Eurorégion

Par Marie-Hélène Hermand, Université libre de Bruxelles, Centre de recherche en information et communication

Type d’entrée : dénomination

Corpus :

– corpus plurisémiotique en ligne, multilingue et multigenre

– 498 002 mots

– 617 textes intégraux, sélectionnés dans leur langue de rédaction ou dans une langue de traduction disponible à la consultation

– 6 langues de travail : français, italien, espagnol, anglais, allemand, néerlandais

– 50% de textes non datés, 50% de textes datés (90% à partir de 2008)

Représentativité :

  • couverture institutionnelle : 42 eurorégions considérées par le corpus (sur 90 recensées par le Conseil de l’Europe)
  • couverture géographique : Europe du Nord-Ouest (39% des textes du corpus), Alpes-Danube (21%), Europe du Sud-Ouest (17%), Europe centrale et orientale (8%), Europe du Nord (7%), toutes zones confondues (8%)

Outils mobilisés pour le traitement :

  • outils lexicométriques : TXM, TreeTagger
  • sur-couche de développement pour optimisation : Perl, SQLite

Constituants du corpus :

— Types de discours émis par et au sujet des eurorégions :

  • discours institutionnels, produits par :
    • les eurorégions elles-mêmes
    • les institutions européennes (Commission, Parlement)
    • les institutions académiques (universités principalement)
  • discours économiques, produits par :
    • des clusters transfrontaliers (secteurs : santé, industries créatives, technologies innovantes, BTP, agri-/aquaculture…)
    • des organisations professionnelles (Chambres de commerce et d’industrie, Chambres de métiers et d’artisanat)
    • des sociétés d’audits
  • discours médiatiques de la presse régionale, nationale, européenne

— Genres discursifs (liste non exhaustive) : messages d’accueil, brochures de présentation, déclarations d’intention, guides méthodologiques, manuels de bonnes pratiques, offres de services/de stages/d’emplois, agendas, rapports d’activités, entretiens, articles/communiqués/dossiers de presse, rapports d’audits, études prospectives

— Quelques discours annexes (rares) : professions de foi de personnalités publiques (hommes politiques, journalistes) s’exprimant à titre personnel, revendications syndicales interrégionales

 

Propriétés générales 

Caractéristique de l’entrée :

Mot-valise forgé sur la troncation (en l’occurrence, la suppression d’une syllabe) de Europe et sur le mot entier région (latin regio : contrée, territoire, dérivé de rex, regis : roi)

Fréquence :

Noms entiers (officiels ou courants) des eurorégions : 3 818 occurrences

Sigles et acronymes : 630 occurrences

Définitions

Définition du Lexique de l’aménagement du territoire européen :

Le terme « Eurorégions » désigne des organisations de coopération transfrontalière, formées le long des frontières européennes. (http://www.ums-riate.fr/lexique/modeleterme.php?id=21)

Définition de l’Association des régions frontalières (ARFE) :

Du point de vue de leur fonctionnement et de leur gestion, elles peuvent être soit des associations d’autorités locales et régionales, parfois avec une assemblée parlementaire, ou bien des associations transfrontalières avec un secrétariat permanent et une équipe technique et administrative disposant de ressources propres. D’un point de vue juridique, elles peuvent être soit de droit privé, fondées sur des associations à but non lucratif ou des fondations en accord avec les juridictions nationales en vigueur, ou bien de droit public, fondées sur des accords interétatiques avec la participation des collectivités territoriales. (http://www.ums-riate.fr/lexique/modeleterme.php?id=21)

Définition en science politique (Thomas Perrin, 2013, Culture et eurorégions. La coopération culturelle entre régions européennes, Bruxelles, Éditions de l’Université Libre de Bruxelles, p. 7) :

Les eurorégions peuvent ainsi se définir comme des organisations européennes de coopération transfrontalière et transnationale, plus ou moins structurées, regroupant des autorités territoriales allant en général de la commune à la région ou à leurs équivalents, associées pour la réalisation d’actions et d’objectifs communs, en fonction d’intérêts partagés et dans le cadre de « territoires de projets ».

Usage

[Remarque : les exemples en langues étrangères sont traduits par nos soins.]

Traits définitoires de l’eurorégion

Dans l’ensemble du corpus, l’eurorégion revêt plusieurs dimensions et apparaît comme :

— une localisation : espace géographique, espace composite, espace pionnier, espace économique/social/culturel, espace unique, espace qui accueille, territoire d’interdépendance, territoire de projets, territoire multiculturel, territoire qui partage une histoire commune, territoire commun, zone périphérique, zone côtière, zone de coopération

—  un outil : instrument juridique, instrument facilitateur de la coopération européenne, instrument privilégié de la politique de coopération, instrument pour dépasser les frontières, instrument dénommé GECT [Groupement européen de coopération territoriale], outil juridique, outil de développement, outil technique et financier, agence frontalière, outil d’une intégration européenne

une figure : figure juridique, pionnier, leader, interlocuteur de Bruxelles/des institutions européennes/ de l’Europe, acteur du développement, partenaire du projet

une action : institutionnalisation de la coopération transfrontalière, initiative européenne, action au service du citoyen, action de lobbying,

une appréciation/dépréciation :

  • belle/grande aventure, belle opportunité, action prioritaire, instrument idéal, modèle à travers l’Europe, ambition européenne, ambition commune de construire, ambition de faire, source d’enrichissement, bon exemple, modèle de succès, espace cohérent
  • sujet de disputes quotidiennes, problème, coûteuse « usine à gaz », euro-länderisation de la France, euro-balkanisation de la Nation, projet irrédentiste

un concept, une abstraction : réseau informel et volontaire, preuve de l’intégration européenne, symbole de la construction européenne, 360° d’ouverture, force motrice, gage de réussite, objet de définition, rêve, futur partagé, projet ouvert

 

Champs lexicaux dominants 

Les données lexicométriques mettent en évidence les champs lexicaux suivants pour évoquer les eurorégions :

découpage territorial : territoire, aire, pôle, district, région, province, ville, commune

[On note que les mots pays et nation sont très peu représentés, pour ainsi dire absents.]

—  architecture : (infra-)structure, cadre, chantier, entrée, colonne, construction, plate-forme, porte, corridor

stratégie militaire : stratégie, secteur, zone, défi, approche, opération, manœuvre, plan d’action

sciences / sciences de la nature : environnement, durable, environnement, nature, paysage, source, fruit, cordon nourricier, coquille, noyau, expérimentation, (mini)laboratoire

gouvernance : citoyen, règlement, convention, institution, administration, autorité, accord-cadre, périmètre, gouvernement, présidence, direction

monde des affaires : activités, économie, réseau, siège, services, opportunités, affaires, cluster, emploi, efficience, financement, compétitivité, indicateur, évaluation, crise

 

Productivité lexicologique et environnement lexical

La recherche automatique de mots comprenant [eur(o)] et/ou [région]/[regio] met en évidence à la fois une importante productivité lexicologique dans l’ensemble du corpus eurorégional et un renvoi à ce qu’il est convenu l’eurolecte, c’est-à-dire le langage utilisé dans les discours communautaires. Cette productivité peut notamment prendre la forme de néologismes de forme (par exemple des emprunts, des calques, des sigles…) ou encore de néologismes à connotations métaphoriques.

Quelques exemples :

¨      constructions sur [eur(o) (…) r(é/e)gi(o)] : 

  • témoignant d’une instabilité de la démonimation : eurégio, eurégion, euroregione, Euroregio, Euregio, euregio, Eurégio, eurégio, Eurorégio, eurorégion, Grande Région, Regio, Europaregion
  • témoignant de la créativité lexicologique : Euregio-Jobtoboter, Alpeuregio, EuregioCup, Euregiorat, InfosEuRegion, Euregio-Zertifikat, EuRegio-Tag, Euregio-Forum, Euregio-Arbeitskreisen, EU-Regional, Euregiocertificaat, Euregio-criminaliteit, euregiodag, traumacentrumeuregio, euroBIOrégion

¨      constructions avec [eur(o)] : 

  • partition française : eurométropole, eurodistrict, eurocampus, euro-cité, euro-institut, euroraisons
  • partition italienne : eurocin, euromediterraneo, europarlamentare…
  • partition espagnole : eurociudad, eurocampus, euromed, euromediterráneo…
  • partition anglaise : eurocity, eurometropole, eurodistrict, euroBalkans, euro-Arctic, eurosceptic, europessimism, euro-wariness, eurofanatic
  • partition allemande : Euro-MOT-Netz, Europark, Europagedenke, Europatag, Europaweiter, Euroskop, Europa-Narrativ
  • partition néerlandaise : euroscepsis, eurocrime…

¨      constructions avec [regio] :

  • partition française : interrégional, intrarégional, regiothéâtre, regiodanse, regiotour
  • partition italienne : macroregion(al)e, interregion(al)e, infraregion(al)e, Stato-Regione
  • partition espagnole : interregional, intraregional
  • partition anglaise : twin-region, macro-regional, sub-region(al), cross-region(al), inter-regional, trans-regional, region-wide, regionalising
  • partition allemande : Grenzregion, Großregion, interregional, Drei-Länder-Region, LEADER-Region, überregional, Bio-Region, EUregionen, Makroregion, Nachbarregion, Regionalität, Modellregion, Metropolregion, Technologieregion, Energiemodellregion
  • partition néerlandaise : grensregio, Deltaregio, topregio, metreopoolregio

 

Formules convoquées et filiations discursives

La reconnaissance automatique des segments répétés met en évidence l’usage de formules qui renvoient à des textes de programmation politique européenne ou à des mots d’ordre en vue de mobiliser le public autour du projet eurorégional. On peut citer par exemple :

— les eurorégions garantes de la « coopération transfrontalière » (segment répété dans toutes les partitions linguistiques du corpus), en écho à la Convention-cadre européenne, Conseil de l’Europe, 1980

— les eurorégions « laboratoires de l’Europe » (segment répété dans toutes les partitions linguistiques du corpus), en écho à la citation de Jacques Delors qui considère la frontière comme « le laboratoire de l’Europe », 1994

— les eurorégions garantes de la « cohésion territoriale » (segment répété dans toutes les partitions linguistiques du corpus), en écho au Livre vert sur la cohésion territoriale, Commission européenne, 2008

–les « eurorégions qui gagnent » (segment répété observé dans la partition française du corpus), en écho à l’ouvrage de Georges Benko et Alain Lipietz, Les Régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, 1992

 

Fonctions discursives :

Le discours eurorégional apparaît comme un discours émergent, indépendant du lieu (pays) d’émission et de la langue d’expression. Il présente certaines régularités qui invitent à le considérer comme une tentative d’occuper une place laissée vacante par la communication européenne, qui ne parvient pas à toucher le citoyen.

Instaurer les eurorégions sur le web revient à encourager et à valoriser leur existence. Leur profil s’élabore progressivement en recourant à :

— un discours consensuel, conforme au programme politique de la Commission européenne et qui fait apparaître la configuration eurorégionale comme un aboutissement normal et souhaité (tant par la sphère politique qu’économique) de la configuration européenne actuelle

  • «La mise sur pied de programmes de coopération transfrontalière est un exercice très difficile en raison du nombre élevé d’acteurs concernés, c’est pourquoi l’événement qui nous occupe aujourd’hui, à savoir l’inauguration des premiers programmes, est l’aboutissement d’un travail considérable et d’une étroite collaboration entre les États membres, les régions et les services de la Commission. Tout est maintenant en place pour que d’autres projets voient le jour (Politique de cohésion 2007-2013, extrait du discours de la Commissaire européenne Danuta Hübner, septembre 2007)

 

  • Le passage quotidien des frontières étant un élément “naturel” pour un chef d’entreprise de la Grande Région, il n’a pas nécessairement conscience ou connaissance de ces principes généraux. (Audit de Pricewaterhouse Coopers, L’entreprise transfrontalière ou l’émergence d’un modèle hybride, 2007)

L’effacement de toute polémique liée à la régionalisation en Europe se traduit notamment par :

  • l’usage fréquent de chiffres, qui apparaissent comme des indicateurs de classements ou de performances
  • une forte convergence lexicale, notamment par le biais de descriptions uniformisées des eurorégions qui s’appuient de manière récurrente sur la notion de patrimoine commun et sur l’argument de continuité historique

L’Eurorégion Alpes-Méditerranée réunit non seulement cinq régions italiennes et françaises, mais aussi un patrimoine ultra-millénaire, construit par des populations qui ont tissé ensemble et sans interruption au fil des siècles leur histoire et leurs coutumes, traditions, langues et dialectes. (site institutionnel de l’Eurorégion Alpes-Méditerranée, présentation permanente de l’eurorégion)

De gemeenschappelijke geschiedenis van beide landen begint al bij de Romeinen. Maar ook daarna behoorden de gebieden vaak tot dezelfde grote rijken.

[L’histoire commune des deux pays commence à l’époque des Romains. Mais plus tard aussi, ils ont souvent appartenu aux mêmes grands empires.] (Brochure de présentation permanente de l’Euregio Scheldemond)

Les régions frontalières dans ces zones ont souvent une longue histoire en commun, comme c’est le cas en Slovaquie, en Hongrie, en Roumanie et en Ukraine. (Document de stratégie 2007-2013, Instrument européen de voisinage et de partenariat. Programme indicatif 2007-2013)

Le « territoire vécu » des citoyens est transfrontalier, aidé par des générations de programmes européens qui permettent de retrouver la cohérence historique de la région. (Sections belge et française de l’Association des journalistes européens, 2010)

Drei Gebiete, vereint durch eine gemeinsame Geschichte. Drei Gebiete mit großem Entwicklungspotenzial.

[Trois régions unies par une histoire commune. Trois régions à gros potentiel de développement.] (site institutionnel de l’Europaregion Tirol-Südtirol-Trentino, présentation permanente)

L’Euregio Tirolo – Alto Adige – Trentino vanta una lunga storia comune, che vede le tre regioni dell’Euroregione politicamente unite. Questo fatto, assieme alle condizioni geografiche simili tra loro, ha determinato uno sviluppo socioeconomico analogo dei tre territori. La struttura economica delle regioni che costituiscono l’Euregio si presenta oggi relativamente omogenea.

[L’eurorégion Tyrol-Haut Adige-Trentin revendique une longue histoire commune, qui unit politiquement les trois régions de l’eurorégion. Ce fait, ajouté aux conditions géographiques semblables, a donné lieu à un développement socio-économique analogue des trois territoires. La structure économique des régions qui constituent l’eurorégion est aujourd’hui relativement homogène.] (Rapport L’Euroregione Tirolo-Alto Adige-Trentino. L’opinione delle imprese in merito al potenziale di cooperazione, mars 2013)

  • le leitmotiv de la suppression nécessaire des frontières nationales

La construction de l’Europe n’est pas le seul fait des États. Il n’y aura de construction pérenne que si des initiatives locales la consolident, que si des territoires de projets cohérents se dessinent par delà les frontières. (Interview de Georges Frêche, Président de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée et de la Région Languedoc-Roussilon – europolitique.info, décembre 2010)

La coopération, source d’innovation ? L’innovation est intrinsèque à la démarche: effacer la frontière, c’est déjà une innovation en soi ! Des actions transfrontalières comme les échanges de technologies, les offres touristiques communes, l’accès aux soins ou les transports en commun transfrontaliers sont autant de démarches innovantes. (Magazine Inforegio, n°24, décembre 2007)

La frontière franco-espagnole représente encore aujourd’hui une ligne de fracture, qui est à l’origine du retard accumulé dans l’amélioration de la communication intérieure et transeuropéenne du territoire eurorégional. (Dossier de presse de Regions Magazine, octobre 2009)

 

— un discours persuasif, où se mêlent garanties relatives aux profils des dirigeants eurorégionaux (rappels de parcours politiques préalablement ancrés dans le territoire, évocations de réseaux relationnels stratégiques) et promesses d’orientation ou d’information du citoyen dans la configuration politique eurorégionale

  • Nous avons des personnalités fortes : le Ministre belge de la Justice, Stefaan de Clerck, qui est aussi le Bourgmestre de Courtrai, Rudi Demotte, qui est le Ministre-président de la Région wallonne, originaire de Tournai, moi-même, en tant que Vice-président, et puis Martine Aubry, présidente de Lille Métropole Communauté Urbaine. (Gilles Pargneaux, vice-président de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai)
  • Die hervorragende Position von Justizminister Poppenhäger in den europäischen Gremien und die dazugehörigen Netzwerke sind eine wichtige Unterstützung. Damit übernimmt auch Thüringen einen entscheidenden Gestaltungsanteil.

[La position exceptionnelle du ministre de la Justice Poppenhäger dans les instances européennes et les réseaux associés sont un soutien important.»] (Franck Rossner, administrateur de l’Euregio Egrensis)

 

— un discours affectif, à fonction :

  • émulatrice, par des appels à se mesurer à l’adversité sur une scène eurorégionale empreinte de rivalité et de concurrence caractéristiques des milieux artistiques, commerciaux et financiers)

Ce premier Salon du Design wallon sera sans doute une bonne occasion pour les créateurs de se montrer, et après ? Les créateurs ont besoin de Salons. Celui de Courtrai est le plus professionnel. Pourquoi n’oserions-nous pas nous confronter aux créateurs étrangers en organisant un grand Salon eurégional et non uniquement wallon? Les Allemands et les Néerlandais sont très forts. Voilà un vrai challenge. La Flandre nous a déjà dépassés depuis longtemps. Il est grand temps de bouger. (Interview de Pierre Jeghers, Atelier Naos – La libre Belgique, 2002)

  • consolatoire, devant les difficultés ressenties (promesses de mobilité professionnelle facilitée, d’améliorations des conditions de vie / de la communication / des transports / des compétences…), mais aussi devant les menaces de la crise européenne actuelle (crise économique durable, pénuries d’énergies, risques de redressement / de pénalités / d’être hors la loi…)

— un discours prescriptif, où alternent invitations diplomatiques, stimulation et contraintes explicites (avec le modal devoir) pour enjoindre plus ou moins directement le citoyen à s’informer sur les eurorégions et les professionnels à s’engager dans leur développement (participer, s’inscrire, intervenir, prendre part, rejoindre…)

  • L’AJE internationale accompagnera ces rencontres afin d’inciter l’ensemble des journalistes concernés par la construction européenne de suivre des projets concrets de coopération transfrontalière. S’il est vrai que l’Eurométropole est l’avenir de l’Europe alors il sera intéressant de suivre de près le développement de ce que beaucoup appellent « les laboratoires d’une Europe future ». (Association des journalistes européens, 2010)
  • « Je suis certaine que l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée peut être un acteur majeur en la matière et encore une fois être « pionnier ». Vous êtes déjà engagés dans plusieurs initiatives transfrontalières de recherche financées par Interreg et je ne peux que vous encourager à persévérer dans cette voie. […] Votre engagement et motivation en matière de coopération est essentiel pour le développement de vos territoires, mais il l’est aussi pour l’Europe car chacune des frontières internes de l’Union peut et doit se transformer en une source d’enrichissement des citoyens européens. […] Pour utiliser pleinement les outils que l’Union européenne met à votre disposition, vous avez choisi de vous engager aujourd’hui dans la création d’un GECT. […] Je m’en réjouis et vous souhaite plein succès pour l’avenir. » (Danuta Hübner, Commissaire européenne, Membre de la Commission responsable de la politique régionale ; intervention au séminaire de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée, Toulouse, 3 décembre 2007)

— un discours à visée pédagogique, qui explique les raisons du nécessaire engagement dans l’action pour améliorer la situation européenne (pour avoir un impact plus grand que par le passé, pour avoir plus de chance de relever la tête rapidement…)

  • On peut noter, par exemple, l’ouverture récente à Lille d’Euratechnologies, qui doit servir au développement économique sur la région de Tournai. Nous avons aussi des expériences en matière de textiles innovants dans le courtraisis. Là aussi ça doit servir à Lille Métropole Communauté Urbaine pour développer l’emploi dans ces domaines. (Entretien avec le Vice-président de l’Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai, 18 avril 2009)

— un discours exemplaire, où alternent des ébauches de récits codifiés (cérémonies, rencontres entre spécialistes), des références (notamment artistiques et intellectuelles) et des événements (spectacles, fêtes et folklore) susceptibles de servir de modèles.

 

La communication eurorégionale, à travers l’installation d’un discours en ligne de plus en plus présent en différentes langues européennes, correspond à une tentative de légitimer le « grand chantier » des eurorégions, volet opérationnel d’une « vision stratégique » européenne. À titre d’hypothèse, l’on peut distinguer à grands traits, en fonction des sous-corpus émetteurs :

–          un discours paternaliste envers les eurorégions, émis par les instances européennes

–          un discours de conformité à la programmation des instances européennes, émis par les institutions eurorégionales elles-mêmes

–          un discours de lobbying, tenu par les représentants politiques des eurorégions à Bruxelles, par les acteurs économiques implantés en zones transfrontalières et par les institutions académiques soucieuses d’exploiter leur bassin géographique

–          un discours tantôt promotionnel et tantôt sceptique des médias, mais dont la tendance qui semble se dégager est plutôt en faveur de la configuration eurorégionale

Enfin, la difficulté de repérer les traces du citoyen et de contre-discours en ligne laisse penser qu’elles sont quantitativement moins significatives et ne font pas obstacle à l’installation d’un discours eurorégional sur le web et à la professionnalisation croissante d’une communication transfrontalière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *