Une autre Europe est possible

Par J. Auboussier (ADCoST-ELLIADD, Université de Franche-Comté).

Type d’entrée

Mot d’ordre/Slogan/Formule

Sources

Base Europresse (www.bpe.europressse.com); recherche menée dans la presse quotidienne nationale française (Le Monde, Le Figaro, Libération, L’Humanité, Les Echos)

Propriétés générales

Syntagme verbal figé (2002-2009)

Généalogie du mot d’ordre

Si l’on souhaite retracer le parcours du mot d’ordre « une autre Europe est possible », il est nécessaire de revenir à la fin de l’année 1999. Les représentants de l’OMC se réunissent à Seattle. La conférence est un échec politique puisque le « Cycle du millénaire » n’est pas lancé. Elle est surtout un échec symbolique au sens où le sommet des responsables politiques est largement contesté par une foule hétéroclite. C’est l’événement originel pour le devenir médiatique de ce que l’on nommera l’antimondialisation puis, à partir de 2002, l’altermondialisation (Auboussier 2011, 2012). L’adoption du préfixe « alter- » doit illustrer la force de proposition d’un mouvement qui, à partir de 2002, privilégie le dispositif du forum social à celui du contre-sommet dont les violences lors du sommet européen de Göteborg en juin 2001 puis lors de la réunion du G8 à Gênes en juillet de la même année ont illustré les limites et les risques. Le passage d’« anti- » à « alter- » s’inscrit aussi dans un processus de désolidarisation, d’une part vis-à-vis des militants les plus radicaux (type Black blocs) et, d’autre part vis-à-vis des souverainistes qui prêchent l’antimondialisation au nom de la préservation des identités nationales ou de la civilisation européenne.

C’est au moment où la nouvelle dénomination est adoptée dans l’espace militant puis dans l’espace des discours médiatiques que le mot d’ordre « un autre monde est possible » s’impose. Il est l’objet d’un haut degré de figement : on relève à la fois la stabilisation de l’énoncé et une fréquence importante (Auboussier 2011).

« Un(e) autre —– est possible » comme matrice discursive

Au cours des années 2002, 2003, 2004 et 2005, la forme « Un/une autre —- est possible » devient une ressource discursive pour la mobilisation, une matrice capable de générer un large spectre de dérivés :

« une autre économie est possible » (La Croix, Le Monde), « une autre université est possible » (Le Figaro, Le Monde), « une autre écologie est possible » (Libération), « un autre football est possible » (L’Humanité), « une autre alimentation est possible » (Le Monde), « une autre politique est possible » (Le Figaro, Le Monde, L’Humanité, La Croix, Les Echos)…

Toutes ces formes relèvent de défigements occasionnels du mot d’ordre originel. A ce titre, elles activent clairement un domaine de mémoire : au début du début des années 2000, affirmer, par exemple, qu’ « une autre économie est possible », c’est jouer des liens dialogiques qui associent l’énoncé présent au contexte initial de promotion du mot d’ordre c’est-à-dire la sphère militante de l’altermondialisation.

Parmi l’ensemble des formes attestées, le mot d’ordre « une autre Europe est possible » va clairement profiter d’un degré de figement plus important. Si l’on se penche sur les articles du Monde entre 1945 et 2000, une seule occurrence du segment « Une autre Europe est possible » est identifiée. Il serait naturellement artificiel d’assimiler cette occurrence à une « proto formule » au sens de Krieg-Planque. Le mot d’ordre, dans son figement caractéristique, apparaît bel et bien dans la presse française au moment du Forum social européen de Paris en novembre 2003. Cet événement apparaît comme l’opportunité événementielle qui va permettre la convergence de l’altermondialisme et de l’eurosecpticisme. C’est une convergence à la fois cognitive et discursive qui aboutira, l’année suivante, à l’adoption par le Forum social européen du slogan « Une autre Europe pour un autre monde » (« Another Europe for another World ») (Della Porta, 2009). Et qui aboutira aussi aux néologismes « altereuropéen »/« alter-européen » et « alterEurope »/ « alter-Europe » :

« Les altermondialistes se découvrent alter européens. Ils ne sont pas contre l’Europe. Mais ils en veulent « une autre « […] Mais, à la tribune comme dans les couloirs, chacun trouvait ses propres raisons de dire « non« . Et peinait à définir les contours de « l’alterEurope ». » (Libération, 14-11-03)

« Une autre Europe est possible » a une valeur propositionnelle. Le mot d’ordre repose sur l’affirmation d’une alternative possible que l’énonciateur ne prend pas forcément la peine de définir. A ce titre, sans doute relève-t-il du discours utopique si l’on veut bien suivre Paul Ricoeur pour qui « le phénomène utopique ne résulte pas de son contenu mais de sa fonction qui est toujours de proposer une société alternative ». Il y a dans le mot d’ordre comme dans le slogan une efficacité pragmatique qui dépasse son contenu idéologique. Et c’est peut-être même cette relative inconsistance sémantique qui assure leur efficacité. Retenons que le mot d’ordre associe finalement un certain degré d’européanisation (au sens d’une appropriation de l’échelle européenne) et ce que certains politistes ont nommé un soft euroscepticism c’est-à-dire une opposition qui porte non sur l’intégration européenne en elle-même mais sur ses modalités contemporaines (Szczerbiak, Taggart 2002 : 7).

Le mot d’ordre en usage

Les pics de fréquence correspondent aux trois échéances électorales européennes de 2004, 2005 (référendum) et 2009. Ces trois « moments discursifs » (Moirand 2007) illustrent la capacité du syntagme à circuler dans l’espace des discours politiques et médiatiques. La très grande majorité des occurrences s’inscrivent au sein d’un discours rapporté : le journaliste cite l’homme ou la femme politique. Les modalités de reprises du discours du personnel politiques dans la presse sont nombreuses, connues et largement analysées (notamment Meteva 2004). Nous les prenons en compte dans les exemples suivants.

En 2004 et 2005, la mémoire discursive est activée par l’acteur politique lui-même ou par le journaliste sur-énonciateur dans ses commentaires :

Tribune de Fausto Bertinotti (Gauche européenne) : « Bonne chance, vous pouvez l’emporter pour nous tous. Un autre monde est possible, une autre Europe est possible » [L’Humanité, 16-04-05] (la mémoire du contexte originel de promotion du mot d’ordre est activée par le parallélisme des deux segments)

Kader Arif (PS) : « Dans notre campagne, nous allons montrer qu’une autre Europe est possible », explique-t-il en plagiant le célèbre slogan altermondialiste » (la mémoire est activée par le journaliste sur-énonciateur par l’intermédiaire d’une référence explicite à l’altermondialisation).

L’on retient aussi la capacité du mot d’ordre à dépasser les clivages politiques. Autrement dit, l’acceptabilité sociale du syntagme verbal encourage l’ensemble des acteurs politiques à mobiliser le mot d’ordre, d’un bout à l’autre de l’échiquier politique :

O. Besancenot (LO-LCR): « Olivier Besancenot a également longuement insisté sur la nécessité d’ »une rupture en Europe » : « une autre Europe est possible aussi bien contre l’Europe libérale que contre tous les souverainismes » » (Le Monde, 8-06-04)

N. Dupont-Aignan (alors UMP) : « C’est justement parce que nous avons à les [les autres pays] convaincre qu‘une autre Europe est possible et nécessaire, que nous devons dire non » (Le Figaro, 7-04-05)

Cette capacité du syntagme à circuler et à dépasser les oppositions politiques trouve son illustration la plus parfaite lors des élections de 2009. Alors que le vote approche, la presse revient sur les semaines de campagne écoulées. A cette occasion, la parole devient événement par la médiation d’un dispositif que partagent notamment Les Echos et Le Figaro : « La phrase de campagne » pour le premier, « Les petites phrases qui ont marqué la campagne » pour le second. Il est alors amusant de constater que pour Les Echos la phrase à retenir est celle de Martine Aubry (« Tout l’enjeu de ce scrutin, c’est de leur montrer qu’une autre Europe est possible »-2 juin) et que, pour Le Figaro, celle à retenir vient de Nicolas Sarkozy (« Il nous faut changer l’Europe. La présidence française de l’Union européenne en a apporté la preuve : une autre Europe est possible »-8 juin). Ainsi, le mot d’ordre circule de bouche en bouche et se colore à chaque reprise des teintes que l’énonciateur veut bien lui donner. Il active à chaque reprise un cadre de référence selon l’usage stratégique dont il est l’objet.

Reprendre à son compte le mot d’ordre issu de la sphère militante est un acte d’énonciation par lequel l’acteur politique cherche à exploiter un discours social spécifique (Delforce, Noyer 1999) –que nous avons ailleurs proposé de nommer « discours de l’alternative » (Auboussier 2012- qui jouit d’un fort degré d’acceptabilité et de légitimité dans l’espace social. C’est vouloir faire apparaître un nouveau contexte de sens auquel on accorde, dans cet état-là du discours social global, une grande capacité de mobilisation, de séduction et d’impertinence sémantique. Pour autant, cette exploitation politique du slogan peut atteindre ses limites et être condamnée par les adversaires. Exemples tirés des élections de 2005 puis de 2009 :

S. Veil : « Ils disent qu’une autre Europe est possible, qu’ils veulent une autre Europe, plus proche de celle du traité de Rome. Mais ils ont toujours combattu toutes les formes d’Europe » [Le Figaro, 30-04-05]

Journaliste : « Le chef de l’Etat [N. Sarkozy] va même jusqu’à proclamer qu’ « une autre Europe est possible ». Mais ses emprunts aux altermondialistes s’arrêtent là » [Libération, 6-05-09] (la mémoire est activée par le journaliste avec une pointe d’ironie)

F. De Rugy (Verts) « Quelle crédibilité peut-il [Sarkozy] avoir à proclamer qu’« une autre Europe est possible » lorsqu’on soutient la reconduction de la Commission européenne présidée par José Manuel Barroso, connu pour ses positions libérales et conservatrices ? »[Le Monde, 7-05-09]

Si la reprise du mot d’ordre par l’adversaire politique peut être condamnée, c’est aussi le mot d’ordre lui-même qui peut être évalué :

J.-P. Raffarin (UMP) : « Il ne faut pas faire croire demain matin qu’une autre Europe est possible car si nous cassons ce que les générations précédentes ont construit, il nous faudra beaucoup de temps pour reconstruire la maison Europe » (Les Echos, 12-04-05)

Le mot d’ordre semble ainsi relever de la formule discursive. « Une autre Europe est possible » revêt un caractère figé au sens où l’énoncé « est porté par une forme signifiante relativement stable ». Il revêt un caractère discursif. La formule n’existe qu’à travers les usages qu’en font les acteurs sociaux et politiques. C’est dans l’usage, dans l’intention, dans l’investissement idéologique qu’apparaît la formule. Enfin, il se constitue en référent social. Emprunté par Alice Krieg-Planque aux travaux de Pierre Fiala et Marianne Ebel, le concept de référent social « traduit son aspect dominant, à un moment donné et dans un espace socio-politique donné » .

Destinée de la formule

Que devient le mot d’ordre ? Est-il aussi présent lors de l’échéance électorale de 2014 qu’en 2004, 2005 et 2009 ?

Le syntagme verbal, après avoir profité d’une visibilité médiatique importante au cours des années 2000, disparaît presque totalement des discours médiatiques de la presse quotidienne nationale (seul 3 occurrences durant la campagne de 2014). Pour autant, il est sans doute nécessaire de relever l’omniprésente évocation (ou invocation) d’une « autre Europe ». Le syntagme nominal « une autre Europe » se retrouve à 75 reprises dans la presse quotidienne nationale entre le 1er janvier 2014 et les élections qui se déroulèrent entre le 22 et le 25 mai 2014. Il est le plus souvent introduit par un verbe modale (souhaiter, espérer, réclamer, exiger…).

Le syntagme nominal « autre Europe » est-il une réduction du syntagme « une autre Europe est possible » et, à ce titre, s’inscrit-il dans la généalogie du syntagme verbal originel ? Il n’est pas aisé de répondre à la question. Relevons simplement que le syntagme nominal continue à inscrire la rhétorique de l’alternative dans la contestation de l’Union européenne. Et relevons aussi que nos propos sur la contestation de l’usage que l’adversaire fait du syntagme comme ceux sur l’évaluation de sa légitimité restent pertinents dans le cadre du syntagme nominal. Illustrations :

« On peut […] s’élever contre les tentations protectionnistes, le risque de voir les peuples se détourner de l’Europe… Encore faut-il avoir un autre modèle à proposer qui ne soit pas la chantage au chaos ou cette hypothétique « autre Europe » au nom de laquelle il faudrait accepter celle-ci.» [Le Figaro, 26-04-14]

« Les socialistes ont trouvé le gimmick d« une autre Europe«  pour à la fois dénoncer celle qui existe et préconiser celle qui n’existe pas » [Les Echos, 25-06-13]

« Ils veulent tous « une autre Europe« . Même le PS, même l’UMP formulent un souhait identique » [Les Echos, 25-04-14]

« C’est à ce périlleux numéro d’équilibriste que le PS doit se livrer. Comment plaider pour « une autre Europe«  en dénonçant la ligne « austéritaire » de Bruxelles tout en assurant la rigueur gouvernementale » [Le Monde, 30-04-14]

En 2014, le syntagme verbal a presque disparu du corpus ici analysé. Néanmoins, nous terminons par l’évocation d’un visuel diffusé lors de la campagne électorale européenne de 2014 de l’Union Populaire Républicaine. A la manière d’un tampon, l’indication « Faux » vient sanctionner la proposition « Une autre Europe est possible ». Elle est  comme apposée, après coup, à la manière des pratiques classiques de barbouillage des affiches électorales. La saillance dont l’énoncé jouit dans le visuel illustre sa « détachabilité » c’est-à-dire sa capacité à être extrait de sa scène d’énonciation originelle pour être l’objet de nouveaux usages, pour être mobilisé dans de nouveaux contextes (Maingueneau 2012). Des critères formels, insiste Dominique Maingeneau, expliquent la détachabilité d’un énoncé (concision et autonomie référentielle notamment). Le mot d’ordre étudié répond à ces critères. Pour autant, l’aphorisation du syntagme verbal « Une autre Europe est possible » tient aussi à l’acceptabilité sociale dont la matrice dont il est issu a profité durant plusieurs années et sur laquelle nous sommes revenu dans cet article.UPR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *