Archives par étiquette : communication

Publication : « Les incommunications européennes », Hermès 77

 

Le numéro 77 ( de la revue Hermès interroge le fameux « déficit démocratique » de l’Union européenne au prisme des processus communicationnels par lesquels l’Europe se construit et se déconstruit. Comme l’indiquent J. Nowicki, L. Radut-Gaghi et G. Rouet dans l’introduction, les « incommunications » étudiées sont de quatre types et se conjuguent : « à l’intérieur de l’Europe des 28 ; entre Ouest et Est ; avec la façade sud de la Méditerranée ; et à l’intérieur même des États membres ou bien avec leur voisinage immédiat. » 36 articles alimentent la réflexion.

Quatrième de couverture :

En 1957, le traité de Rome donnait naissance à la Communauté économique européenne. Soixante ans plus tard et après six vagues d’élargissement, l’Union européenne compte désormais 510 millions de citoyens, répartis dans 28 pays. Mais institutions et géographie se superposent sans toujours s’articuler, et les Européens ont souvent des visions différentes du monde, des frontières, de la politique, de leur destin. […]

Pourquoi la plus grande utopie politique, économique, culturelle de l’histoire du monde n’est-elle pas plus valorisée par les Européens eux-mêmes ? Pourquoi, malgré leurs différences, ne sont-ils pas plus fiers du travail accompli et de l’exemple que représente l’Europe pour le reste du monde ? Le projet européen ne signifie pas l’imposition d’un consensus, l’injonction d’une européanité subie. Il implique au contraire l’acceptation de l’autre, sa reconnaissance et la discussion. En un mot, la négociation, qui est au cœur de la communication politique et des objectifs de la revue Hermès. Le présent numéro propose de mieux comprendre ces incommunications européennes, d’en explorer les sources et de contribuer à promouvoir ce modèle de communication si unique dans l’histoire du monde.

JA

Parution : La configuration des mythes sur l’Europe

9782343080147rEn décembre dernier, à Bruxelles, lors du colloque « Discours d’Europe, Discours sur l’Europe », Dimitris Trimithiotis avait offert une stimulante présentation de son travail de thèse. Enseignant à l’Université de Chypre et membre associé du LAMES-CNRS, il publie aujourd’hui La configuration des mythes sur l’Europe. La Communication politique des discours électoraux à L’Harmattan, collection « Logiques sociales ». La présentation de l’éditeur :

Ce livre propose une discussion autour du politique européen. Si les discours électoraux sont mis au centre de cette recherche c’est parce qu’ils permettent l’analyse du politique à travers les mythes que ces discours font circuler. L’analyse montre que ces mythes s’articulent avec le mode d’action, le statut et l’origine des participants aux processus de production des discours. Ils dépendent souvent des enjeux locaux et sont inscrits dans les rapports symboliques qui cadrent les relations entre les « grands » et les « petits » de l’Europe.

Parution: Communication & Langages

Valérie Jeanne-Perrier et Sandrine Roginsky viennent de coordonner le dossier « L’Europe sur les réseaux sociaux » dans Communication & Langages (n°183). Six articles permettent d’éclairer à la fois le renouvellement de la communication politique, l’évolution des modalités de la prise de parole politique et les transformations des pratiques à l’ère du numérique.

De nouvelles formes d’écriture intègrent la communication politique au niveau européen. C’est ainsi que Patricia Dias da Silva étudie le recours, plus ou moins réussi, à la vidéo en ligne (Utube notamment) par le personnel politique européen. Valérie Jeanne-Perrier s’attache, quant à elle, à la généralisation de Twitter et Facebook chez les députés. Sandrine Roginsky prolonge le propos en proposant une stimulante ethnographie des usages des mêmes réseaux sociaux par les eurodéputés. De leur côté, Romain Badouard et Micahel Malherbe analysent les fonctions attribuées à internet par les institutions européennes depuis 20 ans: de l’information verticale à l’interactivité comme idéal. Nicolas Baygert poursuit avec la question du marketing politique en interrogeant la refondation du « récit de marque » initiée depuis quelques années par l’UE. Le dossier traite ainsi de l’intégration des nouveaux dispositifs de communication dans les pratiques et les normes professionnelles des politiques et des spécialistes de la communication politique. Il traitre également de l’intégration des recettes du marketing (branding, storytelling…) dans les nouvelles stratégies d’influence politique.

Au-delà de l’originalité de l’objet, l’intérêt des articles tient à leur orientation critique (une citation de J. Elull ouvre le dossier). Tous interrogent les formes, les supports, les dispositifs sociotechniques d’une communication dont les institutions attendent beaucoup : par injonctions successives, le personnel politique est ainsi appelé à communiquer et les citoyens à participer. L’innovation technique au service de la démocratie… 25 ans après L’Utopie de la communication de P. Breton. Alors que les résistances à l’Europe se déploient dans la majorité des États, la question reste sans doute celle de l’audience et du public, de l’efficacité de ces plateformes, de leur capacité à peser sur le rapport subjectif que les citoyens entretiennent aux institutions européennes. Et si l’Europe se « construit », c’est sans doute moins dans la communication institutionnelle de l’UE que dans une confrontation d’autres discours qui, chacun à leur manière, contribue à faire de l’Europe un espace discursif où se définit ce que devraient être l’Europe au regard de ce qu’elle est.

Julien Auboussier

com&lakng

Thèse en cours : « La construction identitaire des eurorégions : un discours hybride? »

Marie-Hélène Hermand, doctorante à l’Université libre de Bruxelles (Centre de recherche en information et communication), poursuit actuellement une thèse provisoirement intitulée « La construction identitaire des eurorégions : un discours hybride ? Analyse contrastive de discours de communication multilingue en ligne« . Notons qu’un article de Marie-Hélène Hermand paraîtra prochainement dans Mots. Les Langages du politique (« Le discours eurorégional. Indices convergents de légitimation d’un espace institutionnel », n°106). Elle nous propose ici un résumé de son travail de doctorat. Pour contacter l’auteur : marie-helene.hermand@ulb.ac.be

Thèse sous la direction de Laura Calabrese, Centre de recherche en information et communication à l’Université libre de Bruxelles. Comité d’accompagnement : Laurence Rosier, Corinne Gobin, Irène di Jorio.

Cette thèse a pour but d’éclairer le phénomène, toujours plus visible et formalisé, de la communication en ligne des zones transfrontalières en Europe. Depuis la création de la première Euregio Meuse-Rhin née à la frontière germano-néerlandaise en 1958 et institutionnalisée en 1976, le rapprochement transfrontalier retient progressivement l’attention des géographes, des historiens et des politologues, des juristes et des linguistes européens, à travers notamment des questions d’aménagement du territoire, de géopolitique des frontières, de droit du travail et de sociolinguistique.

Définies comme des « organisations de coopération transfrontalière formées le long des frontières européennes[1]», les eurorégions font aujourd’hui l’objet d’attentions particulières des institutions européennes, notamment grâce à l’instauration en 2006 du statut juridique de Groupement européen de coopération territoriale (GECT)[2]. Elles s’inscrivent en outre dans les logiques observées de régionalisation en Europe de l’Ouest (Cole et Palmer, 2009) et de l’Est (Wassenberg, 2010).

Souligné dès 1993 dans la Déclaration de Vienne, le rôle des eurorégions pour la stabilité démocratique de l’espace européen est affirmé et défendu par la Commission européenne qui encourage, avec la mise en œuvre du programme Interreg, le financement de projets transfrontaliers. Les années 1990 marquent donc à la fois une étape d’encouragement explicite de la politique de coopération transfrontalière et la multiplication des eurorégions. Elles sont aussi le point de départ d’une visibilité accrue des eurorégions sur le web.

Bien que la coopération transfrontalière ait une histoire plutôt discrète, les eurorégions évoquent une réalité territoriale qui concerne aujourd’hui environ le quart de la population européenne. Pour cette raison, nous pensons que la reconstitution des dires qui élaborent l’ethos discursif eurorégional, au sens large de l’image construite en discours (Amossy, 1999), fournit l’occasion de découvrir ce moment particulier où la communication transfrontalière, exprimée depuis des positions discursives variées en Europe, passe d’un stade empirique et informel à un stade professionnel.

Inscrite dans le sillage des travaux d’analyse française du discours, notre approche exploite un corpus multilingue (français, italien, espagnol, allemand, anglais, néerlandais) et multigenre, qui prend en considération des discours émis par et sur les eurorégions. L’importante diversité qui compose cet objet construit, que nous appelons « discours eurorégional », nous permet de voyager à travers l’espace européen et de considérer 42 des 90 eurorégions identifiées par le Conseil de l’Europe[3]. Figurent ainsi dans notre sélection des discours venus d’Europe du Nord-Ouest, de la zone Alpes-Danube, d’Europe du Sud-Ouest, d’Europe centrale et orientale et d’Europe du Nord.

Les constituants du corpus se répartissent par sous-corpus émetteurs et présentent :

des discours émis par les institutions eurorégionales elles-mêmes, mais aussi par les institutions européennes (Parlement européen, Commission européenne) et les institutions académiques (principalement les universités)

des discours émis par la sphère économique : clusters industriels transfrontaliers, organisations professionnelles, sociétés d’audits

des discours émis par les médias : régionaux, nationaux et européens

À l’intérieur de chacun de ces sous-corpus, l’identification des genres discursifs observables aboutit à un inventaire de dispositifs de communication qui met en scène un ensemble assez large pour remonter le fil du discours eurorégional et accéder à ses fonctionnements (Moirand, 2004).

La définition préalable des besoins pour l’analyse nous porte à envisager dans un premier temps l’articulation des principaux observables linguistiques à leur portée pragmatique : ainsi l’analyse de la productivité lexicologique, la recherche des univers sémantiques, le fonctionnement du système énonciatif et l’usage de formules doivent-ils permettre de caractériser peu à peu la culture discursive eurorégionale et de l’inscrire dans une filiation discursive. Dans une visée communicative, il s’agit ensuite de caractériser le dispositif de communication eurorégionale mis en place sur la toile, à travers la prise en compte du caractère plurisémiotique du corpus, des principaux arguments avancés par les parties prenantes et des références historiques ou culturelles mobilisées.

La méthodologie privilégie une approche qualitative d’analyse sémantique du corpus (Rastier, 2011) et souhaite enrichir la démarche d’une vision contrastive des discours (Claudel et al., 2013) (von Münchow et Rakotonoelina, 2006). Numérique et d’ampleur trop vaste pour un traitement manuel (500 000 mots), le corpus nécessite un outillage informatique pour le traitement. L’élaboration d’une plate-forme d’analyse permet dès lors d’optimiser les requêtes multilingues et l’exportation automatique des résultats, deux obstacles techniques majeurs au traitement du corpus qui ont nécessité une réflexion spécifique. Pour répondre à ces contraintes, la combinaison d’un logiciel éprouvé de textométrie et d’un modèle informatique progressivement développé sur mesure – que nous qualifions d’ « agile », en écho aux méthodologies qui ont cours aujourd’hui en informatique – fournit des résultats qui nous servent de guides ou d’étapes vers l’analyse qualitative.

Notre hypothèse principale consiste à penser que le discours eurorégional, en expansion sur le web, présente des régularités indépendantes du lieu (pays) d’émission et de la langue d’expression. Parmi ces invariants, il s’agit d’abord de mettre au jour les indices qui forgent, derrière une tentative de séduction du citoyen, l’expression d’un discours institutionnel conforme à la programmation politique des instances européennes. Dans cette optique, le leitmotiv observé de la suppression des frontières nationales sert un argumentaire qui présente, de manière souvent consensuelle, la configuration eurorégionale comme un aboutissement naturel de la configuration européenne actuelle.

L’observation du corpus invite ensuite à considérer le discours eurorégional comme l’expression d’un club de moteurs innovants pour l’Europe, où l’enthousiasme de solidarités internationales et l’imaginaire de territoires-modèles idéalisés dominent. Mais dans un contexte de conjoncture menaçante (crise économique et politique ancrée), l’identité eurorégionale en construction se voit souvent réduite à un potentiel managérial et technique, marqué par des objectifs de notoriété et de performance relayés par les acteurs économiques et académiques des territoires transfrontaliers.

Enfin le volet médiatique du corpus constitue un poste d’observation idéal pour envisager la diversité des facettes identitaires des eurorégions. Carrefour d’offres de services et de formations, scène de confrontation artistique, planche de salut ou pari plus ou moins risqué sur l’avenir européen, l’eurorégion y apparaît comme un grand chantier qui bouleverse les habitudes, mais qui s’appuie aussi sur une longue tradition d’échanges. En ordre dispersé et selon des points de vue obéissant à des logiques différentes (locales, nationales ou européennes), le discours médiatique semble relayer plus facilement l’actualité et les bénéfices attendus de la configuration eurorégionale que l’analyse systématique de ses forces et faiblesses, de ses opportunités et menaces.

Cette multiplication de points de vue énonciatifs dans la communication eurorégionale nous invite à penser que l’émergence de questionnements ne s’en trouve pas pour autant favorisée : en raison d’un déficit de capacité de décentrement du discours eurorégional, la mise en débat paraît en effet difficile et morcelée. La discrétion sur le web du discours citoyen et de contre-discours relatifs à la construction eurorégionale en est une manifestation.

Ce travail, qui présente la particularité de s’intéresser à un discours disséminé en plusieurs langues, souhaite estimer la consistance de la communication eurorégionale et voir dans quelle mesure elle s’immisce dans une place laissée vacante par une communication européenne par ailleurs jugée défaillante.

Marie-Hélène Hermand


[1] Lexique de l’aménagement du territoire européen (Université de Paris VII-DATAR-CNRS) : http://www.ums-riate.fr/lexique/modeleterme.php?id=21 (consulté le 5 avril 2014)

[2] Ce statut, instauré par le Parlement européen et le Conseil, connaît un succès croissant : 46 GECT sont dénombrés en février 2014 dans le registre disponible sur le site du Comité des régions (http://cor.europa.eu), dont 6 ont été créés en 2012 et 11 en 2013 ; 19 demandes d’enregistrement sont en cours.

[3] Sur 163 régions frontalières dénombrées dans l’Union européenne (source consultée le 5 avril 2014 : http://www.aebr.eu/fr/membres/repartition_regionale.php), le Conseil de l’Europe recense environ 90 eurorégions (Alliès, 2011).

Carte_Euroregion_2012

Appel à communication: « L’espace politique ukrainien »

L’ESPACE POLITIQUE UKRAINIEN : CONFLITS ET RECOMPOSITIONS

COLLOQUE DE RECHERCHE, 26 et 27 JUIN 2014, LYON

ENS de Lyon – IEP de Lyon – Université Lyon 2 – UMR 5206 TRIANGLE

 

Les événements qui se déroulent aujourd’hui en Ukraine ne peuvent laisser indifférents les chercheurs en sciences humaines et sociales. Le colloque vise à étudier les conflits et les recompositions qui ont lieu en Ukraine contemporaine dans leur complexité. Une perspective interdisciplinaire adoptée permet de faire dialoguer les approches politique, historique, économique, linguistique, sociologique et communicationnelle autour des concepts d’identité, d’espace public et d’équilibre géopolitique régional. Une telle manifestation ouvrira un espace et un temps où nous tenterons d’élaborer des outils et mettre en place des méthodes permettant de construire un nouveau regard sur l’Ukraine contemporaine.

Ce colloque sera organisé autour de huit grands thèmes.

-D’abord, il s’agira d’analyser la façon dont l’histoire et la mémoire articulent le temps court des événements qui se déroulent en Ukraine au temps long qui fonde l’identité de ce pays. Nous mettrons en relation les confrontations contemporaines entre les acteurs et entre les pouvoirs de ce pays avec le passé de l’Ukraine, de façon à savoir comment la connaissance du passé peut nous aider à comprendre les significations multiples de la vie politique contemporaine. Le colloque proposera aussi un regard renouvelé sur la relation entre le temps court et le temps long, et sur la façon de penser l’articulation entre les discours contemporains sur l’Ukraine et les discours anciens sur ce pays et sur son identité.

-Le second thème de ce colloque sera la question des liens entre l’Ukraine et l’Europe, afin de mieux comprendre selon quelles modalités ce pays s’inscrit dans l’espace européen, et, en particulier, de mieux comprendre de quelle Europe il s’agit quand on parle de l’Ukraine, de mieux comprendre à quelle Europe ce pays entend s’attacher. D’une part, il s’agit du débat, qui a lieu dans ce pays autour de la question de l’adhésion à l’Union européenne, en particulier dans la problématique des liens avec la Russie. D’autre part, il sera important d’analyser la façon dont le débat sur les modalités de la présence de l’Ukraine en Europe est l’héritier du débat, plus ancien, sur les relations entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est. Enfin, sans doute le débat sur les relations entre Ukraine et Europe s’inscrit-il dans le champ de la remise en question contemporaine de la pérennité de l’Union européenne, mais aussi dans celui de la critique contemporaine de l’euro.

-Un troisième thème du colloque sera un regard sur les liens entre l’Ukraine et la Russie et sur la place de la relation entre ces deux pays dans l’espace public ukrainien contemporain. Nous proposons un questionnement portant à la fois sur la dimension historique de ces liens, en particulier dans le domaine de la langue et de la culture, et sur leur dimension géographique, à la fois en faisant porter l’interrogation sur la situation de l’Ukraine et sur la place de la question russe dans la structuration de l’espace ukrainien. La question de la place de la culture russe dans la culture ukrainienne s’articulera à celle de la place de la Russie dans le temps long de l’histoire et de la mémoire de l’Ukraine, à celle des relations contemporaines entre l’Ukraine et la Russie, et à celle de la place des liens avec l’Ukraine dans la dimension internationale de la Russie. Un questionnement particulier sera envisagé sur la question de l’identité de la Crimée et de la place de cette région dans le débat sur les relations entre Russie et Ukraine.

-Le colloque posera, d’autre part, la question de la place de l’économie dans le débat politique contemporain sur l’Ukraine. Il s’agira, pour nous, d’analyser, au cours du colloque, à la fois le rôle que joue dans le débat politique la spécificité du débat sur l’avenir économique de l’Ukraine, la place de la question de l’énergie dans le débat public, et le rôle des acteurs de la vie économique dans les confrontations politiques contemporaines. Une question fondamentale sur la signification du débat ukrainien dans le champ de l’économie politique sera, en particulier, la question de la confrontation entre la logique de l’indépendance économique et de la souveraineté et la logique de la dépendance et de la soumission à une logique d’aide. 

-Par ailleurs, le colloque abordera, à propos de la situation ukrainienne, la question du débat politique et de la façon dont il s’organise et dont il s’énonce. La réflexion s’articulera autour de l’analyse du discours des médias ukrainiens et du discours des médias français, mais aussi autour de l’analyse comparative des discours politiques tenus en Ukraine et autour des représentations du conflit ukrainien dans le discours politique tenu aujourd’hui dans l’espace public français. Par ailleurs, le colloque abordera la question des nouvelles formes du débat public, des nouvelles expressions du discours politique et des nouveaux médias qui construisent un espace public renouvelé, à la fois grâce aux usages de l’Internet, grâce à l’émergence d’un espace public plus ou moins visible et plus ou moins souterrain, parallèle à l’espace public légitime et institutionnalisé.

-Lié au thème précédent, un sixième thème du colloque sera la question de la limitation de l’information et de la communication et de la répression. Dans les situations de tension, une forme de violence institutionnelle est exercée par l’État afin de limiter le débat public et de contrôler l’espace public, mais, par ailleurs, des formes de violence symbolique sont exercées sous la forme de la limitation de l’information et de l’expression assumée par les acteurs eux-mêmes dans une forme d’autocensure. Le colloque abordera ces aspects de la limitation de l’expression, de la représentation, de l’information et de la communication en confrontant, à cet égard, la situation ukrainienne à d’autres situations contemporaines dans lesquelles s’exercent des formes de censure.

-Un septième thème du colloque sera la question des identités politiques qui se manifestent aujourd’hui en Ukraine. Il s’agira d’un regard sur les identités et les acteurs politiques classiques (partis et pouvoirs, associations, religions), mais aussi d’un regard renouvelé sur les nouvelles identités qui prennent part au débat politique contemporain. Par ailleurs, le colloque proposera une analyse sur les manifestations et les autres formes que revêtent les identités politiques dans l’espace public urbain, dans les grandes villes, mais aussi dans les autres lieux de l’espace de l’Ukraine. Il s’agira d’analyser, enfin, la confrontation entre les pouvoirs et les critiques dont ils font l’objet, mais aussi la confrontation entre les pouvoirs et les contre-pouvoirs qui émergent des événements contemporains.

-Enfin, compte tenu de la situation particulière liée à l’approche de deux échéances électorales, et, en particulier, à l’approche des élections au Parlement européen, il sera important d’aborder, au cours du colloque, la question de la place des événements ukrainiens dans le débat électoral en France et dans les autres pays européens et dans le discours des candidats. Par ailleurs, sans doute les événements ukrainiens sont-ils de nature à interroger l’Union européenne sur le rôle et sur l’action de ses institutions dans les évolutions politiques qui se déroulent dans les pays voisins. Ce sont sans doute l’évolution même de l’Union européenne et les perspectives de ses élargissements futurs qui sont liés aux événements ukrainiens et qui leur donnent une signification particulière et un écho important.

-Sans doute les événements ukrainiens nous interrogent-ils sur les identités européennes et sur le sens de l’engagement de notre pays dans l’Union. Par ailleurs, comprendre les significations des événements qui se déroulent en Ukraine nous permettrait de mieux comprendre les significations des évolutions de notre propre système politique, en comprenant, en particulier, comment se construisent de nouvelles identités et de nouveaux acteurs et comment les enjeux du débat politique se déplacent. Enfin, ce colloque se propose d’ouvrir un espace d’échanges et de dialogues entre des acteurs différents de l’espace public – politistes, chercheurs en sciences sociales, acteurs des médias et du débat public. Ce dialogue pourrait, c’est notre souhait, se poursuivre au-delà de notre rencontre.

Les propositions de communication seront déposées au plus tard le 20 avril 2014 sous forme de résumé de 500 mots sur le site web suivant : http://ukraine2014.sciencesconf.org.

Pour tout renseignement : ukraine2014@sciencesconf.org

Comité scientifique

Dominique Arel, Chaire des Etudes Ukrainiennes, Université d’Ottawa (Canada)

Paul Bacot, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Viktor Chuzhykov, Kiev National University of Economics (Ukraine)

Iryna Dmytrychyn, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris

Valentyna Dymytrova, Université Lyon 2

Bernard Lamizet, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Sylvie Martin, ENS de Lyon

Ioulia Shukan, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Bartlomiej Zdaniuk, Institute of Political Studies, University of Warsaw (Pologne)

Comité d’organisation

Alexandre Baiov (Université Lyon 3)

Valentyna Dymytrova (Université Lyon 2)

Stéphane Janczarski (CNRS, ENS de Lyon)

Natalya Shevchenko (Université Lyon 2)

Euromaidan_Kyiv_1-12-13_by_Gnatoush_005

 

Manifestation pro-européenne à Kiev le 1er décembre 2013 (photo de Nwssa Gnatoush)

Appel à communication: « Communication Politique Comparée »

Communication Politique Comparée sur les Elections au Parlement Européen

Les vendredi 27 et samedi 28 juin 2014, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique (Ceccopop) dirigé par Philippe J. Maarek, organise à Paris une conférence sur le sujet:

 » La Communication Politique des Européennes 2014: quelle Europe pour les Européens? »

Sans titre

 

Depuis le début du 21° siècle, il est clairement apparu que la communication politique des élections au Parlement Européen était de moins en moins focalisée sur les enjeux « européens » à proprement parler, mais bien plus sur des enjeux nationaux divers propres à chaque pays de l’Union Européenne. Les deux ouvrages publiés par le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique aux éditions L’Harmattan sous la direction de Philippe J. Maarek, à la suite des élections de 2004 et 2009 l’ont bien montré.

Pour les élections de 2014, le contexte semble potentiellement accroître le risque de voir la communication politique des élections au Parlement Européen encore biaisée de façon similaire dans la plupart des pays de l’Union. La crise économique actuelle, qui a mis à jour les divergences entre les économies de maints pays du « Nord » et ceux du « Sud », les polémiques concernant l’immigration intra-européenne en provenance des nouveaux membres vers les plus anciens, l’émergence un peu partout de partis à connotations populistes dénonçant, soit l’intervention de Bruxelles dans les politiques nationales, soit profitant tout simplement du moment pour contester les partis au pouvoir, vont-ils faire dériver encore plus les thématiques de campagne des élections au Parlement Européen loin des préoccupations qui devraient théoriquement être les leurs? Le vote des citoyens de l’Europe va-t-il exprimer la lassitude de l’électorat devant les crises économiques et politiques non résolues et profiter des circonstances pour s’orienter vers une contestation rendant le Parlement Européen ingouvernable? L’utilisation des réseaux sociaux sur Internet va-t-elle changer la donne, ou au contraire accentuer la dérive populiste et nationaliste déjà présente en 2004 et 2009? La communication vers les citoyens européens des institutions européennes concernant les élections sera-t-elle plus audible qu’elle ne l’a été auparavant et changer la donne?

Comme en 2004 et en 2009, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique se propose d’analyser « à chaud » la communication politique des élections au Parlement Européen de 2014 et telles sont quelques-unes des questions que se poseront des spécialistes de la communication politique français et européens, chercheurs et professionnels, à la Conférence de Paris de Communication Politique comparée qui se déroulera les 27 et 28 juin 2014.

La conférence est organisée par Philippe J. Maarek, professeur de communication politique à l’Université Paris Est et ancien président des comités de recherche en communication politique de l’AISP puis de l’AIERI, dans le cadre des travaux du Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique qu’il dirige (Ceccopop). Elle sera bilingue, français-anglais.

Les collègues désireux d’y présenter une communication sont invités à envoyer une demande de participation avant le 22 février prochain à maarek@u-pec.fr. Les propositions devront comporter un abstract de 250 à 500 mots (1 ou deux feuillets) et un CV d’un feuillet.

Le Conseil Scientifique de la Conférence est composé de:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Maria-José Canel, Complutense University, Spain

Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France

David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France

Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague

Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France

Anna Matušková, Charles University, Prague

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

Lars Nord, Midwestern University, Sweden

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

Le Comité d’Organisation de la Conférence est composé de:

Brigitte Sebbah, Ceccopop

Philippe J. Maarek, Ceccopop

Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Allemagne

 

Call for Paper, Paris June 27th and 28th  2014 Conference in Comparative Political Communication on the European Parliament Elections

On June 27th and 28th 2014, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop) headed by Philippe J. Maarek, convenes a 2 days conference in Paris:

 » Political Communication for the 2014 European Parliamentary Elections: which Europe for the Europeans? »

Since the beginning of the 21st Century, it clearly looks like the political communication during the European Parliament electoral campaigns has been less and less focused on « European » stakes, but rather on various national issues specific to each country of the European Union. This has been clearly established by the two previous  books edited by Philippe J. Maarek for Ceccopop in France after the 2004 and 2009 previous European Parliament elections.

The context of the 2014 European Parliament political campaigns appears to very possibly increase the risk of similar bias for most of the European Union countries. With the present economic crisis, which has exposed the discrepancies between many countries of the « North » and those of the « South », with the polemics about intra-European immigration from the new members of the Union towards the older ones, with the surge all around of populist political parties, attacking the influence of Brussels in their respective nations, or plainly surfing on today’s difficulties to contest the supremacy of the ruling parties, could it be that the 2014 campaign issues are going to be even further distracted from the European perspectives which should theoretically be dominant? Will European citizen cast their vote according to their lassitude about unsolved economical and political problems and therefore follow a rejection process which would endanger the viability of the next European Parliament composition? Will the use of Internet social networks substantially change the deal, or on the opposite increase the populist and nationalist tendencies already present in 2004 and 2009? Will the European Institutions communication be more visible than previously and change the deal?

As in 2004 and in 2009, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication will analyze the Political Communication of the 2014 European Parliament Elections right after they have happened, and these are some of the questions which will be addressed by European political communication specialists, scholars and professional from the field, at the Paris Conference on Political Communication which will take place on June 27th and 28th, 2014.

The conference is hosted by Philippe J. Maarek, Professor in Political Communication, former Chair of IPSA and of IAMCR Political Communication Research Groups, within the frame of the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop). It will be held in French and English.

Collegues interested in presenting a paper should send an application, before February 22nd to maarek@u-pec.fr. Proposals should include a 200-500 words abstracts and a 1 page vitae.

The Scientific Board of the Conference is composed of:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Maria-José Canel, Complutense University, Spain

Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France

David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France

Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague

Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France

Anna Matušková, Charles University, Prague

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

Lars Nord, Midwestern University, Sweden

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

The Organizing Committee is composed of :

Brigitte Sebbah, Ceccopop

Philippe J. Maarek, Ceccopop

Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Germany