Archives mensuelles : novembre 2014

Thèse en cours : « La construction identitaire des eurorégions : un discours hybride? »

Marie-Hélène Hermand, doctorante à l’Université libre de Bruxelles (Centre de recherche en information et communication), poursuit actuellement une thèse provisoirement intitulée « La construction identitaire des eurorégions : un discours hybride ? Analyse contrastive de discours de communication multilingue en ligne« . Notons qu’un article de Marie-Hélène Hermand paraîtra prochainement dans Mots. Les Langages du politique (« Le discours eurorégional. Indices convergents de légitimation d’un espace institutionnel », n°106). Elle nous propose ici un résumé de son travail de doctorat. Pour contacter l’auteur : marie-helene.hermand@ulb.ac.be

Thèse sous la direction de Laura Calabrese, Centre de recherche en information et communication à l’Université libre de Bruxelles. Comité d’accompagnement : Laurence Rosier, Corinne Gobin, Irène di Jorio.

Cette thèse a pour but d’éclairer le phénomène, toujours plus visible et formalisé, de la communication en ligne des zones transfrontalières en Europe. Depuis la création de la première Euregio Meuse-Rhin née à la frontière germano-néerlandaise en 1958 et institutionnalisée en 1976, le rapprochement transfrontalier retient progressivement l’attention des géographes, des historiens et des politologues, des juristes et des linguistes européens, à travers notamment des questions d’aménagement du territoire, de géopolitique des frontières, de droit du travail et de sociolinguistique.

Définies comme des « organisations de coopération transfrontalière formées le long des frontières européennes[1]», les eurorégions font aujourd’hui l’objet d’attentions particulières des institutions européennes, notamment grâce à l’instauration en 2006 du statut juridique de Groupement européen de coopération territoriale (GECT)[2]. Elles s’inscrivent en outre dans les logiques observées de régionalisation en Europe de l’Ouest (Cole et Palmer, 2009) et de l’Est (Wassenberg, 2010).

Souligné dès 1993 dans la Déclaration de Vienne, le rôle des eurorégions pour la stabilité démocratique de l’espace européen est affirmé et défendu par la Commission européenne qui encourage, avec la mise en œuvre du programme Interreg, le financement de projets transfrontaliers. Les années 1990 marquent donc à la fois une étape d’encouragement explicite de la politique de coopération transfrontalière et la multiplication des eurorégions. Elles sont aussi le point de départ d’une visibilité accrue des eurorégions sur le web.

Bien que la coopération transfrontalière ait une histoire plutôt discrète, les eurorégions évoquent une réalité territoriale qui concerne aujourd’hui environ le quart de la population européenne. Pour cette raison, nous pensons que la reconstitution des dires qui élaborent l’ethos discursif eurorégional, au sens large de l’image construite en discours (Amossy, 1999), fournit l’occasion de découvrir ce moment particulier où la communication transfrontalière, exprimée depuis des positions discursives variées en Europe, passe d’un stade empirique et informel à un stade professionnel.

Inscrite dans le sillage des travaux d’analyse française du discours, notre approche exploite un corpus multilingue (français, italien, espagnol, allemand, anglais, néerlandais) et multigenre, qui prend en considération des discours émis par et sur les eurorégions. L’importante diversité qui compose cet objet construit, que nous appelons « discours eurorégional », nous permet de voyager à travers l’espace européen et de considérer 42 des 90 eurorégions identifiées par le Conseil de l’Europe[3]. Figurent ainsi dans notre sélection des discours venus d’Europe du Nord-Ouest, de la zone Alpes-Danube, d’Europe du Sud-Ouest, d’Europe centrale et orientale et d’Europe du Nord.

Les constituants du corpus se répartissent par sous-corpus émetteurs et présentent :

des discours émis par les institutions eurorégionales elles-mêmes, mais aussi par les institutions européennes (Parlement européen, Commission européenne) et les institutions académiques (principalement les universités)

des discours émis par la sphère économique : clusters industriels transfrontaliers, organisations professionnelles, sociétés d’audits

des discours émis par les médias : régionaux, nationaux et européens

À l’intérieur de chacun de ces sous-corpus, l’identification des genres discursifs observables aboutit à un inventaire de dispositifs de communication qui met en scène un ensemble assez large pour remonter le fil du discours eurorégional et accéder à ses fonctionnements (Moirand, 2004).

La définition préalable des besoins pour l’analyse nous porte à envisager dans un premier temps l’articulation des principaux observables linguistiques à leur portée pragmatique : ainsi l’analyse de la productivité lexicologique, la recherche des univers sémantiques, le fonctionnement du système énonciatif et l’usage de formules doivent-ils permettre de caractériser peu à peu la culture discursive eurorégionale et de l’inscrire dans une filiation discursive. Dans une visée communicative, il s’agit ensuite de caractériser le dispositif de communication eurorégionale mis en place sur la toile, à travers la prise en compte du caractère plurisémiotique du corpus, des principaux arguments avancés par les parties prenantes et des références historiques ou culturelles mobilisées.

La méthodologie privilégie une approche qualitative d’analyse sémantique du corpus (Rastier, 2011) et souhaite enrichir la démarche d’une vision contrastive des discours (Claudel et al., 2013) (von Münchow et Rakotonoelina, 2006). Numérique et d’ampleur trop vaste pour un traitement manuel (500 000 mots), le corpus nécessite un outillage informatique pour le traitement. L’élaboration d’une plate-forme d’analyse permet dès lors d’optimiser les requêtes multilingues et l’exportation automatique des résultats, deux obstacles techniques majeurs au traitement du corpus qui ont nécessité une réflexion spécifique. Pour répondre à ces contraintes, la combinaison d’un logiciel éprouvé de textométrie et d’un modèle informatique progressivement développé sur mesure – que nous qualifions d’ « agile », en écho aux méthodologies qui ont cours aujourd’hui en informatique – fournit des résultats qui nous servent de guides ou d’étapes vers l’analyse qualitative.

Notre hypothèse principale consiste à penser que le discours eurorégional, en expansion sur le web, présente des régularités indépendantes du lieu (pays) d’émission et de la langue d’expression. Parmi ces invariants, il s’agit d’abord de mettre au jour les indices qui forgent, derrière une tentative de séduction du citoyen, l’expression d’un discours institutionnel conforme à la programmation politique des instances européennes. Dans cette optique, le leitmotiv observé de la suppression des frontières nationales sert un argumentaire qui présente, de manière souvent consensuelle, la configuration eurorégionale comme un aboutissement naturel de la configuration européenne actuelle.

L’observation du corpus invite ensuite à considérer le discours eurorégional comme l’expression d’un club de moteurs innovants pour l’Europe, où l’enthousiasme de solidarités internationales et l’imaginaire de territoires-modèles idéalisés dominent. Mais dans un contexte de conjoncture menaçante (crise économique et politique ancrée), l’identité eurorégionale en construction se voit souvent réduite à un potentiel managérial et technique, marqué par des objectifs de notoriété et de performance relayés par les acteurs économiques et académiques des territoires transfrontaliers.

Enfin le volet médiatique du corpus constitue un poste d’observation idéal pour envisager la diversité des facettes identitaires des eurorégions. Carrefour d’offres de services et de formations, scène de confrontation artistique, planche de salut ou pari plus ou moins risqué sur l’avenir européen, l’eurorégion y apparaît comme un grand chantier qui bouleverse les habitudes, mais qui s’appuie aussi sur une longue tradition d’échanges. En ordre dispersé et selon des points de vue obéissant à des logiques différentes (locales, nationales ou européennes), le discours médiatique semble relayer plus facilement l’actualité et les bénéfices attendus de la configuration eurorégionale que l’analyse systématique de ses forces et faiblesses, de ses opportunités et menaces.

Cette multiplication de points de vue énonciatifs dans la communication eurorégionale nous invite à penser que l’émergence de questionnements ne s’en trouve pas pour autant favorisée : en raison d’un déficit de capacité de décentrement du discours eurorégional, la mise en débat paraît en effet difficile et morcelée. La discrétion sur le web du discours citoyen et de contre-discours relatifs à la construction eurorégionale en est une manifestation.

Ce travail, qui présente la particularité de s’intéresser à un discours disséminé en plusieurs langues, souhaite estimer la consistance de la communication eurorégionale et voir dans quelle mesure elle s’immisce dans une place laissée vacante par une communication européenne par ailleurs jugée défaillante.

Marie-Hélène Hermand


[1] Lexique de l’aménagement du territoire européen (Université de Paris VII-DATAR-CNRS) : http://www.ums-riate.fr/lexique/modeleterme.php?id=21 (consulté le 5 avril 2014)

[2] Ce statut, instauré par le Parlement européen et le Conseil, connaît un succès croissant : 46 GECT sont dénombrés en février 2014 dans le registre disponible sur le site du Comité des régions (http://cor.europa.eu), dont 6 ont été créés en 2012 et 11 en 2013 ; 19 demandes d’enregistrement sont en cours.

[3] Sur 163 régions frontalières dénombrées dans l’Union européenne (source consultée le 5 avril 2014 : http://www.aebr.eu/fr/membres/repartition_regionale.php), le Conseil de l’Europe recense environ 90 eurorégions (Alliès, 2011).

Carte_Euroregion_2012

Appel à communication: « Les récits de la crise économique »

Ci-dessous l’appel à communication pour le colloque international

Les récits de la crise économique : mythes et réalités de la société contemporaine

Colloque International, Thessalonique, 24-26 juin 2015

 

Le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; il est présent dans le mythe, la légende, la fable, le conte, la nouvelle, la rumeur, l’épopée, l’histoire, la tragédie, le drame, la comédie, le cinéma, le fait politique, le fait-divers, la conversation ; les histoires ont le pouvoir de constituer la réalité ; d’habitude la “narration” coïncide avec le système des représentations sociales de l’audience ; raconter la réalité sous forme d’histoire, selon un schéma narratif préétabli, fait d’intentions, de causes et d’effets, permet d’extraire un sens d’un monde extérieur toujours complexe.

L’analyse des “récits” devient de plus en plus intéressante en sociologie : on a parlé de “tournant narratif” des sciences sociales, où le mythique et le réel serait difficilement discernables dans les divers discours ; on ne peut que constater la grande part de fiction dans la “reproduction” (la narration) de la réalité contemporaine. Il ne suffit pas de reconnaître l’importance des récits (ce qui est presque un axiome) mais il faut les repérer et les analyser par rapport à la réalité qu’ils s’apprêtent à exprimer.

Dans ce sens il s’avère très important de repérer et d’analyser les “récits” qui racontent la crise qui traverse les sociétés occidentales (et tout spécialement la crise économique de l’Europe et particulièrement en Grèce) : comment les divers discours (sociaux, politiques et économiques) ainsi que les médias (en tant que vecteurs principaux des “mythologies contemporaines”) ont représenté (et éventuellement “fabriqué”) la “crise européenne”? La question est centrale pour l’analyse de la société contemporaine de ses mythes et de sa réalité.

Pour ce faire, l’AISLF (Association Internationale des Sociologues de Langue Française- www.aislf.org), l’AIS, l’Université d’Aristote de Thessalonique, l’Université de Macédoine, l’Académie Orthodoxe de Thessalonique, en collaboration avec l’Institut Français de Thessalonique, l’Université Ionienne et l’Institut de Réhabilitation Sociale, proposent d’organiser du 24 au 26 juin 2015 un colloque international pour approfondir la question par des approches des sciences politiques, économiques et sociales.

Les personnes intéressées à y participer, sont priées d’envoyer leur résumé de proposition de communication, jusqu’au 15 janvier 2015, à l’adresse suivante : narrativesofcrisis@gmail.com

euro-373007_640Image Pixabay (libre de droit)

Analyse : « Europe de Bruxelles » : du toponyme à la désignation péjorante

Par J. Auboussier (ADCoST-ELLIADD, Université de Franche-Comté)

Europe sociale, Europe politique, Europe fédérale, Europe (néo-)libérale, Europe des citoyens, Europe des bureaucrates, etc. En ajoutant un adjectif ou un complément du nom, on politise l’espace et la géographie. L’adjectif ou le complément du nom propre « Europe » est souvent sémantiquement vague. Et si, à première vue, il apparaît comme « objectif » (sociale, politique,…), force est de constater qu’il s’impose en discours comme « évaluatifs axiologiques » (Kerbrat-Orecchioni 1980). L’accompagnement adjectival contribue à une remotivation du nom « Europe » et à un abandon partiel de sa fonction de localisation. Avec ces diverses expansions nominales, la référence ne se réalise pas directement au référent initial mais à une « image du référent » (Gary-Prieur 1991).

Dans cette perspective, nous nous intéressons ici à un syntagme nominal -« Europe de Bruxelles »- à partir d’un corpus constitué des articles publiés dans Le Monde –LM- (1945-2014) et Le Figaro –LF- (1996-2014) rassemblé grâce à la base Europresse.

Avant de commencer, relevons que, isolé, « Bruxelles » peut désigner par métonymie l’Union européenne, les institutions européennes ou encore la seule Commission européenne. Ces désignations et dénominations peuvent, en usage, intégrer un même paradigme désignationnel. Autrement dit, l’usage métonymique de « Bruxelles » relève de la routine journalistique et ne génère pas d’effets rhétoriques importants. Au contraire de la désignation  « Europe de Bruxelles », il ne s’inscrit pas forcément dans une visée persuasive.

Fréquence du syntagme « Europe de Bruxelles »

Capture

Synthèse

1944-1963 : aucune occurrence (Le Monde)

1964-1988 : rares occurrences (Le Monde)

1989-1997 : hausse de la fréquence initiée par un pic en 1989 (Le Monde, Le Figaro)

1998-2005 : successions de pics de fréquence (Le Monde, Le Figaro) ; fréquence la plus haute en 2003 pour Le Monde, en 2004 pour Le Figaro

La désignation en discours

Le syntagme ici étudié constitue en quelque sorte un double toponyme puisque le nom propre « Europe » est complété par la référence à Bruxelles. Soit l’adjectif ou le complément du nom à valeur adjectivale indique une propreté objective, unanimement reconnue sur la base de laquelle il est possible d’établir des catégories ; soit il caractérise de manière subjective et illustre la position de l’énonciateur (affectivité ou jugement de valeur). Nous allons voir que, à partir du début des années 1990, suite à la promotion politique et médiatique dont il va être l’objet, le complément du nom « de Bruxelles » va finir par s’imposer en discours comme évaluatifs axiologiques. Cette promotion de la désignation péjorante « Europe de Bruxelles » est très clairement à mettre à l’actif de l’extrême droite institutionnelle (FN, MNR, MPF). Elle contribue à la disparition de la valeur de localisation du double toponyme.

1965 : Premier usage

Le premier usage est attesté dans les archives du Monde en1965 :

« Autre surprise, l’intérêt suscité en France par l’idée européenne. Jusqu’à présent les milieux de Bruxelles faisaient un complexe de frustration, ils se sentaient incompris, étrangers. Ils avaient l’impression sue l’idée d’Europe n’intéressait que quelques dirigeants politiques et économiques, qu’elle était trop abstraite pour les foules.  Depuis la défaire relative du général, l’Europe de Bruxelles a l’impression d’être passée du rêve à la réalité. » [7- 12- 65, LM]

Le complément « de Bruxelles » a une valeur descriptive. Il s’agit, par le complément de localisation, d’indiquer que l’on parle de cette nouvelle Europe institutionnelle dont le siège est à Bruxelles.

1989-2000 : le syntagme s’impose comme désignation péjorante

C’est au début de l’été 1989 que la désignation « Europe de Bruxelles » commence à être mobilisé à l’extrême droite et, de ce fait, qu’elle voit sa fréquence d’emploi augmentée. Le même jour, le 20 juin 1989, le syntagme apparaît à deux reprises dans Le Monde. Les deux occurrences s’inscrivent dans un seul et même contexte : la reprise des dires de Jean-Marie Le Pen relatif aux résultats des élections de juin 1989. Ces élections constituent la première opportunité événementielle pour la promotion de la formule :

« Il y a eu moins d’un électeur sur deux qui s’est déplacé. C’est donc un échec cuisant en toute hypothèse pour l’Europe « européiste », l’Europe de Bruxelles, et si l’on considère qu’il est de même dans l’ensemble de l’Europe, on peut dire que l’européisme strasbourgeois et bruxellois est en grande partie un phénomène artificiel crée par les mondialistes, pour des raisons qu’il restera à rechercher et à décrire devant l’opinion publique. » [20-7-89, LM]

« En tout état de cause, Jean-Marie Le Pen l’affirme, le FN a fait « un réel progrès » par rapport à son score de 1984 alors que « l’Europe européiste, l’Europe de Bruxelles » enregistre un « échec cuisant », [20-7-89, LM]

Deux remarques. Premièrement, notons que « Europe de Bruxelles » s’inscrit dans le même paradigme désignationnel que « Europe européiste ». L’adjectif « européiste » étant clairement péjorant dans la bouche de Jean-Marie Le Pen, l’apposition des deux désignations contribue à la contagion axiologique du premier au second. C’est pour nous la première occurrence du syntagme dans sa version péjorante. Deuxièmement, si le premier extrait relève de la réaction politique sous forme d’une longue citation (discours rapporté direct), le second illustre déjà la séduction exercée sur l’instance journalistique par la désignation « Europe de Bruxelles » qui, dans le second extrait, prend la forme d’un ilot textuel. Autrement dit, la formule fonctionne puisqu’elle est retenue et « détachée », au sens de Maingueneau, par le journaliste.

Au cours des années 1980, la fréquence reste relativement faible mais largement dépendante de la reprise des propos de personnalités politiques d’extrême droite et, en premier lieu, de Bruno Mégret (encore au FN avant de créer le MNR en 1998) :

« Cet accord scandaleux [accord commercial entre la CEE et les EU] qui brade les intérêts de la France démontre combien les tenants du oui à Maastricht ont trompé les français : « l’Europe de Bruxelles » ne renforce pas la France face aux USA, elle l’entraîne dans la soumission »  [24-11-92, LM]

« En effet, la ratification du traité d’Amsterdam, l’entrée en vigueur de l’Euro, et les élections européennes sont autant de leviers pour son parti devenu, affirme-t-il [B. Mégret], le seul à s’opposer véritablement à « l’Europe de Bruxelles » pourtant désavouée par « un française sur deux ». » [19-9-98, LF]

« M. Mégret a fustigé « les américains qui ont entrepris de dominer le monde«  et « l’Europe de Bruxelles, cheval de Troie des EU », ainsi que « l’immigration qui prend aujourd’hui, la forme d’une colonisation à rebours ». » [4-5-99, LM]

Les guillemets encouragent à ne plus lire dans « Europe de Bruxelles » un syntagme à valeur descriptive. Les guillemets indiquent, au contraire, que l’îlot textuel doit être interprété au regard de la situation de communication : un homme politique d’extrême droite stigmatise les institutions européennes par le recours à une désignation devenue péjorante.

2000-2014 : le syntagme comme marqueur discursif de l’extrême droite

Le figement du syntagme et sa récurrence dans les discours de l’extrême droite française sont donc identifiés par l’instance journalistique. A ce titre, cette dernière recourt à cette désignation, sous la forme de l’îlot textuel, comme à un élément définitoire et identitaire de l’extrême droite. Dans ce cadre, « Europe de Bruxelles » s’impose comme une marque, une trace, un signe en discours de l’extrême droite. C’est ce qui apparaît clairement au cours des années 2000, période où la fréquence d’usage du syntagme est la plus importante (pics en 2003-2004 élections-2005 référendum) :

« En reprenant l’antienne de la « victimisation », le FN entend se placer comme le chantre du « non à la l’Europe de Bruxelles ». « Sur ce registre, nous sommes les seuls car l’extrême gauche défend le mondialisme », affirme M. Gollnish. » [5-11-3, LM]

« Il y a eu Philippe de Villiers, le pourfendeur de « l’Europe de Bruxelles » au nom d’une  Europe des patries, puis le croisé contre l’Islam « insoluble dans la République », voici à présent le défenseur de la « France rurale » face « aux technos parisiens ». » [12-9-6, LM]

« La candidate du FN [M. Le Pen], qui veut prendre la tête de l’opposition à « l’Europe de Bruxelles« , estime que la Mécanisme européen de stabilité est la « mise en place d’un FMI européen », lequel placerait la zone Euro sous « la dictature de la finance ». » [1-3-11, LM]

 « L’union soviétique européenne », cible privilégiée de Mme Le Pen. La présidente du Front national impute une part des difficultés de la France à « l’Europe de Bruxelles« . » [26-1-12, LM]

Le recours au syntagme, en discours rapporté, pour définir un programme, un parti ou un homme politique dépasse même le cadre français :

« Elle [la formation SP –Socialistiche Partij, Pays-Bas] a basé une partie de son succès sur son opposition à « l’Europe de Bruxelles », qui incarne à ses yeux l’ultralibéralisme et une menace pour les conquêtes sociales et néerlandaises. » [2-11-6, LM]

Si le syntagme jouit d’une certaine promotion médiatique, il faut noter qu’il s’inscrit de plus en plus souvent dans une forme renouvelé du discours rapporté. Il passe de l’ici et maintenant de l’énonciation contextualisé (X a dit que) à la citation décontextualisée sous la forme de l’îlot textuel. Dans la posture de l’archi-énonciateur, le journaliste reprend la formule pour rendre compte d’un positionnement critique européen propre à l’extrême droite.

La question du sens

Sémantiquement, le syntagme étudié revêt dans le corpus plusieurs sèmes que l’on peut présenter et illustrer rapidement.

Sème 1 : fédéralisme (contre la Nation)  

« Une même opposition viscérale [chez J.-M. Le Pen et B. Mégret] à l’« Europe de Bruxelles » et à son « fédéralisme » » [8-6-00, LF]

« »Celui-ci [le Mouvement pour le référendum sur la Constitution européenne], explique dans un communiqué le président du MPF, aura pour but de « rassembler tous les français qui exigent un référendum et qui se préparent à voter « non » à cette Constitution qui va faire de la France un simple Land de l’Europe de Bruxelles« . » [?- ?-4, LF]

« Le chef de l’Etat « a osé parler d’une Europe appuyée sur les nations alors que l’Europe de Bruxelles est en train de les détruire » », a regretté M. Le Pen. » [3-1-5, LF]

« Il ne s’agit pas en effet de détruire les nations pour ériger une supernation, mais de détruire les nations pour les diluer dans un ensemble qui se diluera lui-même dans le reste du monde. L’Europe de Bruxelles est une machine à dissoudre. La construction européenne ne construit pas l’Europe », [Débat et opinions, B. Mégret] [1-4-5, LF]

Sème 2 : bureaucratie + Sème 3 : néo-libéralisme

« Promptes à dénoncer l’Etat providence, elles réclament moins d’impôts et soutiennent la petite entreprise, menacée par la finance, le grand capital et les multinationales ». Souvent antimasstrichienne, cette extrême droite fustige « l’Europe de Bruxelles et sa bureaucratie«  à laquelle elle oppose une « Europe des nations ». » [11-7-99, LM]

Sème 4 : soumission aux Etats-Unis

« Cet accord scandaleux [accord commercial entre la CEE et les EU] qui brade les intérêts de la France démontre combien les tenants du oui à Maastricht ont trompé les français : l’Europe de Bruxelles ne renforce pas la France face aux USA, elle l’entraîne dans la soumission. » [B. Megret] [24-11-92, LM]

« M. Mégret a fustigé « les américains qui ont entrepris de dominer le monde » et « l’Europe de Bruxelles, cheval de Troie des EU », ainsi que  « l’immigration qui prend aujourd’hui, la forme d’une colonisation à rebours ». » [4-5-99, LM]

Sème 5 : éloignée des citoyens français

« Autant l’Europe de Bruxelles est détestable dans son mépris des peuples et son incapacité à les défendre, autant elle est utile dans son approche, critiquée par le FN, d’une gestion raisonnable des États. »[18-4-14, LF]

Sème 6 : en échec

« Il [P. de Villiers] note aussi la disparition de ceux qui, hier, pouvaient être des concurrents, tels que P. Seguin ou J.-P. Chevènement, au moment où explique-t-il, « le souverainisme détient une valeur positive et les exemples d’échec de l’Europe de Bruxelles abondent ». » [22-11-3, LM]

« Les souverainistes ne s’arrêtent pas à un tel argument : pour eux, Airbus est le fruit de « l’Europe qui marche », qui n’est pas « l’Europe de Bruxelles » », [3-6-5, LM]

« L’Europe de Bruxelles » apparaît finalement, par un jeu de miroir inversée, comme l’exact contraire de l’idéal politique de l’extrême droite. Cette dernière y projette ce qui fonde sa revendication identitaire : Nation, indépendance et proximité avec le peuple.

« Europe de Bruxelles » et biais d’attribution

Sans doute, faudrait-il approfondir l’étude des « biais d’attribution » (au sens offert à cette notion par la science politique) relatifs à l’Europe. « L’Europe de Bruxelles » constitue, dans le discours d’extrême droite repris dans Le Monde et Le Figaro, la source des maux dont souffre la France. Les exemples sont nombreux :

« L’union soviétique européenne », cible privilégiée de Mme Le Pen. La présidente du Front national impute une part des difficultés de la France à « l’Europe de Bruxelles« . » [26-1-12, LM]

« Le président du FN a décrit l’Europe comme « une grosse méduse, molle et sans forces, incapable de se défendre elle-même et contrainte de n’être qu’un protectorat ». Selon M. Le Pen, « la France est au bord de la faillite économique, sociale, politique et morale » et la faute en revient à l’ »Europe de Bruxelles ». » [3-5-5, LM]

« « Je suis allé à la rencontre de nos compatriotes qui souffrent, des laissés-pour-compte des dépôts de bilan », a-t-il (J.-M. Le Pen) dit, dénonçant la « décomposition du secteur productif » de la France, dont la responsabilité revient à « l’Europe de Bruxelles ». » [18-4-7, LF]

«  Les frontistes sont persuadés que les événements vont finir de convaincre les Français que l’Union européenne est l’ennemi à abattre. Marine Le Pen ne se prive jamais de l’accabler de tous les maux et de rendre « l’Europe de Bruxelles » responsables de tous les problèmes de la France. » [30-4-13, LM]

Conclusion

Ainsi, si « Bruxelles » comme métonymie de l’Europe peut échapper à l’emblématisation péjorante (Boyer 2008) pour désigner l’Union européenne, le dénomination « Europe de Bruxelles » s’inscrit dans la majorité des cas dans une perspective critique.

Relevons pour finir que le processus de figement s’explique par la rencontre des stratégies de communication politique et des attentes médiatiques en termes de formes discursives (notamment en termes de format : les fameuses « petites phrases » par exemple). A ce titre, Krieg-Planque proposait d’appréhender la communication politique « comme un ensemble de savoir-faire relatifs à l’anticipation des pratiques de reprise, de transformation et de reformulation des énoncés et de leurs contenus » (Krieg-Planque, 2009, « Pour une analyse discursive de la communication », Actes du colloque « Le français parlé dans les médias : les médias et le politique »). Une telle définition a le mérite de prendre en compte à la fois la dimension discursive (modalités de détachabilité des énoncés notamment) et la dimension sociologiques des pratiques journalistiques (routines). Autrement dit, la promotion médiatique du syntagme, sa mise en circulation dans l’espace public s’explique autant par les stratégiques rhétoriques et discursives de l’extrême droite que par leur objectivation dans le discours médiatique par l’instance journalistique.

lumps-et-leurope-de-bruxelles-le-jeu-des-7-erreurs-louis-aliot-candidat-fn-rbm-liste-bleu-marine-du-sud-ouest-europeennes-2014-page-1

Visuel de la campagne 2014  proposée par la « Liste Bleu Marine » [http://louisaliot2014.com]

Cliquer sur l’image pour la grossir