Archives mensuelles : avril 2014

Analyse: « Les appels au boycott des élections européennes »

L’espace ouvert par le présent blog constitue un carnet de recherche. Pour initier ce nouveau dispositif, nous n’hésitons donc pas à proposer ici un texte qui n’est qu’une première version -courte, incomplète et maladroite- d’une contribution en cours de rédaction. Les  remarques et les critiques sont donc les bienvenues.

Les appels au boycott des élections européennes

 ou comment justifier le boycott au nom de la démocratie

Par Julien Auboussier (Université de Franche-Comté, ELLIADD-ADCoST)

Un appel au boycott des élections européennes de 2014 est lancé par le Mouvement politique d’émancipation populaire dès le 3 juin 2013. Sur son site, le M’PEP se présente ainsi : « Le M’PEP a tenu son congrès fondateur le 24 mai 2008 en Seine-Saint-Denis. Au moment de sa création, le M’PEP était composé de militants ou d’anciens militants de partis de gauche, d’associations, de mouvements altermondialistes ou de syndicats, ayant mené la bataille victorieuse du référendum sur le traité constitutionnel européen en 2005 et qui veulent donner un débouché politique à leur engagement »[i]. L’opposition à l’Union européenne est donc au fondement de l’organisation : le M’PEP condamne le néo-libéralisme européen (nommé « eurolibéralisme ») et revendique une « Europe des peuples »[ii]. Nous verrons que l’ambiguïté de ces appels au boycott est de faire appel aux valeurs de citoyenneté et de démocratie pour motiver le refus de l’acte citoyen par excellence de la démocratie représentative : le vote. Comment les auteurs des différents appels au boycott dépassent-ils cette ambiguïté ? C’est à cette question que nous apportons ici quelques éléments de réponses.

1. Corpus

Les cinq textes qui composent notre corpus ont tous été publiés sur le site du M’PEP et diffusés sur la liste M’PEP. Pour autant, tous ne sont pas signés par le M’PEP.

Le premier texte relatif au boycott des élections de 2014, daté du 3 juin 2013, est intitulé « Le M’PEP appelle à boycotter les élections européennes de 2014 » et prend la forme d’une « résolution du Conseil national du M’PEP ».

Le second texte, diffusé le 5 novembre 2013, est intitulé  « Ensemble, boycottons les élections européennes ! L’UE supranationale et néolibérale est illégitime ». Contrairement au premier texte, celui-ci est commun au M’PEP, au Pôle de renaissance communiste en France (PRCF) et aux Clubs « Penser la France ».

Nous intégrons aussi au corpus le texte du 8 décembre 2013 intitulé « Boycott des élections européenne : réponse aux objections ». Constatant la diversité des réactions de ses propres adhérents –certains très critiques à l’égard de l’idée du boycott-, l’organisation propose de revenir sur neuf objections exprimées.

Un quatrième appel est diffusé le 7 janvier 2014 sur le site du M’PEP sans que celui-ci soit signé par l’organisation. Le texte, signé par Denis Collin, est originellement publié dans La Sociale. Intitulé « Pourquoi il faut boycotter les élections européennes de mai 2014 », il est relayé par le M’PEP à la fois sur son site et sur la liste de diffusion.

Un dernier texte, daté du 20 février 2014, est intitulé « Appel national pour le boycott de l’élection européenne 2014 ». Cet appel marque la naissance du Comité de résistance républicaine à l’Union européenne (CNR-RUE): émanation du M’PEP, il est l’instance en charge de la campagne du boycott.

2. L’appel au boycott comme pratique politique discursive

L’appel au boycott d’une élection relève d’une pratique discursive politique au même titre que le manifeste (Burger 2002), le pamphlet (Angenot 1978) ou encore la pétition. Tous sont des textes de dénonciation, de réaction à une situation jugée insatisfaisante, à un monde perçu en crise. Ces différentes pratiques partagent également un « enjeu de persuasion » (Charaudeau 2005). Enfin, pamphlet, manifeste et pétition partagent parfois une esthétique proche qui peut se caractériser par le recours à la formule bien sentie, à l’hyperbole, éventuellement à l’emphase et au pathos. Ces pratiques possèdent néanmoins d’importantes caractéristiques discursives. Le pamphlet se limite à la dénonciation, le manifeste revêt une dimension programmatique, l’appel au boycott, lui, relève principalement de l’acte de langage directif (Searle 1972). En effet, le discours et, notamment, les valeurs mobilisées doivent inciter à l’action. Autrement dit, l’appel au boycott relève d’une intervention dans l’espace public ; cet acte de langage est à la fois un événement social (rupture dans l’ordre des choses) et un événement discursif (ce qui advient est, avant tout, de nature langagière).

Une argumentation part classiquement de ce qui est connu et accepté (prémisse) pour persuader de ce qui ne l’est pas encore. Dans le cadre de cet appel, il faut relever le large consensus idéologique qui unit l’énonciateur et le lecteur à convaincre. L’argumentation s’appuie sur un socle de valeurs pensé comme partagé par les lecteurs. Pour autant, l’appel au boycott constitue ici un risque pour l’organisation au sens où le relatif consensus sur les idées ne conduit pas forcément à un consensus sur l’action à envisager (voter, voter blanc, s’abstenir ou boycotter). Dans ces textes, l’énonciateur s’attache donc « à faire partager à l’autre son univers de discours » (Charaudeau 2007 : 14) pour convaincre le lecteur que le boycott lui est profitable comme être singulier –le citoyen- et comme collectif –le peuple souverain.

Si la Commission européenne et ses commissaires (« l’Europe de Bruxelles »[iii]) cristallisent souvent les critiques, c’est naturellement le Parlement européen -émanation du peuple- qui est au centre des débats dans le cadre de cette huitième élection européenne au suffrage universel direct. Nous nous nous intéresserons ici à la construction en discours d’une figure repoussante du Parlement européen, et ce en nous attachant au « paradigme désignationnel » (Mortureux 1993) relatif à l’institution parlementaire. Désigner est un processus dynamique qui se joue à l’articulation du référent, de la langue et du discours. Désigner de telle ou telle manière le Parlement européen contribue à la construction de représentations qui s’articulent avec la perception et l’expérience politique de l’Europe de l’énonciateur et de ses lecteurs.

Dans une perspective sociologique, l’identification et disqualification de l’adversaire sont au fondement des mobilisations collectives (« principe d’opposition », Touraine 1973); dans une perspective discursive, elles sont au fondement du discours polémique (Amossy 2014, 61)[iv]. « Le discours polémique est un discours disqualifiant, c’est-à-dire qu’il attaque une cible […] et qu’il met au service de cette visée pragmatique dominante –discréditer l’adversaire, et le discours qu’il est censé tenir – tout l’arsenal de ses procédés rhétoriques et argumentatifs » indique ainsi Catherine Kerbrat-Orecchioni (1980 : 12). Ce parallèle rappelle la pertinence des travaux récents et à venir qui proposent de croiser la sociologie des mobilisations et l’analyse de discours (Micheli 2011 ; Orkibi 2015).

2. De la dénomination aux désignations

Les dénominations des institutions politiques (Parlement européen, Commission européenne, Banque centrale européenne, etc.) s’inscrivent sous le régime du nom propre. Le nom propre ne peut s’appliquer qu’à un seul être ou objet ou à une catégorie d’êtres ou d’objets pris en particulier et, ce faisant, il individualise ce qu’il désigne (Wilmet 1995). Sa caractéristique la plus manifeste est sa majuscule initiale. C’est aussi son figement discursif : « pensons ici aux noms propres formés d’unités polylexématiques (noms d’institutions, de partis politiques, de mouvements), qui relèvent souvent d’une stratégie motivée de dénomination […] et possèdent tout à la fois compositionnalité syntagmatique des éléments et motivation –ce pour quoi le nom propre est choisi-, mais qui, en usage référentiel, fonctionnent en bloc, à l’instar des noms composés » (Lecolle 2006 : 38).

Les travaux en onomastique politique de Paul Bacot compensent le peu d’intérêt porté au nom des institutions par la lexicologie. Celui-ci propose d’appeler « agoronymes » les noms des assemblées parlementaires (Bacot 2011 : 147). Il en relève la dimension stratégique et légitimante. L’agoronyme serait, en soi, un discours argumentatif au sens où l’acte de nomination est motivé et légitime l’institution : « Si le nom d’une assemblée renseigne sur l’instance dénommée, ce n’est pas sur un mode terminologique ni classificatoire […] Il nous dit comment on a voulu valoriser, légitimer l’assemblée en la baptisant –ou la délégitimer, s’il s’agit de certaines appellations non officielles » (Bacot 2011 : 148). Le nom d’une institution s’appuie donc sur un « acte de dénomination préalable », sur un « acte de baptême » (Kleiber 1984 :79). En l’occurrence, celui-ci est daté de 1979 : la première élection européenne au suffrage universel direct s’accompagne en effet d’une nouvelle dénomination et l’on passe de l’Assemblée européenne au Parlement européen. Le nom commun /parlement/ désigne, d’une part, une assemblée élue au suffrage universel direct et, d’autre  part, le fondement délibératif et discursif du pouvoir ; en ce sens, il participe en effet clairement à la légitimation de l’institution nommée. L’adjectif épithète qui le complète indique quant à lui l’échelle géographique et surtout politique de la souveraineté de l’institution.

3. De la dénomination aux désignations

Nous nous intéressons donc dorénavant aux différents actes de nomination ou de désignation, récurrents ou non, figés ou non, du Parlement européen dans les cinq textes du corpus.

Texte 1 : /Parlement européen/ (11) ; /« parlement croupion » /(2)

Texte 2 : /Parlement européen/ (0) ;  /parlement européen/ (2) ; /« parlement » européen/ (1)

Texte 3 : Parlement européen/ (0) ; /parlement/ (7) ; /parlement européen/ (14) ;/ce parlement/ (3) ; /vrai-faux parlement/ (2) ; /ce parlement d’opérette/ (2) ; /« parlement » européen/ (1) ; /parlement de l’Union européenne/ (1) ; /le dit « parlement européen »/ (1) ; /pseudo parlement/ (1) ; /faux parlement/ (1) ; /vrai parlement/ (1) ; /anti-parlement / (1)

Texte 4 : /Parlement européen/ (3) ; /parlement européen/ (8) ; /« parlement »/ (1) ; /pseudo-parlement européen/ (1) ; /prétendu parlement/ (1) ; /Parlement/ (1)

Texte 5 : /Parlement européen/ (0) ; /parlement européen/ (8) ; /parlement d’opérette/ (1)

Le statut de nom propre du syntagme nominatif /Parlement européen/ impose, rappelons-le, la majuscule initiale. Cette dernière, en quelque sorte, assure le caractère figé du syntagme, elle le préserve du défigement. Cette dénomination est très largement privilégiée dans le premier texte diffusé (11 occurrences sur 13 dénominations/désignations). Elle est ensuite radicalement abandonnée dans l’ensemble des quatre autres textes. Dans le reste du corpus, nous retrouvons ainsi la dénomination « officielle » qu’à trois reprises (texte 4).

Pour autant, dans les quatre autres textes, une dénomination a priori très proche est récurrente : /parlement européen/ (absente dans le premier texte). A priori seulement car la perte de la majuscule n’est pas anodine ; et nous proposons de l’aborder comme un premier degré de défigement. En fait, la perte de la majuscule (re) transforme le nom propre en nom commun. Il dénaturalise le nom propre et remotive le nom commun et son épithète. La force du nom propre qui individualise se dilue dans une dénomination à valeur descriptive, autrement dit, dans une désignation. L’association référentielle entre la dénomination et l’assemblée parlementaire est rompue.

La forme /nom commun + adjectif/ amputée de la majuscule se retrouve dans autre forme, proche de la précédente : /« parlement » européen/. Les guillemets ne s’appliquent pas à la totalité du syntagme mais uniquement au nom commun /parlement/. Les guillemets indiquent « une sorte de manque, de creux à combler interprétativement » (Authier-Revuz 1995 : 136). Ici, leur usage indique clairement la non-coïncidence du mot et de la chose : l’énonciateur attire l’attention de son lecteur sur le fait que le nom commun est mal adapté à la réalité qu’il désigne. Autrement dit, l’institution nommée ne répondrait pas à la définition de ce qu’un parlement doit être. Dès lors, le régime du nom propre est parfaitement délaissé : c’est la description de l’institution, soutenue et naturalisée par la dénomination officielle, que l’énonciateur conteste.

C’est cette même inadéquation du mot et de la chose que cinq désignations modalisées par l’adjectif indiquent : /pseudo parlement/; /prétendu parlement/ ; /pseudo-parlement européen/ ; /le dit « parlement européen »/ ; /son institution soi-disant parlementaire/. Les adjectifs /pseudo/, /prétendu/, /le dit/, /soi-disant/ sont autant de manières de mettre à distance la dénomination contestée en l’inscrivant dans une énonciation qui n’est pas la sienne. Ici, ils expriment l’appréciation de l’énonciateur sur la valeur de vérité de l’énoncé et relèvent donc de la modalisation évaluative ; ils expriment aussi l’attitude de l’énonciateur vis-à-vis de l’énoncé.

L’identification de l’inadéquation du mot et de la chose trouve enfin son accomplissement dans les formes /vrai-faux parlement/, /faux parlement/ et /anti-parlement/. Les rares articles de linguistique qui portent sur la préfixation en /anti/ en proposent deux interprétations sémantiques (Rey 1968, Fradin 1997). Le préfixe /anti/ peut prendre  une valeur adversative  et se traduire alors par « qui est contre la notion désignée » (antirides ou anti-expulsion, par exemple). Le préfixe /anti/ peut aussi prendre une valeur antonymique et se traduire par la paraphrase « qui est le contraire de » (antihéros, par exemple). C’est de cette seconde valeur –antonymique- que rend compte le préfixe /anti/ quand il vient modéliser le radical /parlement/ : puisque le parlement ne représente pas les citoyens, il est le contraire d’un parlement. L’évaluation porte autant sur le choix contestée de la dénomination (dimension méta-discursive) que sur la nature du Parlement européen.

La rupture de la relation référentielle se concrétise à deux reprises dans une rapide glose métadiscursive qui revient sur l’acte de baptême :

(1) C’est un pur fantoche, baptisé « parlement » précisément pour faire croire que l’UE est démocratique et que les peuples peuvent mettre leur grain de sel dans la politique européenne.

(2) Il n’est rien d’autre qu’une vitrine dérisoire et scandaleuse tentant de mimer vaguement quelques apparences de ce qu’est un véritable parlement, et surtout d’organiser des élections au suffrage universel, donnant ainsi à bon compte un vernis démocratique à une entreprise radicalement antidémocratique. Il n’est pas un parlement, il n’en a que le nom

Enfin, la condamnation de l’institution parlementaire motive également des syntagmes nominatifs à visée clairement péjorante. Ainsi, la forme /parlement croupion/ (2 occurrences) peut être rapprochée des dénominations axiologique et/ou affectives présentes sur les visuels de la campagne de boycott (autocollants et affiches) : /parlement bidon/ ; /parlement félon/ et /parlement guignol/ [URL : www.m-pep.org/spop.php?article3625]. Ces quatre désignations associent au nom commun soit un adjectif, soit un nom propre à fonction d’épithète (/parlement croupion/).

Finalement, les désignations du Parlement européen se jouent, en quelque sorte, en trois temps :

1. elles défigent la dénomination « Parlement européen » par divers procédés (à commencer par la perte de la majuscule)

2. ce faisant, elles remotivent le sens du mot « parlement »

3. enfin, elles attirent l’attention sur l’inadéquation entre la dénomination et la réalité politique de l’institution parlementaire

Le défigement participe ainsi à une forme de dialogisme de la nomination (Siblot 2001). Ces désignations interrogent la dénomination de l’institution. En évitant la forme légitime de dénomination de l’institution, en mettant à distance le nom propre, l’énonciateur dénaturalise la dénomination autorisée et, ainsi, dévoile l’imposture que celle-ci contribuerait, selon lui, à dissimuler.

Si la dénomination renvoie à une association référentielle durable, les désignations entretiennent une relation momentanée, conjoncturelle et non-conventionnelle à leur référent. Dans les formes jusqu’alors évoquées, le défigement puis les éléments de réflexivité autonymique participent à démotiver les éléments du nom propre. Ils permettent de commenter, d’évaluer et de réfuter la dénomination officielle. Pour autant, ils préservent et jouent avec l’acte de dénomination préalable. En effet, la majorité des syntagmes identifiés à la fois désignent et qualifient l’institution en ajoutant à la dénomination légitime (/Parlement européen/) soit les traces de l’inadéquation du mot et de la chose, soit un adjectif axiologique péjorant.

Mais la qualification de l’institution parlementaire passe aussi par l’ensemble des attributs du sujet /Parlement européen/. Entre le sujet et l’attribut s’instaure une relation d’identité (Grevisse, Goosse 2011). Nous relevons donc les attributs du sujet /Parlement européen/ introduits par un verbe d’état. Il est :

(1) une véritable tromperie

(2) une fiction coûteuse

(3) un pur fantoche

(4) la vitrine démocratique de cette vaste entreprise de destruction de l’Etat de droit et de la démocratie

(5) une vitrine dérisoire et scandaleuse

(6) une insulte permanente à l’Etat de droit et à la démocratie

(7) une injure permanente à la démocratie

Sémantiquement, la qualification par la métaphore de la vitrine (4 et 5), comme les noms  communs /tromperie/ (1), /fiction/ (2) et /fantoche/ (3) expriment, encore une fois, le décalage perçu par l’énonciateur entre l’espace du réel et l’espace de l’apparence, dissociation sur laquelle nous devons revenir.

4.  Une dissociation : la démocratie européenne entre apparence et réalité

Nous nous sommes attachés à la dénomination puis aux désignations du Parlement européen ; et nous avons relevé l’important travail de mise à distance énonciative. Celui-ci parcourt en fait l’ensemble des textes : les cinq textes se caractérisent par l’importance prise par les marques minimums de la modalisation autonymique -guillemets- et/ou gloses métadiscursives. Un relevé exhaustif montrerait que ces procédés de mise à distance répondent à des usages divers. Pour autant, nous pouvons faire l’hypothèse qu’ils illustrent  une volonté de dénaturaliser les discours des acteurs institutionnels de l’Europe, d’en interroger l’évidence. Ils participent à « une mise à distance de l’Europe », de ses institutions, de son discours et de ses mots. Dans une perspective dialogique, les procédés de mise à distance énonciative répondent à deux objectifs. D’une part, ils participent sous la forme du discours rapporté à représenter et mettre en scène une interaction à fort degré de polémicité (discours rapporté comme marque de l’altérité et traces de l’affrontement). D’autre part, l’énonciateur mobilise les mots de l’autre –l’UE et ses acteurs- afin d’en signaler le caractère idéologique ou la « non-coïncidence du dire » (Authier-revuz, 1995). Les deux finalités sont étroitement liées. Exemples :

(1) Les services publics, la protection sociale, l’Éducation nationale, les retraites, la Sécurité sociale sont étranglés au nom de la funeste « monnaie unique » [« au nom de » + adjectif + guillemets]

(2) C’est tout le projet de « construction » européenne qui doit être aujourd’hui remis en cause pour ses résultats catastrophiques [défigement par les guillemets de l’expression quasi-lexicalisée « construction européenne »]

(3) Alors même que l’UE écrase les dépenses publiques et les salaires au nom du « sauvetage de l’euro », l’Europe supranationale est engagée par le biais de l’OTAN, dans la politique belliqueuse, ruineuse et impérialiste menée par l’Oncle Sam

(4) F. Hollande applique à marche forcée la « feuille de route » « diktée » par Bruxelles 

« L’énonciateur qui use de guillemets, consciemment ou non, doit se construire une certaine représentation de ses lecteurs pour anticiper leurs capacités de déchiffrement […] réciproquement, le lecteur doit construire une certaine représentation de l’univers idéologique de l’énonciateur pour réussir le déchiffrement » (Maingueneau 2000 : 140). C’est cette connivence et proximité idéologique qui permettra, par exemple, au lecteur d’interpréter les guillemets qui accompagnent « sauvetage de l’Euro » : ils indiquent non seulement un emprunt relevant du discours rapporté mais aussi, et surtout, une remise en cause de la nécessité de sauver l’euro. La mise à distance d’énoncés comme « sauvetage de l’euro » (3) ou « feuille de route  » (4) permet au M’PEP ou au CNR-RUE de se démarquer de cet autre à qui l’énonciateur emprunte les mots.

Raphaël Micheli rappelle les deux postulats du discours polémique : « tout discours polémique abonde en représentation d’un discours autre ; ces représentation sont marquées par des jugements de valeurs » (Micheli 2011). Les exemples précédents illustrent ces deux postulats : on mobilise les mots de l’autre (les mots de la démocratie européenne) et on les évalue par le simple fait de les accompagner de guillemets ou par l’ajout de modalisateurs associés. Le but final est de « discréditer l’adversaire et le discours qu’il est censé tenir » (Orecchioni 1980 : 11-12)

La construction d’une figure repoussante du Parlement européen s’inscrit dans une rhétorique du blâme qui se fonde sur un type de dissociation bien connu, prototypique et exemplaire : la dissociation entre apparence et réalité (Perelman, Olbrechts-Tyteca 1958), dans laquelle le second terme est perçu comme supérieur au premier. « La « réalité » est en quelque sorte le critère, la norme, qui permet de distinguer, au sein des apparences, celles qui sont trompeuses de celles qui ne le sont pas, dévalorisant les premières, validant les secondes » (Buffon 2002 : 208). La dissociation concerne des notions généralement consensuelles (Danblon, 2002) : ici, la démocratie. Or, le mot « démocratie » et dérivés grammaticaux jouissent d’une telle axiologie positive qu’il est socialement inacceptable de critiquer la démocratie. Par contre, « ce que l’on peut contester, c’est le droit de l’adversaire à l’argument, en jetant la suspicion sur le bien-fondé du caractère démocratique qu’il revendique » (Constantin de Chanay, Rémi-Giraud 2007 : 98). Dans le cadre des appels au boycott, l’apparence n’est plus la manifestation de la réalité mais l’instrument de l’illusion. La démocratie européenne ne serait qu’illusion, comme l’élection des députés européens qui ne serait que /farce électorale/, /mascarade électorale/, /simulacre électoral/, /mauvaise farce/ et /arnaque/. Cette dissociation entre apparence et réalité de la démocratie permet à l’énonciateur de parer la critique de l’antiparlementarisme et du refus de la démocratie. Elle permet de dépasser l’ambiguïté d’un appel au boycott réalisé au nom du peuple souverain et des valeurs démocratiques. C’est par cette dissociation que l’énonciateur légitime la prescription du boycott.

Cette capacité à dépasser les apparences, à dévoiler le piège et, finalement, à déjouer l’imposture fonde en grande partie l’ethos des énonciateurs des différents appels. Les procédés de mise à distance configurent l’image d’un énonciateur « à qui on ne la fait pas ». L’énonciateur se met en scène dans la posture surplombante de celui qui dévoile, révèle et démasque la nature idéologique des mots du pouvoir. C’est sa propre sagacité que l’énonciateur met en scène. Cette posture est mobilisatrice au sens où elle incite à la connivence : « nous, comme vous, ne sommes pas dupes ».

Conclusion

Dans une étude du Parlement européen, réalisée depuis les sciences politiques, Olivier Costa indique que si le nom Parlement européen « a sans doute modifié l’image que les citoyens et responsables politiques avaient de l’institution […] il ne fut toutefois pas dépourvu d’effets pervers » ; puis il rappelle que « l’empressement des députés à opérer ce changement de dénomination fut ainsi critiqué par certains partisans de l’intégration européenne qui redoutaient qu’il crée l’illusion qu’un Parlement européen souverain existait [ce qui était] selon eux de nature à exacerber l’hostilité de opposants à la construction européenne tout en décevant ses sympathisant » (Costa 2001). Ce premier regard que nous venons de porter à notre corpus semble leur donner raison.

ju1

ju2

Textes du corpus

M’PEP, « Le M’PEP appelle à boycotter les élections européennes de 2014 » [en ligne], consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3332>

M’PEP, PRCF, Penser la France, « Ensemble, boycottons les élections européennes ! L’UE supranationale et néolibérale est illégitime », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, URL : <www.m-pep.org/spop.php?article3447>

M’PEP, « Boycott des élections européenne : réponse aux objections », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3497>

Collin Denis« Pourquoi il faut boycotter les élections européennes de mai 2014 », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3509>

CNR-RUE, « Appel national pour le boycott de l’élection européenne 2014 », en ligne, page consultée le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spop.php?article3528>

Références bibliographiques

Angenot Marc, 1978, « La parole pamphlétaire », Etudes littéraires, 11/2, 255-264

Authier-Revuz Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidence du dire, Paris, Larousse

Bacot Paul (ed.), 2011, La construction verbale du politique. Etudes de politologie lexicale, Paris, L’Harmattan

Bufffon Bertrand, La parole persuasive, Paris, PUF

Burger Marcel, 2002, Les manifestes : paroles de combat. De Marx à Breton, Paris, Delachaux et Niestlé

de Constantin Chanay Hugues, Rémi-Giraud Sylvianne, 2007, « Démocratie et ses dérivés. De la dénomination à l’argument sans réplique ? », Mots. Les langages du politique, 83, 81-99

Charaudeau Patrick, 2007, « De l’argumentation entre les visées d’influence de la situation de communication », in Boix Christain, Argumentation, manipulation, persuasion, Paris, L’Harmattan, 13‑36

Charaudeau Patrick, 2005, Le discours politique. Les masques du pouvoir, Paris, Vuibert

Costa Olivier, 2001, Le Parlement européen, assemblée délibérante, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles

Danblon  Emmanuelle, 2002, Rhétorique et rationalité, Bruxelles, Presses de l’université de Bruxelles

Fradin Bernard, 1997, « Esquisse d’une sémantique de la préfixation en anti- », Recherches linguistiques de Vincennes, 26, 87-112

Grevisse Maurice, Goosse André, 2011, Le bon usage, Bruxelles, De Boeck

Kerbrat –Orecchioni Catherine, 1980,  L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Colin

Lecolle Michelle, 2006, « Changement dans le lexique- changement du lexique : lexicalisation, figement, catachèse », Cahiers de praxématique, 46, 23-42

Maingueneau Dominique, 1995, Analyser les textes de communication, Paris, Colin

Mortureux Marie-Françoise, 1993, « Paradigmes désignationnels », Semen, 8, 123-141

Micheli Raphaël, 2012, « Les visées de l’argumentation et leurs corrélats langagiers : une approche discursive », Argumentation et analyse du discours [en ligne]. Consulté le 20 décembre 2013. URL : http://aad.revues.org/1406

Micheli Raphaël (ed.), 2011, « L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales », A contrario, 16

Orkibi Eithan (ed), 2015, « Le(s) discours de l’action collective »,  Argumentation et Analyse du Discours, 14 [à paraître]

Perelman Chaïm, Olbrechts-Tyteca Lucie, 1958, Traité de l’argumentation, Bruxelles, Editions de l’université de bruxelles

Rey Alain, 1968, « Un champ préfixal : les mots français en anti- », Cahiers de lexicologie, XII-1, 37-57

Siblot Paul, 2001, « De la dénomination à la nomination. Les dynamiques de la signifiance nominale et le propre du nom », Cahiers de praxématique, 36, 189-214

Touraine Alain, 1973, La production de la société, Paris, Seuil

Wilmet Marc, 1995, « Pour en finir avec le nom propre ? », L’information grammaticale, 65, 3-11

 

[i] M’PEP, « Qui sommes-nous ? », en ligne, consulté le 20 mars 2014 <www.m-pep.org/spip.php?rubrique101>

[ii] M’PEP, « Sortir de l’eurolibéralisme », en ligne, consulté le 20 mars 2014, <www.m-pep.org/spip.php?article546> Extrait: « Le M’PEP constate que ce qui est appelé la « construction européenne » a été, en réalité, pour l’essentiel, la construction du néolibéralisme à l’européenne, c’est-à-dire l’eurolibéralisme. Les politiques menées depuis l’Acte unique en 1987, n’ont fait qu’accélérer la mise en place de politiques s’inspirant, parfois même jusqu’à la caricature, des thèses économiques néolibérales. De surcroît, l’Union européenne a marqué sa soumission totale à la diplomatie des Etats-Unis, témoignant ainsi de son absence d’indépendances. Le résultat de ces politiques est accablant. Il faut sortir de l’eurolibéralisme pour construire l’Europe des peuples. »

[iii] Nous nous intéresserons dans un autre texte à ce syntagme et à son fonctionnement en discours. Sous le double toponyme (Europe et Bruxelles) apparaît une dénomination le plus souvent péjorante. Notons, au passage, que, contrairement à « Europe de Bruxelles », le syntagme « Europe de Strasbourg » n’apparaît qu’extrêmement rarement dans les discours politiques et médiatiques.

[iv] Nous ne relèverons pas dans cette courte contribution l’ensemble des observables en discours nous permettant d’inscrire les textes du corpus dans le registre de la polémique (hétérogénéité énonciative, indices du désaccord, etc.).

Lecture: « Le passage à l’Europe, Histoire d’un commencement »

Luuk van Midelaar , 2012, Le passage à l’Europe. Histoire d’un commencement, Gallimard, Paris

par Toni Ramoneda, chercheur associé, ELLIADD-ADCoST, Université de Franche Comté

 

livre

L’Europe et l’intellectuel du XXIème siècle

« Qu’est-ce qu’un intellectuel au XXIème siècle » ? Si l’on entend l’intellectuel comme celui qui s’engage dans le débat public avec la volonté d’avoir une incidence sur la prise de décisions collectives, cette question pose à la fois le problème des humanités dans le monde contemporain et celui de l’étendue de l’espace public. Luuk van Midelaar, chercheur néerlandais et plume du Président du Conseil européen aborde de manière implicite cette double problématique dans « Le passage à l’Europe. Histoire d’un commencement » (Gallimard, Paris 2012).

Ce philosophe et historien propose dans cet ouvrage une lecture intermédiaire de l’Europe. Intermédiaire dans le sens où il y retrace la genèse et il y décrit les caractéristiques d’une institution devenue aujourd’hui centrale : le Conseil européen. Une institution qui, pour reprendre la terminologie de l’auteur, n’appartient ni à la sphère externe (l’espace des relations inter-étatiques) ni à la sphère interne (l’espace des institutions bruxelloises) de l’Europe mais à une sphère intermédiaire dont l’acte de reconnaissance formelle aurait été « le compromis de Luxembourg ». Cet accord de 1966 par lequel, après la politique de la chaise vide menée par la France, les pays membres accordèrent la prise de décisions à l’unanimité dans les cas où des intérêts « vitaux » seraient en jeu.

C’est ainsi que « le compromis de Luxembourg a ouvert une première brèche dans un univers trop replié sur lui-même en exigeant que trois concepts politiques négligés puissent exister dans l’ensemble européen : l’intérêt, le temps et l’autorité » (p. 122) , nous dit Van Midelaar.

Parce qu’avec ce compromis l’Europe se dotait, en effet, d’un mécanisme capable d’aborder les conflits d’intérêts entre les États membres sans pour autant leur ôter leur souveraineté. Elle introduisait dans son fonctionnement un rapport particulier au temps par la formule « délai raisonnable » : « les membres du Conseil s’efforceront, dans un délai raisonnable, d’arriver à des solutions qui pourront être adoptées par tous les membres du Conseil » dit le texte. Et finalement, le conseil se dotait aussi d’une autorité dont la légitimité est à la fois interétatique et institutionnelle.

C’est à cette articulation complexe que Van Midelaar attribue alors l’unité de l’Europe : « la nécessité d’obtenir un accord fonctionne donc comme veto, mais aussi comme lien : on a la volonté de s’entendre et on est tenu de s’entendre » (p. 125).

Mais cet ouvrage est également une lecture intermédiaire dans le sens où l’engagement de l’auteur avec l’Europe passe par la volonté de donner une consistance discursive au conseil européen : lui inventer son discours.

« Oui. Je l’ai inventé intellectuellement, peut-être avec d’autres, dans mon livre. Je compare cette invention à celle du purgatoire au Moyen-âge, nous explique-il. Entre le XIIème et le XIIIème siècles les théologiens (c’est-à-dire les intellectuels de l’époque) ont rendu pensable, concevable, l’existence d’un lieu dans l’au-delà entre le Bien absolu du paradis et le Mal absolu de l’enfer », insiste Van midelaar, avant de préciser que « étant donné le rôle central de l’au-delà dans la pensée du moyen âge cela a eu une incidence sur les êtres vivants et sur leur rapport au temps, à l’espace, au péché, etc. Avant de conclure que la plus belle expression de cette invention du Purgatoire (comme l’a signalé l’historien Jacques Le Goff) est, bien entendu, la Divine Comédie de Dante Alighieri au début du XIV siècle ». Ainsi, nous explique-t-il, « j’ai voulu réinventer l’espace européen en y insérant la sphère intermédiaire, en lui donnant une histoire. Quelque chose comme le théologien du XIIIème siècle qui aurait préparé le terrain pour un Dante à venir. Il s’agit de la sphère entre le Bien de l’européen pur du projet de paix universelle et le Mal des guerres entre pays souverains. C’est la sphère où l’appartenance des pays au club se fait sentir aux dirigeants mais aussi de plus en plus aux citoyens, aux peuples dans leur capacité d’être citoyens » [Entretien accordé à l’auteur et publié dans la revue La Maleta de Portbou, nº2, 102-108 (www.lamaletadeportbou.com )].

Et nous voilà ainsi insérés institutionnellement et discursivement dans un espace qui n’est ni national ni supra-national mais tout de même public, car il s’agit bien d’une sphère de prise de décisions collectives. Nous voilà également dans une activité politique, celle du philosophe et de l’historien qui se donne comme objectif l’avènement d’un discours porteur d’une réalité nouvelle, d’une forme d’européisme qui n’est ni fédéral ni souverain. Mais nous voilà également face à une réalité à la fois en deçà (parce qu’elle ne contient pas de projet politique identifiable) et au-delà (parce qu’elle se veut en construction, toujours en train de commencer) de l’engagement intellectuel. C’est cela que nous pouvons entendre comme étant « Le passage à l’Europe ». Cette construction discursive de la maturité politique que Luuk van Midelaar reconnaît dans le fonctionnement de l’Union européenne: Il n’y a pas un cadre stricte qui guiderait notre conduite. Cela créé aussi une forme d’incertitude mais il me semble que c’est un signe de maturité politique, insiste-t-il.

Et l’incertitude du XXIème siècle comme maturité politique devient ainsi, au fil des pages de cet ouvrage, un engagement de l’intellectuel avec l’Europe.

Evénement: « La communication politique des Européennes 2014 »

EuropeCFP2

Les vendredi 27 et samedi 28 juin 2014, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique dirigé par Philippe J. Maarek organise une conférence intitulée : « La communication politique des Européennes 2014 : quelle Europe pour les Européens?« . Comme en 2004 et en 2009, le Ceccopop se propose d’analyser « à chaud » la communication politique des élections au Parlement Européen lors de la Conférence Internationale de Paris qui se déroulera au Palais du Luxembourg.

Toni Ramoneda et Julien Auboussier, membres du réseau Discours d’Europe, participeront à l’événement, dont le programme est disponible ici.

Publication: « Les contre-discours suscités par l’Europe et la construction européenne »

Publication à venir

L’équipe ADCoST-ELLIADD a eu le plaisir d’accueillir les 26 et 27 septembre derniers au sein de l’Université de Franche-Comté la première réunion du réseau « Discours d’Europe ». Ce workshop a permis de penser l’Europe en discours à partir de 16 interventions de chercheurs français, belges, roumains et italiens. Il s’agissait, durant deux jours, d’étudier les mots et les discours de la contestation ; les racines, les argumentaires, les formules qui relaient les passions, les craintes, les angoisses qui naissent autour de la construction européenne.

Consulter le programme du worshop de septembre en cliquant ici

La qualité des contributions a encouragé les initiateurs du projet –Julien Auboussier, Philippe Schepens et Toni Ramoneda- à proposer la publication des travaux aux Presses universitaires de Franche-Comté. Deux axes structureront l’ouvrage collectif : le premier en termes de processus regroupera les travaux qui traitent des logiques par lesquelles les discours contribuent à la production, à la reproduction ou encore à la légitimité ou à la « mise en crise » de l’institution européenne ; le second en termes historiques réunira les travaux qui portent sur les usages et l’émergence des cadres culturels dans lesquels ces processus interviennent. Les participants peaufinent actuellement leur contribution. La publication est prévue courant 2014.

oiuy

Appel à communication: « L’espace politique ukrainien »

L’ESPACE POLITIQUE UKRAINIEN : CONFLITS ET RECOMPOSITIONS

COLLOQUE DE RECHERCHE, 26 et 27 JUIN 2014, LYON

ENS de Lyon – IEP de Lyon – Université Lyon 2 – UMR 5206 TRIANGLE

 

Les événements qui se déroulent aujourd’hui en Ukraine ne peuvent laisser indifférents les chercheurs en sciences humaines et sociales. Le colloque vise à étudier les conflits et les recompositions qui ont lieu en Ukraine contemporaine dans leur complexité. Une perspective interdisciplinaire adoptée permet de faire dialoguer les approches politique, historique, économique, linguistique, sociologique et communicationnelle autour des concepts d’identité, d’espace public et d’équilibre géopolitique régional. Une telle manifestation ouvrira un espace et un temps où nous tenterons d’élaborer des outils et mettre en place des méthodes permettant de construire un nouveau regard sur l’Ukraine contemporaine.

Ce colloque sera organisé autour de huit grands thèmes.

-D’abord, il s’agira d’analyser la façon dont l’histoire et la mémoire articulent le temps court des événements qui se déroulent en Ukraine au temps long qui fonde l’identité de ce pays. Nous mettrons en relation les confrontations contemporaines entre les acteurs et entre les pouvoirs de ce pays avec le passé de l’Ukraine, de façon à savoir comment la connaissance du passé peut nous aider à comprendre les significations multiples de la vie politique contemporaine. Le colloque proposera aussi un regard renouvelé sur la relation entre le temps court et le temps long, et sur la façon de penser l’articulation entre les discours contemporains sur l’Ukraine et les discours anciens sur ce pays et sur son identité.

-Le second thème de ce colloque sera la question des liens entre l’Ukraine et l’Europe, afin de mieux comprendre selon quelles modalités ce pays s’inscrit dans l’espace européen, et, en particulier, de mieux comprendre de quelle Europe il s’agit quand on parle de l’Ukraine, de mieux comprendre à quelle Europe ce pays entend s’attacher. D’une part, il s’agit du débat, qui a lieu dans ce pays autour de la question de l’adhésion à l’Union européenne, en particulier dans la problématique des liens avec la Russie. D’autre part, il sera important d’analyser la façon dont le débat sur les modalités de la présence de l’Ukraine en Europe est l’héritier du débat, plus ancien, sur les relations entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est. Enfin, sans doute le débat sur les relations entre Ukraine et Europe s’inscrit-il dans le champ de la remise en question contemporaine de la pérennité de l’Union européenne, mais aussi dans celui de la critique contemporaine de l’euro.

-Un troisième thème du colloque sera un regard sur les liens entre l’Ukraine et la Russie et sur la place de la relation entre ces deux pays dans l’espace public ukrainien contemporain. Nous proposons un questionnement portant à la fois sur la dimension historique de ces liens, en particulier dans le domaine de la langue et de la culture, et sur leur dimension géographique, à la fois en faisant porter l’interrogation sur la situation de l’Ukraine et sur la place de la question russe dans la structuration de l’espace ukrainien. La question de la place de la culture russe dans la culture ukrainienne s’articulera à celle de la place de la Russie dans le temps long de l’histoire et de la mémoire de l’Ukraine, à celle des relations contemporaines entre l’Ukraine et la Russie, et à celle de la place des liens avec l’Ukraine dans la dimension internationale de la Russie. Un questionnement particulier sera envisagé sur la question de l’identité de la Crimée et de la place de cette région dans le débat sur les relations entre Russie et Ukraine.

-Le colloque posera, d’autre part, la question de la place de l’économie dans le débat politique contemporain sur l’Ukraine. Il s’agira, pour nous, d’analyser, au cours du colloque, à la fois le rôle que joue dans le débat politique la spécificité du débat sur l’avenir économique de l’Ukraine, la place de la question de l’énergie dans le débat public, et le rôle des acteurs de la vie économique dans les confrontations politiques contemporaines. Une question fondamentale sur la signification du débat ukrainien dans le champ de l’économie politique sera, en particulier, la question de la confrontation entre la logique de l’indépendance économique et de la souveraineté et la logique de la dépendance et de la soumission à une logique d’aide. 

-Par ailleurs, le colloque abordera, à propos de la situation ukrainienne, la question du débat politique et de la façon dont il s’organise et dont il s’énonce. La réflexion s’articulera autour de l’analyse du discours des médias ukrainiens et du discours des médias français, mais aussi autour de l’analyse comparative des discours politiques tenus en Ukraine et autour des représentations du conflit ukrainien dans le discours politique tenu aujourd’hui dans l’espace public français. Par ailleurs, le colloque abordera la question des nouvelles formes du débat public, des nouvelles expressions du discours politique et des nouveaux médias qui construisent un espace public renouvelé, à la fois grâce aux usages de l’Internet, grâce à l’émergence d’un espace public plus ou moins visible et plus ou moins souterrain, parallèle à l’espace public légitime et institutionnalisé.

-Lié au thème précédent, un sixième thème du colloque sera la question de la limitation de l’information et de la communication et de la répression. Dans les situations de tension, une forme de violence institutionnelle est exercée par l’État afin de limiter le débat public et de contrôler l’espace public, mais, par ailleurs, des formes de violence symbolique sont exercées sous la forme de la limitation de l’information et de l’expression assumée par les acteurs eux-mêmes dans une forme d’autocensure. Le colloque abordera ces aspects de la limitation de l’expression, de la représentation, de l’information et de la communication en confrontant, à cet égard, la situation ukrainienne à d’autres situations contemporaines dans lesquelles s’exercent des formes de censure.

-Un septième thème du colloque sera la question des identités politiques qui se manifestent aujourd’hui en Ukraine. Il s’agira d’un regard sur les identités et les acteurs politiques classiques (partis et pouvoirs, associations, religions), mais aussi d’un regard renouvelé sur les nouvelles identités qui prennent part au débat politique contemporain. Par ailleurs, le colloque proposera une analyse sur les manifestations et les autres formes que revêtent les identités politiques dans l’espace public urbain, dans les grandes villes, mais aussi dans les autres lieux de l’espace de l’Ukraine. Il s’agira d’analyser, enfin, la confrontation entre les pouvoirs et les critiques dont ils font l’objet, mais aussi la confrontation entre les pouvoirs et les contre-pouvoirs qui émergent des événements contemporains.

-Enfin, compte tenu de la situation particulière liée à l’approche de deux échéances électorales, et, en particulier, à l’approche des élections au Parlement européen, il sera important d’aborder, au cours du colloque, la question de la place des événements ukrainiens dans le débat électoral en France et dans les autres pays européens et dans le discours des candidats. Par ailleurs, sans doute les événements ukrainiens sont-ils de nature à interroger l’Union européenne sur le rôle et sur l’action de ses institutions dans les évolutions politiques qui se déroulent dans les pays voisins. Ce sont sans doute l’évolution même de l’Union européenne et les perspectives de ses élargissements futurs qui sont liés aux événements ukrainiens et qui leur donnent une signification particulière et un écho important.

-Sans doute les événements ukrainiens nous interrogent-ils sur les identités européennes et sur le sens de l’engagement de notre pays dans l’Union. Par ailleurs, comprendre les significations des événements qui se déroulent en Ukraine nous permettrait de mieux comprendre les significations des évolutions de notre propre système politique, en comprenant, en particulier, comment se construisent de nouvelles identités et de nouveaux acteurs et comment les enjeux du débat politique se déplacent. Enfin, ce colloque se propose d’ouvrir un espace d’échanges et de dialogues entre des acteurs différents de l’espace public – politistes, chercheurs en sciences sociales, acteurs des médias et du débat public. Ce dialogue pourrait, c’est notre souhait, se poursuivre au-delà de notre rencontre.

Les propositions de communication seront déposées au plus tard le 20 avril 2014 sous forme de résumé de 500 mots sur le site web suivant : http://ukraine2014.sciencesconf.org.

Pour tout renseignement : ukraine2014@sciencesconf.org

Comité scientifique

Dominique Arel, Chaire des Etudes Ukrainiennes, Université d’Ottawa (Canada)

Paul Bacot, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Viktor Chuzhykov, Kiev National University of Economics (Ukraine)

Iryna Dmytrychyn, Institut National des Langues et Civilisations Orientales, Paris

Valentyna Dymytrova, Université Lyon 2

Bernard Lamizet, Institut d’Etudes Politiques de Lyon

Sylvie Martin, ENS de Lyon

Ioulia Shukan, Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Bartlomiej Zdaniuk, Institute of Political Studies, University of Warsaw (Pologne)

Comité d’organisation

Alexandre Baiov (Université Lyon 3)

Valentyna Dymytrova (Université Lyon 2)

Stéphane Janczarski (CNRS, ENS de Lyon)

Natalya Shevchenko (Université Lyon 2)

Euromaidan_Kyiv_1-12-13_by_Gnatoush_005

 

Manifestation pro-européenne à Kiev le 1er décembre 2013 (photo de Nwssa Gnatoush)

Appel à communication: « Communication Politique Comparée »

Communication Politique Comparée sur les Elections au Parlement Européen

Les vendredi 27 et samedi 28 juin 2014, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique (Ceccopop) dirigé par Philippe J. Maarek, organise à Paris une conférence sur le sujet:

 » La Communication Politique des Européennes 2014: quelle Europe pour les Européens? »

Sans titre

 

Depuis le début du 21° siècle, il est clairement apparu que la communication politique des élections au Parlement Européen était de moins en moins focalisée sur les enjeux « européens » à proprement parler, mais bien plus sur des enjeux nationaux divers propres à chaque pays de l’Union Européenne. Les deux ouvrages publiés par le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique aux éditions L’Harmattan sous la direction de Philippe J. Maarek, à la suite des élections de 2004 et 2009 l’ont bien montré.

Pour les élections de 2014, le contexte semble potentiellement accroître le risque de voir la communication politique des élections au Parlement Européen encore biaisée de façon similaire dans la plupart des pays de l’Union. La crise économique actuelle, qui a mis à jour les divergences entre les économies de maints pays du « Nord » et ceux du « Sud », les polémiques concernant l’immigration intra-européenne en provenance des nouveaux membres vers les plus anciens, l’émergence un peu partout de partis à connotations populistes dénonçant, soit l’intervention de Bruxelles dans les politiques nationales, soit profitant tout simplement du moment pour contester les partis au pouvoir, vont-ils faire dériver encore plus les thématiques de campagne des élections au Parlement Européen loin des préoccupations qui devraient théoriquement être les leurs? Le vote des citoyens de l’Europe va-t-il exprimer la lassitude de l’électorat devant les crises économiques et politiques non résolues et profiter des circonstances pour s’orienter vers une contestation rendant le Parlement Européen ingouvernable? L’utilisation des réseaux sociaux sur Internet va-t-elle changer la donne, ou au contraire accentuer la dérive populiste et nationaliste déjà présente en 2004 et 2009? La communication vers les citoyens européens des institutions européennes concernant les élections sera-t-elle plus audible qu’elle ne l’a été auparavant et changer la donne?

Comme en 2004 et en 2009, le Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique et Publique se propose d’analyser « à chaud » la communication politique des élections au Parlement Européen de 2014 et telles sont quelques-unes des questions que se poseront des spécialistes de la communication politique français et européens, chercheurs et professionnels, à la Conférence de Paris de Communication Politique comparée qui se déroulera les 27 et 28 juin 2014.

La conférence est organisée par Philippe J. Maarek, professeur de communication politique à l’Université Paris Est et ancien président des comités de recherche en communication politique de l’AISP puis de l’AIERI, dans le cadre des travaux du Centre d’Etudes Comparées en Communication Politique qu’il dirige (Ceccopop). Elle sera bilingue, français-anglais.

Les collègues désireux d’y présenter une communication sont invités à envoyer une demande de participation avant le 22 février prochain à maarek@u-pec.fr. Les propositions devront comporter un abstract de 250 à 500 mots (1 ou deux feuillets) et un CV d’un feuillet.

Le Conseil Scientifique de la Conférence est composé de:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Maria-José Canel, Complutense University, Spain

Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France

David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France

Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague

Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France

Anna Matušková, Charles University, Prague

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

Lars Nord, Midwestern University, Sweden

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

Le Comité d’Organisation de la Conférence est composé de:

Brigitte Sebbah, Ceccopop

Philippe J. Maarek, Ceccopop

Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Allemagne

 

Call for Paper, Paris June 27th and 28th  2014 Conference in Comparative Political Communication on the European Parliament Elections

On June 27th and 28th 2014, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop) headed by Philippe J. Maarek, convenes a 2 days conference in Paris:

 » Political Communication for the 2014 European Parliamentary Elections: which Europe for the Europeans? »

Since the beginning of the 21st Century, it clearly looks like the political communication during the European Parliament electoral campaigns has been less and less focused on « European » stakes, but rather on various national issues specific to each country of the European Union. This has been clearly established by the two previous  books edited by Philippe J. Maarek for Ceccopop in France after the 2004 and 2009 previous European Parliament elections.

The context of the 2014 European Parliament political campaigns appears to very possibly increase the risk of similar bias for most of the European Union countries. With the present economic crisis, which has exposed the discrepancies between many countries of the « North » and those of the « South », with the polemics about intra-European immigration from the new members of the Union towards the older ones, with the surge all around of populist political parties, attacking the influence of Brussels in their respective nations, or plainly surfing on today’s difficulties to contest the supremacy of the ruling parties, could it be that the 2014 campaign issues are going to be even further distracted from the European perspectives which should theoretically be dominant? Will European citizen cast their vote according to their lassitude about unsolved economical and political problems and therefore follow a rejection process which would endanger the viability of the next European Parliament composition? Will the use of Internet social networks substantially change the deal, or on the opposite increase the populist and nationalist tendencies already present in 2004 and 2009? Will the European Institutions communication be more visible than previously and change the deal?

As in 2004 and in 2009, the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication will analyze the Political Communication of the 2014 European Parliament Elections right after they have happened, and these are some of the questions which will be addressed by European political communication specialists, scholars and professional from the field, at the Paris Conference on Political Communication which will take place on June 27th and 28th, 2014.

The conference is hosted by Philippe J. Maarek, Professor in Political Communication, former Chair of IPSA and of IAMCR Political Communication Research Groups, within the frame of the Center for Comparative Studies in Political and Public Communication (Ceccopop). It will be held in French and English.

Collegues interested in presenting a paper should send an application, before February 22nd to maarek@u-pec.fr. Proposals should include a 200-500 words abstracts and a 1 page vitae.

The Scientific Board of the Conference is composed of:

Donatella Campus, University of Bologna, Italy

Maria-José Canel, Complutense University, Spain

Eric Dacheux, Université de Clermont-Ferrand, France

David Deacon, University of Loughborough, United Kingdom

Jacques Gerstlé, Université Paris 1, France

Christina Holtz-Bacha, University of Nurenberg-Erlangen, Germany

Denisa Kasl Kollmannová, Charles University, Prague

Philippe J. Maarek, Université Paris Est, France

Anna Matušková, Charles University, Prague

Arnaud Mercier, Université de Lorraine à Metz, France

Richard Nadeau, Université de Montréal, Canada

Lars Nord, Midwestern University, Sweden

Nicolas Pelissier, Université de Nice-Sophia-Antipolis, France

Brigitte Sebbah, Université Paris Est, France

Claes de Vreese, University of Amsterdam, Netherlands

The Organizing Committee is composed of :

Brigitte Sebbah, Ceccopop

Philippe J. Maarek, Ceccopop

Susanne Merkle, Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg, Germany