Projet européen / European project

Par Marion Bendinelli (Université de Franche-Comté, ELLIADD-ADCoST)

 

Type d’entrée

Formule

 

Sources

Corpus de 237.767 formes graphiques dont projet / project : 137 et européen / european : 882

Documents institutionnels

– Dossier « Élections européennes. Une échéance cruciale », Commission en direct, 12, – document rédigé en anglais et en français

12 leçons sur l’Europe, de Pascal Fontaine

Comment fonctionne l’Union européenne ?, Guide des institutions européennes à l’usage des citoyens

Union européenne : Faits et chiffres, Rapport rédigé par le Secrétariat général du Conseil européen

A la découverte de l’Europe, Guide à destination des enfants

Documents partisans

– Manifestes (partis européens uniquement)

  • Parti populaire européen (PPE)
  • Parti socialiste européen (PSE)

– Programmes / Tracts (partis nationaux uniquement) :

    • Europe écologie Les Verts (EELV)
    • Front de Gauche (FG)
    • Front National (FN)
    • Parti socialiste (PS)
    • Union pour un Mouvement Populaire (UMP)

Tous les textes ont été publiés en 2014. 

 

Propriétés générales

Caractéristique de l’entrée

Syntagme figé

Définition et étymologie (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales)

projet (subst., masc.) :

A] « Ce qu’on a l’intention de faire et estimation des moyens nécessaires à la réalisation »

B] Travail préparatoire, première rédaction

Droit constitutionnel : Textes soumis à l’approbation du Parlement par le Gouvernement

Etymologie : Déverbal de projeter, ancien français : composé de puer « en avant, au loin » et de jeter (au sens de « concevoir un projet »)

européen (adjectif, masculin) : Qui se situe à l’échelle de l’Europe [NDL : ici, Europe désigne l’institution supra-nationale, i.e., l’Union européenne]

Etymologie : Dérivé de Europe (latin Europa); suffixe -éen (v. -ien). Le latin classique connaît l’adjectif europaeus et le bas latin europensis.

 

Définition générale

1/ Grands principes animant la  construction de l’Union européenne, définissant sur le long terme l’espace européen et son cadre de vie

2/ Idéaux et de valeurs unissant les citoyens européens + héritage idéologique variant en fonction des partis politiques

3/ Communion d’intérêts et de citoyens menacée

A ne pas confondre avec projets européens

 

Fréquence d’emploi

15

Documents institutionnels : 2

Documents partisans : 13

– Programmes / Tracts : 13

    • Europe Écologie Les Verts : 0
    • Front de Gauche : 1
    • Front National : 3
    • Parti socialiste : 2
    • Union pour un Mouvement Populaire : 7

Remarque : Le « projet européen » : grand absent des partis pro- et anti-européens

On note l’absence surprenante de la formule dans les manifestes des partis européens (Parti Populaire Européen et Parti Socialiste Européen) et des partis nationaux d’Europe Écologie Les Verts, parti pro-européen, et du Front National, parti anti-européen.

 

Usage

Pour saisir ce qu’est le « projet européen », nous proposons de considérer les trois axes suivants :

    • Parler du « projet européen » dispense de le définir
    • Vision institutionnelle et visions partisanes
    • Le projet européen, objet de tension

Cela permettra de saisir les fonctions principales de la formule : repère pour l’argumentation ; activation d’un socle idéologique et/ou pathétique ; affirmation d’une identité.

 

Parler du « projet européen » dispense de le définir

Identifier le « projet européen »

Avec le syntagme « projet européen », il s’agit de faire référence à une entité identifiable et identifiée, ce qu’indique son emploi quasi-systématique avec l’article défini le ; le locuteur présuppose l’existence d’une classe référentielle et fait savoir qu’il fait le choix d’une instanciation unique au sein de cette classe. L’occurrence prend ainsi une importance particulière, ayant été sélectionnée parmi d’autres sans que celles-ci ne soient toutefois explicitées : cela ne fait qu’amplifier sa puissance en discours. En employant projet européen », les locuteurs peuvent donc s’épargner le détour ou la difficulté de définir le syntagme, ni ce à quoi il fait référence.

Ce qui vide de sa substance notre souveraineté nationale, ce n’est pas l’Union européenne, c’est la mondialisation de l’économie, des entreprises, de la communication. C’est simultanément la puissance nouvelle de la finance, sa domination sur les autres secteurs de l’économie. Au contraire, le projet européen est le seul moyen de conserver notre souveraineté nationale dans la globalisation. (Programme du PS)

Poser l’existence du « projet européen »

« Projet européen » apparaît, dans près de la moitié de ses occurrences (6/15), au sein d’énoncés où il est posé plus que discuté : le locuteur pose son existence de manière à ce que le « projet » devienne un repère sur lequel développer un argumentaire. On rencontre ainsi dans la programme du PS :  le projet européen est le seul moyen de conserver notre souveraineté nationale ; ou dans celui de l’UMP : nous considérons que ce projet européen garde tout son sens , à condition d’être modernisé (…), Nous ne considérons pas que le projet européen soit devenu anachronique (…).

On peut également relever des occurrences de « projet européen » qui portent à le considérer du point de vue de son essence, de sa nature, et des événements qui ont porté à son existence : les locuteurs s’écarteraient ainsi, du moins momentanément, du principe selon lequel le projet européen est une construction, qu’il est né de la volonté de certains.

(…) réconcilier les ennemis d’hier et (…) surmonter les haines pour ancrer notre continent dans la paix. (…) A cette raison d’être du projet européen sont venues s’ajouter d’autres grandes réalisations (…). (Programme de l’UMP)

Enfin, la position de François Hollande vis-à-vis de la Turquie n’est pas claire. (…) François Hollande n’a aucune réflexion, aucune vision sur l’avenir de l’Union européenne, sur la nature du projet européen, contrairement à nos partenaires européens qui, eux, se sont exprimés clairement. (Programme de l’UMP)

 

Vision institutionnelle et visions partisanes

L’identité du « projet européen » prend corps implicitement, en relation aux bénéfices que les citoyens européens peuvent en tirer, ou en opposition aux attaques que le « projet » subit. Ainsi, si le projet protège de la mondialisation contre laquelle les pays seuls ne peuvent rien (programme du PS), ou encore s’il permet d’ancrer notre continent dans la paix [et d’en faire] la première puissance commerciale du monde, c’est, en creux, qu’il consiste en l’union de plusieurs pays – arme ultime contre les conflits militaires – autour d’une ambition économique commune. Cependant, les choses ne paraissent pas aussi simples lorsque l’on regarde les choses de plus près.

Définition institutionnelle

Une définition ‘conventionnelle’ du « projet européen » est, sans surprise, à trouver dans les documents institutionnels fournis par l’Union européenne.

On pourrait considérer que les mécanismes de coopération forcée (…), s’ils se multipliaient, conduiraient à une « Europe à la carte » ou à « géométrie variable », laissant à chaque État le choix de sa participation à telle politique ou telle institution. Cette solution a priori simple serait en réalité le début de la décomposition du projet européen. Celui-ci repose sur une anticipation des intérêts communs partagés, sur les court et long termes, sur la notion de solidarité qui est la mutualisation des avantages et des coûts. (Commission en direct)

Le « projet européen » repose donc sur des idéaux de partage et de solidarité, ceux-ci étant mis au profit d’une vision économique commune axée sur une mutualisation économique.

Définition par l’Union pour un Mouvement Populaire

L’UMP propose pour sa part deux définitions concurrentes du « projet européen », toutes deux ancrées dans les racines idéologiques du parti. Dans la première illustrée ci-après, le projet renvoie à l’héritage des « pères fondateurs » – une union de plusieurs pays – ainsi qu’à l’héritage du général de Gaulle, au nom de qui il importe de faire en sorte que le « projet » respecte et défende les intérêts et pouvoirs nationaux.

Nous pouvons être fiers de nous inscrire à la fois dans la lignée des pères fondateurs et dans celle du général de Gaulle qui a fait progresser l’Europe tout en étant exigeant sur les résultats. Nous ne considérons pas que le projet européen soit devenu anachronique, dépassé par les bouleversements du monde. Au contraire, nous considérons que ce projet européen garde tout son sens, à condition d’être modernisé, amélioré, mis au service des Européens.

L’UMP propose également une deuxième définition du « projet européen », non moins idéologique, mais davantage construite en réaction aux critiques auxquelles l’Union européenne doit faire face, et aux critiques que le parti lui-même porte à la gouvernance de la France. Ainsi, à l’heure où certains prônent la sortie de l’UE, et où la France n’a plus, pour d’autres, la place qu’elle mérite sur l’échiquier européen et mondial, le projet européen doit être modernisé, amélioré, mis au service des Européens et construit autour d’une triple ambition : ambition de protéger les intérêts de ses citoyens et de ses entreprises en premier lieu, ambition de peser dans les choix du monde, ambition de présenter ses valeurs et ses principes comme modèle de respect de l’homme et de la démocratie. Pour l’UMP, le projet européen doit faire de l’Europe une protection pour ses citoyens et surtout une référence, un modèle pour le reste du monde.

Définition par le Parti Socialiste

Le PS reprend à son compte la définition quasi-institutionnelle du projet européen, autour des idéaux de paix et de stabilité, pour la réorienter vers une société du bien vivre, qui fait penser à cette société du bien-être que d’autres pourraient également nommer « société du care ».

La paix et la stabilité restent un grand objectif de la construction européenne. Mais l’objectif principal est désormais l’avènement d’une société du bien vivre : prospérité, sécurité, démocratie. C’est la seconde promesse du projet européen.

Cette nouvelle société que le PS appelle de ces vœux repose sur trois nouveaux piliers : la prospérité, la sécurité et la démocratie. Contrairement à l’UMP qui promeut une Europe modèle pour le monde, le PS exige de l’Europe qu’elle écoute ses citoyens : le projet européen doit avant tout être en empathie avec eux.

 

Le projet européen, objet de tension

Un tiers des occurrences de « projet européen » est révélateur de la remise en cause que le projet originel vit actuellement, attaqué pour son impuissance à fournir les solutions à la crise sociale, économique et financière que vivent les citoyens européens. A cet égard, on retrouve « projet européen » associé à des verbes ou à des substantifs à forte connotation pathétique :

                               négative : abandonner, décomposition

Si nous voulons continuer à peser, si nous voulons garder la maîtrise de notre destin, il ne faut surtout pas abandonner le projet européen. (Programme de l’UMP)

[L]aisser à chaque État le choix de sa participation à telle politique ou à telle institution. Cette solution a priori simple serait en réalité le début de la décomposition du projet européen. (Dossier de l’UE)

positive : approfondir, sauver, promesse.

Les frontières de l’Europe doivent, en effet, être définies, afin d’affirmer son identité et notre culture commune. La priorité doit être d’approfondir le projet européen, de le consolider. C’est pourquoi nous refusons l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. (Programme de l’UMP)

[L]’objectif principal est désormais l’avènement d’une société du bien vivre : prospérité, sécurité, démocratie. C’est la seconde promesse du projet européen. (Programme du PS)

Le « projet européen », rempart contre les agressions extérieures (militaires, économiques, financières) est menacé, en particulier par des mouvements intérieurs qui réclament la sortie de l’euro, défendent une politique nationale et protectionniste. Face à ces menaces, l’UE, l’UMP et le PS portent d’une  même voix leur           attachement à ce « projet » – même si chacun ne l’envisage pas de la même manière -, refusant de l’abandonner et de le voir s’évaporer. Pour mobiliser les citoyens autour cette question, on construit un discours émotionnel, où les émotions exprimées servent donc une stratégie discursive persuasive.

 

La formule « projet européen » n’a pas une fonction référentielle : y faire recours, c’est renvoyer à un socle idéologique, à un héritage politique ainsi qu’à un ensemble de valeurs et d’idéaux, présentés comme partagés par une communauté, les citoyens européens. Le « projet européen », c’est le ciment autour duquel se réunissent les européens, c’est ce qui fait l’identité et la raison d’être de l’Union européenne. A cet égard, la formule a une fonction d’identification – attachement à une identité et des valeurs communes – et une fonction de mobilisation – rassemblement des citoyens pour défendre l’Union européenne et son projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *