Publication « De quoi Europe est-il le nom? » [article]

La revue Adddrgumentation et analyse de discours publie un dossier coordonné par R. Koren (Bar-Ilan University) sur les enjeux socio-politique de la nomination. J. Auboussier y propose un article intitulé « De quoi Europe est-il le nom ? Enjeux et usages argumentatifs de la polyréférentialité ». Le texte interroge la polyréférentialité et l’actualisation en discours du nom propre Europe en contexte médiatique. Il s’agit dans un premier temps d’interroger les enjeux de la polyréférentialité liés aux usages métonymiques routinisés du nom propre dans le récit de l’actualité ainsi que les enjeux pragmatiques de la personnalisation. Dans un second temps, l’attention est portée au discours rapporté et aux usages du nom propre modifié qui jouent de la polyréférentialité dans une visée argumentative et mobilisatrice. Dès lors, l’actualisation du sens est interrogée au regard des enjeux politiques soulevés.

Publication : « Exemple historique et débat contre l’euro dans l’espace discursif français » [article]

dddLa revue en ligne Argumentation et analyse du discours propose un numéro coordonné par Paola Paissa (Université de Turin) et Loredana Trovato (Université d’Enna Kore) relatif à « l’exemple historique dans le discours ». L’article de Silvia Modena s’attache à l’inscription polémique de l’exemple historique dans le débat sur l’euro (1998-2002). Trois exemples historiques (« biblique » pour le troisième), mobilisés par les détracteurs de la monnaie unique, sont finement analysés : le Pont de la rivière Kwaï (une invention monétaire sans projet politique), le Saint Empire Romain Germanique (l’hégémonie allemande) et le Veau d’or (une adoration irréfléchie). Dans la dernière partie du texte, l’auteure revient sur l’usage de ses exemples historiques dans les discours politiques actuels. L’occasion de relever : « Les occurrences relatives à l’exemple historique mettent en évidence qu’il traverse des époques différentes (1998-2002 et 2009-2015), des débats dont les enjeux ne sont pas les mêmes (le passage à l’euro et la crise économique-politique de l’Union européenne), et qu’il est utilisé par des locuteurs dont les positionnements politiques sont eux aussi diversifiés ». Une contribution à l’analyse de la polémique dans la lignée des travaux de R. Amossy. Pour accéder au texte : https://aad.revues.org/2142#tocto1n7

 

Publication : « Media coverage of the EU Referendum »

jjjLe Centre for Research in Communication and Culture de l’université de Loughborough diffuse actuellement la première partie des résultats d’une étude portant sur la couverture médiatique du référendum britannique. Le travail porte à la fois sur la télévision (Channel 4 News, Channel 5 News Tonight, BBC1 News, Sky News and ITV 1 News) et sur la presse (The Guardian, Times, Daily Telegraph, Financial Times, Daily Mail, Daily Express, Mirror, Sun). Les questions posées par l’analyse : quels sujets ont alimenté la couverture médiatique du référédum (Issue Balance)? quelles personnes et institutions ont été le plus souvent citées (Stopwatch Balance)? est-ce que la couverture médiatique a favorisé un des deux camps (Directional Balance) ? Les qualités et surtout les limites du travail tiennent à la perspective privilégiée : l’analyse de contenu (content analysis). Pour se faire une idée, possibilité d’accéder au rapport (15 pages) par le lien suivant :

http://blog.lboro.ac.uk/crcc/wp-content/uploads/sites/23/2016/05/eu-referendum-media-analysis-report-1.pdf

J.A.

 

Projet éditorial : « Imagining the Peoples of Europe: political discourses across the political Spectrum »

Un appel à articles est lancé dans le cadre de la publication d’un ouvrage collectif provisoirement intitulé Imagining the peoples of Europe. L’ouvrage s’adresse directement aux spécialistes de l’analyse de discours en encourageant les travaux relatifs à la façon dont « le peuple » est mobilisé, interpellé, revendiqué, labélisé… dans les discours politiques d’un bout à l’autre de l’échiquier politique. Les débats contemporains sur le(s) populisme(s) trouveront naturellement leur place dans le volume. Les coordinateurs encouragent notamment la perspective comparative afin d’identifier ce qui fonde le commun et les spécificités des formes actuelles d’appel au peuple. Un résumé de 550 mots maximum est attendu pour le 15 août 2016. Articles finaux : janvier 2017.

JA

Plus d’informations : http://www.discourseanalysis.net/wiki.php?wiki=en%3A%3AEvents&id=1844

Parution: « Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie »

Dacheux Eric9782343080215r1, 2015, Sans les citoyens, l’Europe n’est rien. Pour une nouvelle communication publique au service de la démocratie, Paris, L’Harmattan.

Eric Dacheux, professeur en Sciences de l’information et de la communication, propose une synthèse de ses recherches menées depuis 20 ans sur la communication publique de l’Union européenne. Une idée forte de l’ouvrage : l’idéal type de la communication proposée par la Commission européenne repose sur le consentement politique c’est-à-dire sur la construction de normes communes à travers l’adhésion aux décisions prises par les institutions. L’auteur encourage à renouveler la communication publique européenne en abandonnant les recettes du marketing et en adoptant la délibération comme idéal type. Il s’agit pour l’auteur de favoriser une conception de la démocratie comme « dissensus permanent ». On devine ici l’apport des travaux récents (Chantal Mouffe en philosophie politique ; Ruth Amossy en analyse de discours) rappelant la portée heuristique du conflit. Il faut noter que le lecteur sera sans doute surpris de ne pas trouver plus de références aux travaux récents sur le « tournant délibératif » de l’Union européenne et sa portée véritable.

J. Auboussier

 

 

 

Parution : « Parler(s) d’Europe sous contrainte ? », par C. Jadot

mots_160x75-160x75La rubrique Varia du dernier numéro de Mots. Les langages du politique accueille la stimulante contribution de Clément Jadot, Université Libre de Bruxelles, intitulée « Parler(s) d’Europe sous contrainte ? Univers idéologiques et influences stratégiques dans les pratiques discursives à l’Assemblée nationale » (p. 101-123). En appliquant la statistique textuelle aux débats au sein du parlement, le chercheur souhaite étudier le rapport partisan à l’Europe en France. L’objectif est de « mener une interrogation ouverte et dépourvue d’a priori théoriques sur les facteurs de structuration du jeu partisan sur la question européenne » (p. 120). Et, en effet, l’article illustre que certains acquis de la recherche méritent d’être aujourd’hui réinterrogés. A titre d’exemple, Clément Jadot montre bien que l’enjeu européen n’est pas totalement dépolitisé sein du débat politique en France : « même si les députés européens tendent à voter similairement la ratification des traités européens, ils le font en mobilisant des registres discursifs différents, voire concurrents » (p. 119). A lire.

J.A.