce faisant, elles remotivent le sens du mot « parlement »

3. enfin, elles attirent l’attention sur l’inadéquation entre la dénomination et la réalité politique de l’institution parlementaire

Le défigement participe ainsi à une forme de dialogisme de la nomination (Siblot 2001). Ces désignations interrogent la dénomination de l’institution. En évitant la forme légitime de dénomination de l’institution, en mettant à distance le nom propre, l’énonciateur dénaturalise la dénomination autorisée et, ainsi, dévoile l’imposture que celle-ci contribuerait, selon lui, à dissimuler.

Si la dénomination renvoie à une association référentielle durable, les désignations entretiennent une relation momentanée, conjoncturelle et non-conventionnelle à leur référent. Dans les formes jusqu’alors évoquées, le défigement puis les éléments de réflexivité autonymique participent à démotiver les éléments du nom propre. Ils permettent de commenter, d’évaluer et de réfuter la dénomination officielle. Pour autant, ils préservent et jouent avec l’acte de dénomination préalable. En effet, la majorité des syntagmes identifiés à la fois désignent et qualifient l’institution en ajoutant à la dénomination légitime (/Parlement européen/) soit les traces de l’inadéquation du mot et de la chose, soit un adjectif axiologique péjorant.

Mais la qualification de l’institution parlementaire passe aussi par l’ensemble des attributs du sujet /Parlement européen/. Entre le sujet et l’attribut s’instaure une relation d’identité (Grevisse, Goosse 2011). Nous relevons donc les attributs du sujet /Parlement européen/ introduits par un verbe d’état. Il est :

(1) une véritable tromperie

(2) une fiction coûteuse

(3) un pur fantoche

(4) la vitrine démocratique de cette vaste entreprise de destruction de l’Etat de droit et de la démocratie

(5) une vitrine dérisoire et scandaleuse

(6) une insulte permanente à l’Etat de droit et à la démocratie

(7) une injure permanente à la démocratie

Sémantiquement, la qualification par la métaphore de la vitrine (4 et 5), comme les noms  communs /tromperie/ (1), /fiction/ (2) et /fantoche/ (3) expriment, encore une fois, le décalage perçu par l’énonciateur entre l’espace du réel et l’espace de l’apparence, dissociation sur laquelle nous devons revenir.

4.  Une dissociation : la démocratie européenne entre apparence et réalité

Nous nous sommes attachés à la dénomination puis aux désignations du Parlement européen ; et nous avons relevé l’important travail de mise à distance énonciative. Celui-ci parcourt en fait l’ensemble des textes : les cinq textes se caractérisent par l’importance prise par les marques minimums de la modalisation autonymique -guillemets- et/ou gloses métadiscursives. Un relevé exhaustif montrerait que ces procédés de mise à distance répondent à des usages divers. Pour autant, nous pouvons faire l’hypothèse qu’ils illustrent  une volonté de dénaturaliser les discours des acteurs institutionnels de l’Europe, d’en interroger l’évidence. Ils participent à « une mise à distance de l’Europe », de ses institutions, de son discours et de ses mots. Dans une perspective dialogique, les procédés de mise à distance énonciative répondent à deux objectifs. D’une part, ils participent sous la forme du discours rapporté à représenter et mettre en scène une interaction à fort degré de polémicité (discours rapporté comme marque de l’altérité et traces de l’affrontement). D’autre part, l’énonciateur mobilise les mots de l’autre –l’UE et ses acteurs- afin d’en signaler le caractère idéologique ou la « non-coïncidence du dire » (Authier-revuz, 1995). Les deux finalités sont étroitement liées. Exemples :

(1) Les services publics, la protection sociale, l’Éducation nationale, les retraites, la Sécurité sociale sont étranglés au nom de la funeste « monnaie unique » [« au nom de » + adjectif + guillemets]

(2) C’est tout le projet de « construction » européenne qui doit être aujourd’hui remis en cause pour ses résultats catastrophiques [défigement par les guillemets de l’expression quasi-lexicalisée « construction européenne »]

(3) Alors même que l’UE écrase les dépenses publiques et les salaires au nom du « sauvetage de l’euro », l’Europe supranationale est engagée par le biais de l’OTAN, dans la politique belliqueuse, ruineuse et impérialiste menée par l’Oncle Sam

(4) F. Hollande applique à marche forcée la « feuille de route » « diktée » par Bruxelles 

« L’énonciateur qui use de guillemets, consciemment ou non, doit se construire une certaine représentation de ses lecteurs pour anticiper leurs capacités de déchiffrement […] réciproquement, le lecteur doit construire une certaine représentation de l’univers idéologique de l’énonciateur pour réussir le déchiffrement » (Maingueneau 2000 : 140). C’est cette connivence et proximité idéologique qui permettra, par exemple, au lecteur d’interpréter les guillemets qui accompagnent « sauvetage de l’Euro » : ils indiquent non seulement un emprunt relevant du discours rapporté mais aussi, et surtout, une remise en cause de la nécessité de sauver l’euro. La mise à distance d’énoncés comme « sauvetage de l’euro » (3) ou « feuille de route  » (4) permet au M’PEP ou au CNR-RUE de se démarquer de cet autre à qui l’énonciateur emprunte les mots.

Raphaël Micheli rappelle les deux postulats du discours polémique : « tout discours polémique abonde en représentation d’un discours autre ; ces représentation sont marquées par des jugements de valeurs » (Micheli 2011). Les exemples précédents illustrent ces deux postulats : on mobilise les mots de l’autre (les mots de la démocratie européenne) et on les évalue par le simple fait de les accompagner de guillemets ou par l’ajout de modalisateurs associés. Le but final est de « discréditer l’adversaire et le discours qu’il est censé tenir » (Orecchioni 1980 : 11-12)

La construction d’une figure repoussante du Parlement européen s’inscrit dans une rhétorique du blâme qui se fonde sur un type de dissociation bien connu, prototypique et exemplaire : la dissociation entre apparence et réalité (Perelman, Olbrechts-Tyteca 1958), dans laquelle le second terme est perçu comme supérieur au premier. « La « réalité » est en quelque sorte le critère, la norme, qui permet de distinguer, au sein des apparences, celles qui sont trompeuses de celles qui ne le sont pas, dévalorisant les premières, validant les secondes » (Buffon 2002 : 208). La dissociation concerne des notions généralement consensuelles (Danblon, 2002) : ici, la démocratie. Or, le mot « démocratie » et dérivés grammaticaux jouissent d’une telle axiologie positive qu’il est socialement inacceptable de critiquer la démocratie. Par contre, « ce que l’on peut contester, c’est le droit de l’adversaire à l’argument, en jetant la suspicion sur le bien-fondé du caractère démocratique qu’il revendique » (Constantin de Chanay, Rémi-Giraud 2007 : 98). Dans le cadre des appels au boycott, l’apparence n’est plus la manifestation de la réalité mais l’instrument de l’illusion. La démocratie européenne ne serait qu’illusion, comme l’élection des députés européens qui ne serait que /farce électorale/, /mascarade électorale/, /simulacre électoral/, /mauvaise farce/ et /arnaque/. Cette dissociation entre apparence et réalité de la démocratie permet à l’énonciateur de parer la critique de l’antiparlementarisme et du refus de la démocratie. Elle permet de dépasser l’ambiguïté d’un appel au boycott réalisé au nom du peuple souverain et des valeurs démocratiques. C’est par cette dissociation que l’énonciateur légitime la prescription du boycott.

Cette capacité à dépasser les apparences, à dévoiler le piège et, finalement, à déjouer l’imposture fonde en grande partie l’ethos des énonciateurs des différents appels. Les procédés de mise à distance configurent l’image d’un énonciateur « à qui on ne la fait pas ». L’énonciateur se met en scène dans la posture surplombante de celui qui dévoile, révèle et démasque la nature idéologique des mots du pouvoir. C’est sa propre sagacité que l’énonciateur met en scène. Cette posture est mobilisatrice au sens où elle incite à la connivence : « nous, comme vous, ne sommes pas dupes ».

Conclusion

Dans une étude du Parlement européen, réalisée depuis les sciences politiques, Olivier Costa indique que si le nom Parlement européen « a sans doute modifié l’image que les citoyens et responsables politiques avaient de l’institution […] il ne fut toutefois pas dépourvu d’effets pervers » ; puis il rappelle que « l’empressement des députés à opérer ce changement de dénomination fut ainsi critiqué par certains partisans de l’intégration européenne qui redoutaient qu’il crée l’illusion qu’un Parlement européen souverain existait [ce qui était] selon eux de nature à exacerber l’hostilité de opposants à la construction européenne tout en décevant ses sympathisant » (Costa 2001). Ce premier regard que nous venons de porter à notre corpus semble leur donner raison.

ju1

ju2

Textes du corpus

M’PEP, « Le M’PEP appelle à boycotter les élections européennes de 2014 » [en ligne], consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3332>

M’PEP, PRCF, Penser la France, « Ensemble, boycottons les élections européennes ! L’UE supranationale et néolibérale est illégitime », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, URL : <www.m-pep.org/spop.php?article3447>

M’PEP, « Boycott des élections européenne : réponse aux objections », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3497>

Collin Denis« Pourquoi il faut boycotter les élections européennes de mai 2014 », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3509>

CNR-RUE, « Appel national pour le boycott de l’élection européenne 2014 », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3528>

Références bibliographiques

Angenot Marc, 1978, « La parole pamphlétaire », Etudes littéraires, 11/2, 255-264

Authier-Revuz Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidence du dire, Paris, Larousse

Bacot Paul (ed.), 2011, La construction verbale du politique. Etudes de politologie lexicale, Paris, L’Harmattan

Bufffon Bertrand, La parole persuasive, Paris, PUF

Burger Marcel, 2002, Les manifestes : paroles de combat. De Marx à Breton, Paris, Delachaux et Niestlé

de Constantin Chanay Hugues, Rémi-Giraud Sylvianne, 2007, « Démocratie et ses dérivés. De la dénomination à l’argument sans réplique ? », Mots. Les langages du politique, 83, 81-99

Charaudeau Patrick, 2007, « De l’argumentation entre les visées d’influence de la situation de communication », in Boix Christain, Argumentation, manipulation, persuasion, Paris, L’Harmattan, 13‑36

Charaudeau Patrick, 2005, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert

Costa Olivier, 2001, Le Parlement européen, assemblée délibérante, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles

Danblon  Emmanuelle, 2002, Rhétorique et rationalité, Bruxelles, Presses de l’université de Bruxelles

Fradin Bernard, 1997, « Esquisse d’une sémantique de la préfixation en anti- », Recherches linguistiques de Vincennes, 26, 87-112

Grevisse Maurice, Goosse André, 2011, Le bon usage, Bruxelles, De Boeck

Kerbrat –Orecchioni Catherine, 1980,  L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Colin

Lecolle Michelle, 2006, « Changement dans le lexique- changement du lexique : lexicalisation, figement, catachèse », Cahiers de praxématique, 46, 23-42

Maingueneau Dominique, 1995, Analyser les textes de communication, Paris, Colin

Mortureux Marie-Françoise, 1993, « Paradigmes désignationnels », Semen, 8, 123-141

Micheli Raphaël, 2012, « Les visées de l’argumentation et leurs corrélats langagiers : une approche discursive », Argumentation et analyse du discours [en ligne]. Consulté le 20 décembre 2013. URL : http://aad.revues.org/1406

Micheli Raphaël (ed.), 2011, « L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales », A contrario, 16

Orkibi Eithan (ed), 2015, « Le(s) discours de l’action collective »,  Argumentation et Analyse du Discours, 14 [à paraître]

Perelman Chaïm, Olbrechts-Tyteca Lucie, 1958, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Editions de l’université de bruxelles

Rey Alain, 1968, « Un champ préfixal : les mots français en anti- », Cahiers de lexicologie, XII-1, 37-57

Siblot Paul, 2001, « De la dénomination à la nomination. Les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom », Cahiers de praxématique, 36, 189-214

Touraine Alain, 1973, La production de la société, Paris, Seuil

Wilmet Marc, 1995, « Pour en finir avec le nom propre ? », L’information grammaticale, 65, 3-11

 

[i] M’PEP, « Qui sommes-nous ? », en ligne, consulté le 20 mars 2014 <www.m-pep.org/spip.php?rubrique101>

[ii] M’PEP, « Sortir de l’eurolibéralisme », en ligne, consulté le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spip.php?article546> Extrait: « Le M’PEP constate que ce qui est appelé la « construction européenne » a été, en réalité, pour l’essentiel, la construction du néolibéralisme à l’européenne, c’est-à-dire l’eurolibéralisme. Les politiques menées depuis l’Acte unique en 1987, n’ont fait qu’accélérer la mise en place de politiques s’inspirant, parfois même jusqu’à la caricature, des thèses économiques néolibérales. De surcroît, l’Union européenne a marqué sa soumission totale à la diplomatie des Etats-Unis, témoignant ainsi de son absence d’indépendances. Le résultat de ces politiques est accablant. Il faut sortir de l’eurolibéralisme pour construire l’Europe des peuples. »

[iii] Nous nous intéresserons dans un autre texte à ce syntagme et à son fonctionnement en discours. Sous le double toponyme (Europe et Bruxelles) apparaît une dénomination le plus souvent péjorante. Notons, au passage, que, contrairement à « Europe de Bruxelles », le syntagme « Europe de Strasbourg » n’apparaît qu’extrêmement rarement dans les discours politiques et médiatiques.

[iv] Nous ne relèverons pas dans cette courte contribution l’ensemble des observables en discours nous permettant d’inscrire les textes du corpus dans le registre de la polémique (hétérogénéité énonciative, indices du désaccord, etc.).

Evénement: « La communication politique des Européennes 2014 »

EuropeCFP2

Les vendredi 27 et samedi 28 juin 2014, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique dirigé par Philippe J. Maarek organise une conférence intitulée : « La communication politique des Européennes 2014 : quelle Europe pour les Européens?« . Comme en 2004 et en 2009, le Ceccopop se propose d’analyser « à chaud » la communication politique des élections au Parlement Européen lors de la Conférence Internationale de Paris qui se déroulera au Palais du Luxembourg.

Toni Ramoneda et Julien Auboussier, membres du réseau Discours d’Europe, participeront à l’événement, dont le programme est disponible ici.